Des mémoires à l'ADN

Des chercheurs allemands et israéliens ont découvert que les molécules d’ADN pouvaient modifier la polarité des électrons, donnant naissance, entre autres à des mémoires d’un nouveau genre.

L’idée de stocker des données représentées par le spin des électrons n’est pas nouvelle (cf. « Retour sur le futur des mémoires »). Ce n’est pas non plus la première que l’on envisage l’utilisation de l’ADN dans un composant électronique (cf. « De l’ADN pour fabriquer des processeurs »). Ces recherches, qui ne se limitent pas au monde de la mémoire, ni même de l’électronique, sont néanmoins intéressantes, car elles apportent une meilleure compréhension des phénomènes biologiques quantiques qui pourront donner naissance aux révolutions de demain.

Dans leur expérience, les scientifiques ont envoyé un laser sur une plaque d’or. Les électrons éjectés d’une polarité aléatoire sont passés entre deux rangs d’ADN. Les chercheurs ont découvert qu’à leur sortie, une majorité d’entre eux était polarisée. Comme le rapportent nos confrères de Futura-Sciences, le phénomène est encore mal compris et nous sommes encore très loin d’une commercialisation. Néanmoins, ce sont des recherches intéressantes qui laissent rêveur quant à l’avenir de l’informatique et l’électronique.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
10 commentaires
    Votre commentaire
  • darika
    Cela pourrait être très intéressant pour la durée de vie d'archivage des données ;)
    0
  • zeb
    Citation:
    modifier la polarité des électrons
    Non mais ça va pas ?! :pt1cable:

    Inverser le spin d'un électron, pourtant stable, c'est une chose.
    Inverser la polarité d'un électron, c'est impossible. Pis si on y arrive quand même - attention, l'anti-matière ça pique, ne pas faire ça chez soi - ça ne s'appelle plus un électron mais un positron. :o
    1
  • mygalomaniak
    Un photon polarisé je vois ce que c'est. Un électron polarisé késako ?
    1