D-Wave présente son processeur quantique

La sphère de Bloch ou la représentation d'un qubitD-Wave a fait la présentation officielle d’Orion, le premier processeur au monde composé de 16 Qubit et censé pouvoir être commercialisé. Le fonctionnement d’Orion fait appel aux principes de la mécanique quantique, comme nous vous le mentionnions dans notre actualité « Le premier ordinateur quantique commercialisable ? ».

Quantique et classique ensemble

D-Wave a apporté plusieurs précisions la première étant qu’Orion peut être fabriqué avec les outils dont disposent déjà les fonderies pour la réalisation d’autres semi-conducteurs. La firme explique aussi que les calculs d’Orion sont équivalents à ceux des puces classiques, ce qui permet de faciliter la programmation d’application pour ce processeur. Enfin, un haut responsable à tenu à rappeler que le but d’Orion n’était pas remplacer les processeurs classiques et que la présentation de ce processeur quantique ne marque pas la fin du numérique tel qu’on le connaît aujourd’hui. D-Wave table donc sur une cohabitation entre le quantique et les puces classiques afin de résoudre les problèmes les plus complexes au monde. D’ailleurs, la firme note que les calculateurs quantiques ont encore besoin des ordinateurs classiques pour les algorithmes classiques et quelques précalculs.

Problèmes d’organisation

D-Wave a aussi donné un peu plus de détails sur son processeur affirmant que la firme travaille sur un grand nombre de Qubits mais tente de contrôler seulement certains d’entre eux. La firme utilise aussi une technique développée par un professeur de mécanique quantique de MIT, Seth Lloyd, qui permet, en théorie, de prévenir le crash d’un calculateur quantique devant l’incroyable masse de données qu’il doit gérer. Les chercheurs font ensuite appel à des matériaux super conducteurs et des champs magnétiques pour organiser les Qubits.

Pas de 3D Mark, S.V.P.…

D-Wave affirme qu’Orion est capable d’exécuter 64 000 calculs simultanément. D’ailleurs pour démontrer la puissance de son produit, les représentants ont mis en avant un problème non déterministe polynomial, dit du voyageur de commerce. Ce problème demande de calculer l’itinéraire d’un vendeur partant depuis une ville et arrivant à la même ville en passant une fois par différentes villes, le but étant de trouver l’itinéraire le moins cher. D-Ware a pris l’exemple de la Suède et de ses 24 978 villes qui demanderaient 85 ans de calculs pour un ordinateur aujourd’hui. Orion ne demande que quelques cycles. Orion tourne néanmoins à une fréquence bien inférieure de celles des processeurs classique d’aujourd’hui et la firme parle d’un processeur de 1 000 Qubits plus rapide pour la fin 2008. Néanmoins, le but de cette démonstration n’était pas de pavaner des performances, mais de montrer que les calculateurs quantiques deviennent petit à petit une réalité et qu’ils vont continuer sur le chemin du progrès.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
19 commentaires
    Votre commentaire
  • DJ_XaeR0_69
    un 3d mark bourdail :o
    0
  • moua
    Quel sont les calculs plus rapide à effectuer avec des puces classique ?
    Ou question inverse : quel sont les calculs (beaucoup) plus rapide avec ce type de processeur quantique ?
    0
  • ricky02
    Citation:
    D’ailleurs pour démontrer la puissance de son produit, les représentants ont mis en avant un problème non déterministe polynomial, dit du vendeur itinérant.


    C'est l'exemple d'algo polynomial qui est systématiquement cité dans les écoles (en math, informatique, ...). Je le connaissais sous le nom de "Voyageur de commerce". Mauvaise traduction, où il porte plusieurs noms ?
    0