Motorola aussi veut son OS Linux

Plusieurs signes laissent penser que Motorola vient d’acquérir Azingo dans le but de développer son propre OS mobile utilisant un noyau Linux.

Motorola aussi

Un des responsables de la marque a récemment affirmé que la firme allait bientôt réaliser une acquisition et un autre a déclaré que Motorola était attiré par l’idée d’avoir son propre système d’exploitation à l’instar d’Apple ou RIM. De plus, certains employés d’Azigo ont changé leurs profils LinkedIn et affirment qu’ils travaillent maintenant pour Motorola. Bref, il ne manque plus qu’un communiqué de presse pour confirmer le tout.

L’embarras du choix est embarrassant

Nous nous posons néanmoins la question de savoir si ce choix est judicieux. Motorola est connu pour ses téléphones Android (un autre système d’exploitation utilisant un noyau Linux) et un nouvel OS ne ferait que diluer les plateformes logicielles disponibles. Il est vrai que cette acquisition lui permettrait de profiter d’un navigateur WebKit, d’un moteur Flash et de nombreux outils de développement. Néanmoins, en pratique et comme nous le soulevions lorsque des fabricants japonais ont annoncé la même nouvelle (cf. « Encore un OS mobile utilisant Linux »), la multiplication des systèmes ne va pas favoriser la création d’applications et n’aidera donc pas dans la lutte contre l’AppStore. Il est clair que le consommateur doit avoir le choix, mais les velléités de Motorola et des autres fabricants semblent se limiter à vouloir faire comme les géants du moment, ce qui ne devrait pas amener le consommateur bien loin.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • JackDaniels93
    Il faudrait unifier les markets pour les applications, créer un standard.
    Ainsi peut importe l'OS, tout le monde pourrait profiter des même applis.
    5
  • lepoilux
    Motorolux !
    1
  • lichemz
    JackDaniels93Il faudrait unifier les markets pour les applications, créer un standard.Ainsi peut importe l'OS, tout le monde pourrait profiter des même applis.

    Il faudrait aussi un hardware unique (ou tout du moins une sorte de standard, de machine "type" sur laquelle les développeurs se baseraient) pour pouvoir créer des applications réellement optimisées. Sur ce point, Apple a finalement bien joué avec son OS qui ne tourne que sur un nombre restreint de machines (iPhone/iPod Touch/iPad) au hardware similaire : le développeur sait sur quel environnement son application va tourner, avec quelles performances, etc. Il peut, de fait, optimiser finement son code et on se retrouve avec un mécanisme similaire à celui qui a lieu sur console. Evidemment, il serait très difficile d'imposer ça dans un microcosme où chaque constructeur veut sortir LA machine et être celui qui fera la nique à Apple ...
    -1