Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

3G et 4G : vers la fin de l'illimité

Par - Source: Tom's Hardware FR | B 16 commentaires

La semaine dernière, nous expliquions pourquoi — à terme — les applications remplaceront le « web mobile ». Aujourd'hui, analysons pourquoi les offres « illimitées » sont amenées à disparaître et comment — malheureusement — des offres à plusieurs vitesses devraient être proposées à terme.

Les offres actuelles

Pour le moment, les offres dites « illimitées » ne le sont déjà pas réellement. Pour un opérateur, une offre est illimitée dans le temps — on peut parfaitement utiliser la ligne en permanence — mais la vitesse varie. Généralement, les opérateurs indiquent un caps (une limite) au-delà duquel la vitesse est limitée. Chez certains MVNO (les opérateurs virtuels), l'accès au réseau 3G+ (HSxPA) n'est pas proposé, seule la 3G classique — 384 kilobits/s — est proposée. De plus, les connexions 3G — surtout sur les smartphones — voient certains de leurs ports bloqués pour éviter que les utilisateurs n'utilisent des logiciels de VoIP ou de P2P. Enfin, les opérateurs filtrent aussi les appareils qui se connectent sur leur réseau de façon basique, en vérifiant l'User Agent du navigateur, qui varie en fonction des appareils, mais qui est assez simple à modifier.

Comme on le voit, la notion d'offre « illimitée » est déjà assez écornée, étant donné qu'il faut un appareil accepté par l'opérateur, éviter certains services et ne pas espérer des débits constants.

Pourquoi l'illimité va disparaître

Le problème des opérateurs — et en partie des utilisateurs, par ricochet — c'est la saturation des réseaux. Mythe pour certains, cette saturation est pourtant bien présente dans certaines zones urbaines, il suffit d'essayer de se connecter à certaines heures dans des endroits à forte affluence pour s'en rendre compte. C'est un problème pour les opérateurs dans le sens ou faire passer des données coûte cher et que modifier les infrastructures pour s'adapter aux évolutions des usages n'est tout simplement pas toujours possible ou rentable pour l'opérateur, donc le but reste de faire de l'argent. C'est un problème pour l'utilisateur de façon assez directe : le service est dégradé ou ne fonctionne pas.

Dans l'absolu, la solution la plus efficace est évidemment d'améliorer le réseau en augmentant sa capacité, mais ce n'est pas nécessairement la solution choisie par les opérateurs, pour plusieurs raisons. La première, c'est tout simplement le coût : augmenter les capacités est possible, mais c'est très cher. Les infrastructures actuelles ne sont pas nécessairement rentabilisées. La seconde, c'est que c'est quelque chose qui a un effet immédiat, mais à moyen terme : les usages évoluent et il est possible qu'un réseau dimensionné correctement aujourd'hui ne le soit plus demain. La dernière, c'est que modifier les infrastructures n'est pas nécessairement possible : soit la technologie ne permet pas d'améliorer la capacité soit il est impossible d'ajouter des antennes. Loin de nous l'idée de plaindre les opérateurs, donc, mais le simpliste « il suffit d'augmenter la capacité du réseau » n'est pas nécessairement une solution.

Les solutions envisagées par les opérateurs, tout du moins à moyen terme, se basent essentiellement — malheureusement — sur des offres encore plus « limitées » qu'actuellement. La première solution, déjà utilisée par certains MVNO, consiste à limiter les offres : au lieu de proposer une offre dégradée une fois le caps dépassé, la connexion sera coupée, avec possibilité de payer pour réactiver la ligne. Dans la pratique, c'est gênant pour les rares (mais de moins en moins) personnes qui dépassent les limites actuelles, ce qui est justement le point faible de la solution : la saturation est en général ponctuelle et pas liée aux personnes qui dépassent les limites. Cette limitation est utilisée par les MVNO parce que les opérateurs qui possèdent leur réseau facturent les dépassements très cher, ce qui empêche les MVNO de proposer des offres « illimitées ».

