Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

GeForce GTX 690 : vaut-elle vraiment ses 1000 € ?

GeForce GTX 690 : vaut-elle vraiment ses 1000 € ?
Par

La Bugatti Veyron Super Sport, l'Aston Martin One-77, la Lamborghini Reventon sont toutes des voitures à plusieurs millions d'euros que nous admirons en photo mais ne verrons sans doute jamais sur la route et ne posséderons pas. Et pourtant elles sont sexy.

Nous pourrions nous laisser aller à comparer des composants ultra haut de gamme à des voitures de sport, pourtant, dans les faits, ces comparaisons n'ont pas lieu d'être. Pour le prix de quatre pneus d'une Veyron, on peut s'acheter... 35 Core i7 3960X ! Certes, mettre 1000 € dans un processeur paraît ridicule, mais par rapport à d'autres luxes, l'informatique est en fait très accessible.

Nous pourrions donc filer la métaphore automobile en parlant de la GeForce GTX690 comme de la Bugatti Veyron des joueurs, mais en réalité, quiconque avec 1000 € de côté pourra se l'offrir. Bien sûr, pour faire bonne mesure, il faudra l'associer à un écran de 27" ou 30", mais nous ne pouvons pas la tester comme si elle était dans une autre ligue que les GeForce GTX 680 ou Radeon HD 7970. Non, la GeForce GTX 690 doit faire ses preuves comme n'importe quelle autre carte.

Si vous avez l'actualité que nous avons publiée dimanche dernier (La GeForce GTX 690 arrive le 3 mai 2012), vous connaissez déjà à peu près toutes les caractéristiques de la GeForce GTX 690. Nous allons rapidement revenir dessus en les explorant un peu plus en détail, puis nous passerons aux benchmarks, en 1920 x 1200, 2560 x 1600 et 5760 x 1080.

Sous le capot de la GeForce GTX 690 4 Go

La GeForce GTX 690 est une carte à deux GPU GK104. Ces GPU ne sont pas bridés, la GTX 690 possède donc un total de 3072 CUDA cores, 256 unités de texture et 64 ROPs.

Le pont NF200 qu'utilisait Nvidia sur la GeForce GTX 590 a disparu. Il est limité au PCI-Express 2.0 est aurait donc étouffé les deux GK104. À sa place, Nvidia a choisi une puce PLX PEX 8747, qui gère 48 lignes PCI-Express 3.0.

Cette puce communique avec chaque GPU sur un bus à 16 lignes puis crée une interface à 16 lignes vers le chipset de la carte mère ou du CPU. Développé tout exprès pour ce genre d'utilisation, le PEX 8747 n'induit qu'une latence de 126 ns, son insertion ne devrait donc pas avoir un effet négatif sur les performances. Par ailleurs, les fonctionnalités particulières du NF200 (comme le multicast) sont présentes sur le PEX 8747.

Chaque processeur graphique a son propre bis mémoire à 256 bits, sur lequel Nvidia branche 2 Go de GDDR5. Le fabricant assure que la mémoire est aussi rapide que sur les GTX 680 ( 6 GT/s) et la bande passante aussi large (192 Go/s par GPU).

Les fréquences des GK104 sont légèrement inférieures : 915 MHz sur la GeForce GTX 690 contre 1006 MHz. Cette concession était nécessaire pour maintenir le TDP de la carte sous les 300 W. Cependant, la technologie GPU Boost est toujours présente et peut pousser les GPU à 1019 MHz tant que le TDP n'est pas dépassé (les GeForce GTX 680 peuvent aller jusqu'à 1058 MHz).

La puissance est une des caractéristiques clés de la GeForce GTX 690. Son prédécesseur, la GeForce GTX 590 affichait un TDP de 365 W, dangereusement proche du maximum fournit par le port PCI-Express et les deux connecteurs d'alimentation à 8 broches. La GeForce GTX 690 n'affiche qu'un TDP de 300 W et possède pourtant les mêmes connecteurs, ce qui laisse de la marge aux overclockers les plus fous.

La GeForce GTX 690 est aussi un témoignage des efforts réalisés par les ingénieurs de Nvidia pour construire une carte qui reste silencieuse, dissipe efficacement la chaleur et soit jolie à regarder. La coque est faite d'aluminium chromé, et non de plastique comme sur la plupart des autres cartes graphiques. Le châssis du ventilateur est construit en un alliage de magnésium, qui est censé aider l'évacuation de la chaleur et minimise la propagation des vibrations.

Chaque GPU est recouvert d'un dissipateur à chambre à vapeur, comme sur toutes les Radeon ou GeForce récente. Nvidia a même ajouté une LED sur le dessus pouvant être contrôlée par logiciel, changeant de couleur selon la charge par exemple. Pour le moment, toutefois, cette LED se contente de s'allumer en même temps que la carte.

Comme sur les cartes bi-GPU précédentes, Nvidia utilise un ventilateur axial monté au milieu des deux GPU. Le défaut de cette configuration est que la chaleur du GPU arrière est recyclée à l'intérieur du boîtier. Mais puisque Nvidia et AMD l'ont choisie pour leurs dernières cartes bi-GPU, nous ne pouvons que supposer qu'il s'agit de la moins mauvaise option.

Pourtant, dans un PC où serait installé deux GeForce GTX 690 en SLI, c'est l'air chaud issu de deux GeForce GTX 680 qui se trouve ainsi renvoyé dans le boîtier plutôt qu'évacué dehors. Un détail à ne pas négliger.

Les GeForce GTX 690 offrent quatre sorties vidéo : trois DVI dual-link et un mini-DisplayPort. Elles sont utilisables en même temps, sur quatre écrans différents. Ici la carte bi-GPU facilite vraiment les choses. Avec deux GeForce GTX 680, connecter trois écrans peut-être un vrai casse-tête : bien que chacune possède quatre sorties, tout n'est pas possible selon que les écrans utilisent du DVI, du HDMI ou du DisplayPort. Avec trois DVI, tout est plus simple.

Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Il y a 0 commentaire.
Cette page n'accepte plus de commentaires
virtue