Le Hardware Open Source

Le hardware open-source : où en est-on ? (suite)

Quelles sont les applications ?

  • du Fun, du Fun et encore du Fun
La première et la plus importante des raisons pour laquelle des ingenieurs/etudiants travaillent sur ce genre de projet est évidente : pour le fun ! Pour le plaisir de voir son microprocesseur tourner avec son propre jeu d'instruction (qui ne respecte allégrement pas la rétro-compatibilité X86 !) issu du compilateur qu'un copain vient d'écrire tout spécialement pour votre CPU. C'est clairement pour le plaisir de la création, et du partage des connaissances que ce mouvement est né, pour les mêmes raisons qui ont fait du logiciel libre ce qu'il est aujourd'hui.

Le hardware libre : modèle économique viable ?

Il existe des domaines où les sources libres issues de ce mouvement ont pu être utilisées dans des applications commerciales bien spécifiques. Auquel cas le modèle même du Hardware libre peut devenir une option pour certaines start-ups à la recherche de solutions à bas prix, par le simple fait qu'aucune redevance n'est à payer pour l'utilisation d'un noyau libre. C'est loin d'être le cas lorsqu'un constructeur décide d'employer un noyau ARM ou Power-PC dans un téléphone portable ou un PDA.

Le projet OPEN-Risc 1000 est par exemple un microcontrôleur open source qui a été implémenté sur silicium par Flextronics pour une application embarquée. Si les performances du Hardware libre sont bien loin de celles des puces Intel, ATI, AMD, les solutions open source offrent l'avantage d'être peu coûteuses et peu gourmandes en énergie. Et elles présentent aussi l'intérêt d'être adaptatives : il est en effet plus facile à mon avis de discuter avec un petit groupe de concepteurs open source pour changer telle ou telle fonctionnalité de la puce, plutôt qu'avec une armée de designers digitaux d'un grand groupe, épaulé par une hiérarchie des plus lourdes, bardée d'avocats et de contrats à signer avec précautions.
Dans la même veine, Rosum utilise une IP OPEN-risc 1200 pour un système de positionnement embarqué. Le même processeur est également utilisé par Voxi ainsi que plusieurs autres IP open cores articulées autour du protocole libre Wishbone.

En outre, les entreprises qui choisissent le Hardware open source peuvent aussi compter sur le pendant software du mouvement. Ainsi, uLinux tourne sur plateforme OPEN-Risc 1000.

Bref au-delà du simple amusement qu'on peut y trouver, il y a clairement une voie du Hardware libre pour le marché de l'électronique au même titre qu'il existe aujourd'hui une voie du logiciel libre qui n'est plus à mettre en évidence pour le monde du software.