Vers des offres à deux (trois, quatre, etc.) vitesses

De ce que nous avons pu entendre chez Amdocs, le futur devrait amener des offres à plusieurs vitesses, littéralement. Les offres destinées au grand public seraient bloquées en UMTS (3G, 384 kilobits/s), les offres destinées aux « Early Adopters » et autres gros consommateurs de téléphonie mobile donneraient par exemple accès aux réseaux 3G+ (entre 3,6 et 14,4 mégabits/s actuellement) et les professionnels pourraient utiliser les réseaux 4G. L'idée ne serait donc pas de limiter la quantité de données qui passe, mais bien de limiter la vitesse à laquelle elles passent. Pour les opérateurs, c'est quelque chose d'intéressant pour limiter la saturation parce que cette solution limite de facto l'usage : une personne qui télécharge actuellement une application sur un réseau 3G+ ne le ferra pas sur un réseau 3G, tout simplement parce qu'elle devra attendre plus longtemps. Certains services utilisés actuellement, comme la vidéo, l'audio en streaming, la VoIP, etc., seront inutilisables... sauf en payant plus. Nous avons pu voir que les opérateurs prévoient des solutions pour ce problème — nous en reparlerons demain — mais l'idée sous-jacente est bien présente : vous voulez une offre rapide ? Vous payez.

En dehors du fait que ce type d'offre n'est pas précisément l'idée que beaucoup se font de la neutralité du net — même si dans les pratiques les offres actuelles ne sont pas conformes à ce que l'on attend d'un Internet neutre —, elle implique surtout une augmentation des coûts chez les utilisateurs, ce qui est évidemment un problème, sauf pour les opérateurs.

Payer sa consommation réelle ?

Autre solution envisagée, payer sa consommation « réelle ». Actuellement, la majorité des utilisateurs de smartphones payent en fait plus qu'ils ne « consomment ». Un utilisateur moyen d'iPhone (ou d'un smartphone Android récent) utilise entre 250 et 300 Mo de données chaque mois, alors que les offres « donnent droit » à 500 Mo et parfois 1 Go. Nous mettons « donnent droit » entre parenthèses parce qu'il ne s'agit pas d'une vraie limite — la ligne reste utilisable une fois le caps dépassé — mais que dans les faits les utilisateurs voient ça comme une limitation. Selon les opérateurs, seuls 2 % des utilisateurs dépassent les limites des offres et il serait donc bénéfique pour une partie des utilisateurs — ceux qui consomment peu — de ne payer que ce qu'ils consomment réellement.

Dans la réalité, c'est un peu différent : les utilisateurs sont trop habitués aux forfaits pour passer à des offres totalement liées à l'usage. La raison est assez simple : il est difficile, tout du moins les premiers mois, d'estimer sa consommation réelle. En effet, les utilisateurs lambda n'ont aucune idée de la quantité de données qui passent dans le smartphone, surtout que cette dernière varie en fonction des appareils. L'exemple de YouTube est typique : si certains smartphones proposent systématiquement une version dégradée des vidéos aux personnes connectées en 3G, ce n'est pas le cas de tous les appareils. Cette simple différence sur YouTube peut amener une surconsommation sur une facture de téléphonie mobile, simplement parce que le flux utilisé n'est pas adapté à un usage mobile.

Dans la pratique, la solution est une technique qui existe déjà sur certaines offres destinées au partage de connexion : des paliers. En dessous de 50 Mo, on paye peu et plus on utilise de données, plus le prix augmente, avec une limite (généralement 1 Go) au-delà de laquelle on passe en « illimité » avec un débit réduit. C'est avantageux pour les personnes qui consomment peu, mais pas pour les autres. Effets pervers de ce type de facturation, une offre « par paliers » est plus onéreuse pour les gros consommateurs qu'une offre classique (40 € contre 30 € chez SFR par exemple).

Au final, les offres « illimitées » comme elles existent actuellement vont disparaître, c'est quelque chose qui semble acquis pour les opérateurs. On ne sait pas encore par quoi exactement elles vont être remplacées, mais une chose est certaine : si une frange des utilisateurs va y gagner (plus ou moins grande selon les choix effectués), ce n'est pas le cas de tout le monde.

Commentaires
Afficher les 16 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • athosthegod , 24 mai 2011 17:40
    Youhou ! Allons tous vers la régression ! Il n'y a que ça de vrai ! Bon sinon à force de revenir en arrière, on aurait mieux temps de tout balancer par la fenêtre définitivement !
  • boub popsyteam , 24 mai 2011 17:54
    Bah ça a déja commencé.

