Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Le CPU ARM Cortex A15 est disponible

Par - Source: Tom's Hardware FR | B 4 commentaires

ARM vient d’annoncer la disponibilité des premiers processeurs quad core Cortex-A15 MP4 capables de fonctionner à 2 GHz. Ils ont une puissance de calcul pouvant atteindre 20 000 DMIPS et sont gravés en 28 nm par TSMC qui utilise un processus de fabrication dit « High Performance ». En d’autres termes, la grille est courte, ce qui accroît les performances, mais la puce est plus difficile à fabriquer (cf. « Les limites des finesses définies par l’ITRS »)

Un Cortex plus rapide et consommant moins

Les délais qu’ARM avait fixés l’an dernier sont donc respectés (cf. « Le Cortex A15 confirmé en 2012 : 4 cores, 2,5 GHz »). La puce a été présentée en détail lors de la conférence COOL Chips XV qui se tient actuellement au Japon.

Le Cortex A15 utilise toujours une architecture ARMv7 qui inclut le jeu d’instruction SIMD 128 bits NEON (cf. « NEON, Tegra, Flash et WebM : explications ») et un module pour les calculs en virgule flottante. Les 2 x 32 Ko de cache L1 et les 2 Mo de cache L2 utilisent un système de correction d’erreur. Bref, l’architecture est relativement proche de ce que l’on a vu avec les Cortex-A9 et cette nouvelle puce va surtout se démarquer par la présence de quatre cores et une finesse de gravure en 28 nm, ce qui va abaisser la consommation.

Parmi les nouveautés, ARM utilise une nouvelle version de AMBA, sa technologie connectant les différents cores entre eux. Cette quatrième version apporte une meilleure gestion des caches entre les différents cores et offre un bus de 128 bits au lieu de 64 bits pour les Cortex-A9.

Une volonté de concurrencer les processeurs x86

Le Cortex A15 est aussi clairement tourné vers des systèmes informatiques x86. Pour la première fois, le processeur est capable d’adresser 1 To de RAM et il dispose de technologies optimisant la virtualisation. Ce sont des fonctionnalités qui sont complètement inutiles pour une tablette ou un téléphone, mais qui s’avèreront importantes sur un ordinateur personnel ou un serveur.

L’hégémonie d’Intel est toujours intacte et parler de menace est encore prématuré. ARM pense néanmoins qu’il peut pénétrer ces marchés et il a raison. HP s’est rallié à sa cause (cf. « Des serveurs HP avec ARM Calxeda inside »). Les serveurs ARM sont de plus en plus courants et les ordinateurs ultrafins ARMv7 ne sont pas très loin (cf. « Qualcomm prépare des Ultrabook Windows 8 ARM »). Personne n’aurait pu le prédire il y a trois ans, mais ARM va s’attaquer à un marché que l’on pensait immuable.

Commentaires
Afficher les 4 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • delphi_jb , 19 avril 2012 09:04
    A force de conservation exagéré sur la "prestigieuse" licence X86, la concurrence a finalement trouvé une faille. Windows a déja passé le cap. Si le marché fonctionne sur cette architecture ARM, imaginons ce qui risque de se produire si les éditeurs commencerais a produire des produits pour ARM...

    Moi je dis, l'avenir est certes incertain, mais il s'annonce palpitant ;) 
  • Melaure , 19 avril 2012 10:33
    Tout à fait d'accord. Je n'ai d'ailleurs jamais accroché au x86, et après le 68000 et le PPC, je serais heureux autre chose se développer ...
  • julienw@guest , 19 avril 2012 11:53
    "Ce sont des fonctionnalités qui sont complètement inutiles pour une tablette ou un téléphone" (sur la virtualisation), c'est complètement faux en entreprise: c'est une des pistes explorées pour pouvoir avoir à la fois une sphère privée et pro sur un même device.
  • qqjb@guest , 17 mai 2012 16:08
    Hey oh; faut pas oublier que c'est un site pour mineurs !