Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Le Galaxy S III est là

Par - Source: Tom's Hardware FR

Samsung a présenté hier le très attendu Galaxy S III qui vient remplacer le célèbre Galaxy S II qui fut en grande partie responsable du succès de la firme sur le marché des smartphones Android l'an dernier. Cette annonce est donc incroyablement importante sur un marché très compétitif. Vous avez pu suivre avec nous l’événement sur Twitter (cf. « Samsung Galaxy S3 : rendez-vous à 20h »). Revenons sur les éléments importants de la présentation et nos premières impressions.

Encore un écran PenTile

L´écran du Galaxy S III joue le jeu de la surenchère avec une diagonale de 4,8 pouces. Pour rappel, le Galaxy S II fait 4,3 pouces et l’écran du Galaxy Nexus mesure 4,65 pouces, contre 4,7 pouces pour le HTC One X. Bref, il est très grand et parfois déroutant, selon nos premières impressions.

Samsung utilise une dalle HD Super AMOLED d’une définition de 1 280 x 720, soit une résolution de 306 ppp. On regrette l’utilisation de la technologie PenTile qui dégrade en partie l’image au profit d’une simplification de la dalle en omettant des pixels sans pour autant changer la définition (cf. « Un écran IPS 4,5" d’une résolution de 329 ppp »). L’image reste tout de même belle, mais elle n’est pas aussi nette et les couleurs ne sont pas aussi claires qu’avec une dalle classique, comme le montre la photo ci-contre prise par The Verge.

Du plastique bon marché et une configuration trop proche du Galaxy Nexus

Le châssis est fin et le téléphone est très léger. Il a une épaisseur de 8,6 mm, contre 8,3 mm pour le Galaxy S II. C’est une finesse impressionnante pour un téléphone nettement plus grand. Le HTC One X, dont la diagonale se rapproche le plus de celle du Galaxy S III, a une épaisseur de 9,3 mm. On regrette par contre beaucoup l’utilisation d’une coque arrière en plastique de qualité médiocre qui donne l’impression d’une mauvaise finition. Samsung s’inspire ici du Galaxy S au lieu du Galaxy S II qui était pourtant mieux travaillé que son prédécesseur.

Comme prévu, le Galaxy S III utilise le nouveau processeur Exynos 4 Quad que nous vous présentions la semaine dernière (cf. « Exynos 4 Quad : le prochain SoC du Galaxy S III »). Il embarque aussi une batterie d’une capacité de 2 100 mAh, ce qui est une amélioration importante par rapport au 1 650 mAh du Galaxy S II et les 1 800 mAh qu’offre généralement la concurrence.

L’autre aspect matériel intéressant de l’appareil est un capteur 8 mégapixels à l’arrière. Il est capable de prendre des photos pendant l’enregistrement d’une vidéo, il dispose d’un mode rafale (une photo en 990 ms) et la possibilité de prendre plusieurs photos à la fois pour choisir la meilleure ou utiliser un effet de type HDR.

Sur un plan purement matériel, le Galaxy S III représente donc une évolution par rapport au Galaxy S II (à condition d’aimer les smartphones grand écran) ou au Galaxy Nexus. Le modèle sorti fin 2011 a la même définition, une meilleure résolution et une RAM de 1 Go identique. On doute que la plus grande batterie et le meilleur capteur photo soient suffisants pour convaincre le public de vendre leur HTC One ou même leur Galaxy S II/Note/Nexus. Par contre, ceux qui renouvellent leur contrat cette année et qui ont un téléphone qui date de deux ans ou plus pourraient y voir un produit intéressant qui s'annonce performant. Dommage que l’interface du nouveau smartphone qui utilise Ice Cream Sandwich (Android 4) soit si contestée.

Une interface parfois maladroite, mais des fonctionnalités intéressantes

Samsung fait toujours appel à l’interface TouchWiz pour le Galaxy S III et les réactions sont souvent négatives. Le Coréen a voulu copier la nature. Pour débloquer son téléphone, il faut taper sur un écran qui imite la surface de l’eau. Certains éléments ressemblent à des feuilles ou des cailloux. Dans l’ensemble, c’est loin d’être toujours évident ou pratique et il faut parfois passer par plusieurs menus pour arriver à une fonction qui est apparente sur l’interface classique de Ice Cream Sandwich.

Samsung a aussi présenté S-Beam et S-Voice. Le premier permet de transférer des fichiers de 1 Go à un autre Galaxy S III à l'aide du NFC. Le second est une fonctionnalité dont certains aspects ressemblent beaucoup trop à Siri, le système de reconnaissance vocale d’iOS 5. Le principe de S-Voice est le même et il n’est pas nouveau puisque la fonctionnalité était présente sur Android avant d’arriver sur iOS. Il s’agit de demander des informations ou activer certaines fonctions à l’aide de sa voix. Les premières vidéos circulant sur le web montrant les essais réalisés en français sont peu convaincants.

Enfin, l’autre fonctionnalité importante de ce lancement est le suivi des yeux de l’utilisateur. Du moment qu’il ne ferme pas les yeux ou qu’il ne les détourne pas de l’écran, le système ne se mettra pas en veille, ce qui évite d’avoir à toucher le téléphone pour éviter qu’il s’éteigne. Pour arriver à ses fins, Samsung utilise un capteur photo à l'avant de l'appareil de 1,9 mégapixel.

Le Galaxy S III sera d’abord vendu en Europe le 29 mai prochain, puis aux États-Unis en juin. Il n’y aura que des modèles 16 Go et 32 Go dans un premier temps et ils seront limité à de la 3G. Des modèles 64 Go et LTE (qui utiliseront un processeur Snapdragon S4) arriveront à l’été. Les modèles utilisant le SoC de Qualcomm devraient avoir des stocks très limités (cf. « Rupture de Snapdragon en vue »). Samsung devrait aussi offrir un compte Dropbox de 50 Go pendant deux ans aux personnes achetant son nouveau téléphone, faisant ainsi pied de nez à Google et son Google Drive.





Mise à jour 10h00 : l'actualité a été modifiée pour tempérer la comparaison avec le Nexus et corriger deux erreurs techniques sur le capteur avant et la comparaison avec le GPU du Nexus. Enfin, nous avons rajouté une mention sur S-Beam et Dropbox. Merci aux commentaires constructifs de l'actualité.