    Pour avoir mon forfait qui a 2 ans à l'heure actuelle je devrais payer +20€ ... (56 vs 37)

    Et l'illimité n'a jamais existé en "internet" mobile (ni vraiment internet tout cours d'ailleurs).
  • mum1989 , 24 mai 2011 18:12
    et sinon en italie 3go de donnée pour 5€/mois (une option).
  • okey-dokey , 24 mai 2011 18:16
    Ils ne parlaient pas un moment d'accords de romaing entre les 3 opérateurs? Ce qui permettrait aux utilisateurs de passer par les antennes/réseaux des autres opérateurs de manière totalement transparente?
    Ils en sont où de ça ?

    Parce que, si initialement il s'agit d'améliorer la couverture du réseau (niveau utilisateur), ça devrait aussi permettre un léger desengorgement en répartissant équitablement la charge sur les antennes/réseaux des 3 opérateurs.
    Ca pourrait permettre d'éviter d'avoir un point SFR complètement saturé avec à coté un point BT avec personne dessus.
    Et en allant plus loin ils pourraient mutualiser les investissements. Au lieu que chacun doive rajouter une antenne ici ou là, on en rajoute une seule (pour tous les opérateurs) pour désengorger un point chaud.

    Et puis au-delà des seules antennes, j'ai aussi cru comprendre que la liens derrière les antennes sont tous sauf en béton armé. Il y a peut-être à faire ici pour dé-saturer les réseaux.

    Mais bon, apparemment ils ont décidés de ne plus investir donc ça va être pour notre pomme.

    Ceci dit, si le gouvernement ne faisait pas payer plusieurs milliards pour les licences 4G, ce serait autant d'argent qu'ils pourraient investir dans les infrastructure. Ca aussi c'est quelque chose que je ne comprends pas.
    Qu'on fasse payer l'accès aux fréquence: ok, pourquoi pas. Mais il va où cet argent ? Pourquoi ne pas simplement utiliser l'argent des licences pour déployer le réseau ?
  • Anonyme , 24 mai 2011 18:24
    "faire passer des données coûte cher"...

    Ah bon ? Première nouvelle ! C'est pas vraiment des machins qui passent dans un gros tuyaux vous savez ? Tout ceci est virtuel, le coût est le même en 56ko et 1Go ! Faut juste investir au départ, mais je pense que tout est largement rentabilisé maintenant, et qu'ils ne veulent juste plus investir...
  • Anonyme , 24 mai 2011 18:32
    Moi tout ce que je vois c'est que les bénéfices des opérateurs téléphoniques ne se sont jamais aussi bien portés!
  • fuful , 24 mai 2011 19:19
    Quel tissu de conneries.
    Pendant longtemps, les opérateurs ont refusés de faire des forfaits voix à l'utilisation, ceux que tout le monde avait à la maison du temps ou Orange s'appelait PTT. On appelait, on payait, les gens était habitué.
    Puis avec les portables, on a inventé le forfait. Interet pour l'utilisateur ? Aucun, juste la certitude de payer une valeur minimum tous les mois, même si on ne s'en servait pas. Avec le temps, et la concurrence (et surtout la concurrence d'ailleurs), les forfaits ont grossis, et commencer à intégrer de l'illimité, pour faire mieux que le voisin.
    Et maintenant, back to 1960, on va faire payer les gens à l'utilisation ?
    Du moment qu'on fait de l'illimité, il faut arreter dde croire que les gens reviendront dessus. Si demain, un opérateur d'électricité ou de gaz proposait un forfait illimité, il aurait tous les clients chez lui le lendemain.
    De plus, la 4G propose un découpage assez large des bandes, qui permettront à d'autres opérateurs que nos trois historiques de mettre leur grain de sel là dedans. Que ces trois là reviennent à des forfaits plus chers, l'idée est vraiment bonne au moment ou des vrais concurrents, possédant leur infrastructure, peuvent entrer dans le marché.
  • Anonyme , 24 mai 2011 23:08
    Et en Corée du Sud? Ah oui ils sont en Wimax ou LTE ça carbure à fonds, ils ne doivent pas savoir ce que c'est le moyen age numérique français.
  • Eric B , 24 mai 2011 23:50
    commentaire bouffé lors du login ;(
  • Eric B , 24 mai 2011 23:55
    forfaits = couts prévisibles pour les opérateurs.
    La tendance est à tjs plus de forfaits et de minitel 2.0.
    Par ex, les sms, à l unité ou en forfait, c est une aberation qd on sait que cela coute quasi rien. ~1ct serait "honnete".
    Et Internet, quelles économies seraient possible en partageant les connections wifi adsl. Mais les politiciens veulent le contraire (responsabilité, controle, repression). Cf le non sens du eG8 ds la philosophie Internet décentralisé.
  • grocius , 25 mai 2011 08:01
    Dommage que l'article ne fasse que reprendre les arguments classiques des opérateurs. Le problème n'est pas technique mais un manque de concurrence, il suffit de voyager un peu pour s'en rendre compte. Curieusement en Asie on peut avoir de la 3G réellement illimité pour moins cher qu en France dans des zones urbaines ayant une densité encore plus élevée.....Faire payer au volume c est juste une nouvelle forme de segmentation pour compenser la baisse de la voix fasse au data. Pour 35E tu as du full 3G a HK, pour 45E 6Go avec partage et Voip autorise au Canada.....
  • ErGo_404 , 25 mai 2011 09:11
    Sinon les opérateurs peuvent proposer un accès gratuit à leurs bornes Wifi (vous savez, celles des abonnés ADSL qui sont ouvertes au public), pour que les gens les utilisent.
    Une borne Wifi = un chargement plus rapide des données = moins de temps d'utilisation = moins d'engorgement.
    Etant donné que le problème d'engorgement arrive surtout en zone de grosse densité et que c'est précisément là ou il y a le plus de réseaux Wifi ouverts, ça serait pas mal, et ça ne coûterait pas grand chose.
  • Anonyme , 25 mai 2011 10:06
    Je suis entièrement d'accord avec ceux qui disent que cet article n'est qu'un tissu de connerie qui ne fait que reprendre les arguments des opérateurs.
    D'abord il est incorrect de parler de saturation du réseau, il y a juste des points d'étranglements (la capacité des antennes).

