Verbatim : des DVD-R à l’épreuve du temps

Verbatim vient de lancer sur le marché japonais de nouveaux DVD-R baptisés ARLEDIA. Ces disques inscriptibles utilisent ce que le constructeur sait faire de mieux pour le marché grand public, ce qui permet d’ailleurs à Verbatim d’annoncer une durée de vie doublée par rapport aux DVD-R classiques. Le constructeur se garde toutefois de donner une longévité précise. Il faut dire que celle-ci varie énormément selon les conditions de stockage (lumière, chaleur, humidité).

Techniquement, ces DVD-R bénéficient d’une couche réfléchissante composée d'un alliage or/argent non corrosif, d’une couche d'enregistrement en AZO DYN-3 et d'une couche de polycarbonate résistante aux rayures et aux traces de doigt. On notera au passage que ces médias vierges supportent une vitesse de gravure maximale de 8x. Reste à connaitre le prix de ces DVD-R à la durée de vie allongée…

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • TheStarvingStudent
    Il ne reste plus qu'à foirer le gravage -plaqué or-
    oui je sais, il y aura toujours une mauvaise langue contre les supports optiques de stockage.
    0
  • malfretup
    bah, j'ai des DVD qui tiennent 3 jours... ceux là tiendront 6 ;-)
    2
  • mitsha
    ah ben c'est pas trop tôt! c'était la dégringolade de qualité pour les médias de stockage:
    - la cassette était très fiable, lisible partout mais sujette aux problèmes mécaniques, en dehors de ça elle est increvable (j'ai des cassettes qui ont plus de 20 ans)
    - la disquette était plus résistante, lisible partout mais beaucoup moins fiable, sa durée de vie dépendait surtout du nombre d'utilisations
    - est arrivé le CD-R "haut de gamme" plus fiable que la disquette, mais pas lisible partout (les lecteurs étaient surtout conçus pour les CD pressés) et plus fragile
    - puis le CD-R low cost, moins fiable que ses prédécesseurs, d'une durée de vie de quelques années dans le meilleur des cas et surtout on avait une chance sur 4 qu'il ne soit pas lisible ailleurs, même dans un graveur
    - et le DVD-R qui est passé rapidement au format low cost, fiabilité moyenne, durée de vie de quelques mois, et illisible dans beaucoup de lecteurs, même neuf et de bonne qualité...
    bref je me demande qui se sert de DVD-R à l'heure actuelle à moins d'y être obligé pour des raisons techniques.

    Avec une telle régression c'est pas demain la veille que j’achèterai un graveur blueray...
    1