Première démonstration publique de 5G chez Orange, à 15 Gbit/s

Cela fera sans doute rire jaune les malheureux qui ne sont pas encore couverts en 4G, mais Orange et Ericsson ont réalisé ce matin la première démonstration publique d'un réseau mobile 5G. Dans une chambre anéchoïque et avec du matériel absolument pas prêt à être commercialisé, l'opérateur a atteint un débit stable de 15 Gbit/s environ.

Un serveur au creux de la main

Remettons les choses dans leur contexte : 15 Gbit/s, c'est 100 fois mieux que les premiers mobiles 4G à 150 Mbit/s. C'est aussi 15 fois plus rapide que les meilleures offres d'internet fixe par fibre optique. Et c'est aussi mieux qu'une interface physique moderne comme l'USB 3.1 Gen. 2. Bref, ça envoie !

L'antenne de test était installée dans une chambre anéchoïque.L'antenne de test était installée dans une chambre anéchoïque.Pour parvenir à ce débit, Orange et Ericsson ont installé une station de base composée de 128 antennes émettant sur des ondes centimétriques (soit en dessous de 30 GHz). Cette station dialoguait avec un "téléphone mobile" fait d'un module à 8 antennes et d'un serveur en rack chargé des calculs nécessaires. La gestion de la répartition du signal entre les 128 antennes exigent en effet une énorme puissance de calcul.

En pratique, ne vous attendez pas à obtenir un débit identique sur votre mobile. D'une part parce que vous ne serez pas seul face à une antenne dans une chambre dépourvue d'interférence. D'autre part parce que les smartphones sont tout simplement trop petits pour accueillir plus que quatre antennes. D'autres types d'équipements, comme des box 5G, pourraient cependant monter jusqu'à 8 antennes, et offrir des connexions ultrarapides.

Focalisation du réseau pour compenser les pertes

Cette démonstration technique permettait de mettre en évidence une des techniques essentielles à la 5G, la focalisation du faisceau radio, ou beam tracking. Lorsque le "téléphone mobile" était déplacé, la station de base était capable de le détecter et d'orienter son faisceau radio.

Visualisation du beam tracking.Visualisation du beam tracking.Le beam tracking est à la fois rendu possible et rendu indispensable par le recours des fréquences plus élevées. Rendu possible car plus la fréquence est élevée, plus la taille de l'antenne est réduite et plus on peut augmenter le nombre d'antennes. Or c'est avec un grand nombre d'antennes que l'on peut façonner le faisceau radio. Rendu indispensable, car ces fréquences élevées se propagent beaucoup moins bien que les fréquences basses. Le beam tracking permet de compenser cela en concentrant l'énergie émise sur une petite zone.

Orange et Ericsson travaillent ensemble sur la 5G depuis octobre dernier. Cette première démonstration traduit les progrès réalisés par l'opérateur dans le développement de son futur réseau, dont l'ouverture commerciale est toujours prévue à l'horizon 2020.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • BlackPage
    La téléphonie mobile va tuer l'ADSL à terme. Je déménage dans une maison ou on me propose 5Mb en ADSL, l'offre 4G de bouygues me permet d'avoir 50MB down et 10MB up, y'a pas photo ( testé live c'est pas du théorique ) ! Heureusement d'ailleurs parce que sinon ca serait la galère pour bosser !!!
    0
  • soundsystem
    "Cela fera sans doute rire jaune les malheureux qui ne sont pas encore couverts en 4G"

    Je dirai même plus, cela fera rire jaune les malheureux comme moi qui en 2017 ne peuvent pas envoyer un SMS -et encore moins téléphoner- dans leur village... C'est bien beau de développer des réseaux ultra rapides mais encore faudrait-il que l'intégralité de la population ait accès aux fonctions basiques de la téléphonie ... Et croyez moi je suis loin d'habiter dans le trou du cul du monde.
    0
  • aerith
    Chez moi aussi on a pas le GSM, mais c'est capitale la 5G...
    0