    Il faut savoir qu'un smartphone échange en permanence des données de signalisation sur le réseau. A titre de comparaison, un ordinateur portable connecté en 3G n'échange pas toutes ces données de signalisation et donc risque moins d'engorger le réseau. Il existe des technologies telles que le Cell-PCH qui fait partie du standard 3G et qui permettrait de réduire très nettement ces données de signalisation (et du même coup augmenter l'autonomie des smartphones) mais il faut investir pour cela.
    Les "femtocell" (3g à la maison) peuvent également aider.
    Les réseaux 4G offrent de la capacité supplémentaire, mais ca on oublie de le signaler, comme par hasard !

    Les opérateurs mobiles ont lancé ces offres illimitées alors qu'ils connaissaient déjà les risques de saturation du réseau, ils ont fait d'énormes bénéfices pendant des années... alors si maintenant ils doivent investir à perte pendant quelques années, on ne va pas les plaindre!

    Il y a plein de solutions, mais les opérateurs ne se soucient absolument pas des utilisateurs, ils ne se soucient que de leurs bénéfices, c'est aussi simple que ca!
  • sng , 25 mai 2011 10:13
    Pfff, sinon une bonne solution (comme cela a été remarqué) : utiliser les bornes Wifi et le Wimax pour les données. Ces deux technos se démocratisent de plus en plus... dommage que ce point ne soit pas abordé dans l'article !
  • shooby , 25 mai 2011 10:14
    ça fait vraiment peur
  • dandu , 25 mai 2011 10:58
    Pour le Wi-Fi, le WiMAX et le femtocell, c'est pas réellement utilisable.

    Le premier parce que la portée est limitée, ça pose des problèmes de sécurité, y a pas de roaming simple entre antennes et ça consomme plus. Les téléphones se connectent pas automatiquement à des réseaux protégés comme ceux des opérateurs... Accessoirement, faut qu'il y ait du débit derrière, ce qui est pas trivial.

    WiMAX, les appareils sont pas compatibles et c'est pas franchement efficace.

    Femtocell, ça marche assez bien mais on a un problème simple : le débit derrière. Faut que les gens qui sont chez eux arrivent à surfer, donc si c'est aller sur un femto pour récupérer les miettes du réseau...