NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

Nous avons beau faire ce métier depuis des années et être devenus un peu plus blasés qu’à nos débuts, il y a encore des jours où une technologie, un produit, parvient à nous enthousiasmer comme au premier jour. C’est exactement ce qui s’est produit quand nous avons déballé le trio d’écrans 120 Hz Acer GD235HZ que le facteur avait apporté dans nos bureaux, puis qu’un représentant de Nvidia avait préalablement débarqué avec sous le bras un ordinateur Digital Storm équipé d’un Core i7-960 overclocké et de deux GeForce GTX 480, le tout dans un boîtier Silverstone Raven RV02. Objectif de la visite personnelle : le 3D Vision Surround. Du fun en perspective.

Pour être tout à fait honnêtes, la dernière fois que du matériel nous a excité à ce point ne remonte qu’à trois mois, quand AMD est passé nous déposer six moniteurs et une paire de Radeon HD 5870 Eyefinity 6. Cependant, bien qu’il soit indéniablement ultra-cool de voir un PC afficher 5760x2160 pixels, et sans ralentissements s’il vous plaît, l’effet global est quelque peu gâché par le gros cadre horizontal des écrans, qui pose un réel problème dans les jeux. Ces six moniteurs traînent depuis lors dans un coin de notre labo, et nous attendons toujours les écrans à bords fins dont Samsung a fait la démonstration il y a près d’un an.

Pour l'instant, donc, mieux vaut se contenter de trois écrans pour jouer. Dans le pire des cas, si vous trouvez cela trop large, vous pouvez toujours les mettre en mode portrait afin de bénéficier d’une surface d'affichage plus étroite et plus haute, à savoir 3240 x 1920. Dans le cadre de cet article, nous nous concentrerons toutefois sur les configurations 5760 x 1080…

…ou moins. Mais pourquoi voudrait-on jouer en-dessous de la résolution native des écrans ? Tout simplement parce que, pour la première fois, nous passons en revue une technologie tellement gourmande que même une paire de GeForce GTX 480 en SLI commence parfois à avoir du mal à suivre : la 3D Vision Surround, cette technologie que Nvidia avait présenté en même temps que ses cartes à base de puces GF100, mais qui ne sort que maintenant.

Une bonne manière de casser sa tirelire

L’Eyefinity 6 d’AMD n’est pas vraiment une technologie abordable : deux cartes graphiques à 500 € pièce et six écrans, cela constitue tout de même un investissement conséquent.

Il en va un peu de même pour la 3D Vision Surround de Nvidia : les Acer GD235HZ comptent parmi les 24" / 120 Hz les plus abordables, mais il coûtent quand même aux alentours de 400 €, et bien que les cartes graphiques plus petites telles que la GeForce GTX 260 prennent en charge la technologie, il sera bien plus réaliste d’opter pour une paire de GeForce GTX 480 à 500 € l’unité. Vient ensuite le kit 3D Vision, qui coûte 160 €, et les éventuelles lunettes supplémentaires, à près de 100 € la paire.

Nous allons donc partir du principe que vous êtes prêt à lâcher 2500 € en cartes graphiques, écrans, kit et lunettes, et que vous possédez déjà un ordinateur suffisamment puissant pour faire tourner le tout à une vitesse décence. Ou, plus simplement, que vous avez envie de lire un article sur une technologie qui affectera peut-être votre prochain achat de matériel informatique.