Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Un lecteur Flash optimisé pour les MacBook Air

Par - Source: Engadget | B 15 commentaires

Le P.D.G d’Abobe vient d’admettre que sa firme travaillait sur une version de son lecteur Flash optimisée pour les MacBook Air.

Adobe blâme Apple à demi-mot

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la saga, la sortie du dernier MacBook Air s’est accompagnée d’une révélation sur les performances du Flash sur Mac OS X. Sans le lecteur installé, nos confrères d'Ars Technica ont montré que l’autonomie du dernier portable d’Apple gagne deux heures, ce qui est tout simplement énorme et prouve encore une fois les demandes exorbitantes du logiciel sur le système à la pomme.

Lorsque nos confrères d’Engadget ont demandé la position d’Adobe sur ce sujet, la réponse fut très surprenante. Le P.D.G a tout d’abord commencé à dire que « lorsque l’on a accès à l’accélération matérielle, nous avons prouvé que le Flash a des performances égales ou meilleures sur toutes les plateformes ». En d’autres termes, ce serait la faute d’Apple parce qu’il n’ouvrirait pas suffisamment ces machines à Adobe ou qu'il n'a pas fourni un MacBook Air à l'éditeur avant sa commercialisation.

Une réponse surprenante

Le grand problème avec cette affirmation est que le GPU des derniers MacBook Air est pris en charge par la dernière version du Flash (cf. « Le Flash enfin accéléré par les GPU Mac »). En d’autres termes, Adobe a déjà accès au processeur graphique de la machine.

Adobe ne s’est pas arrêté là, mais a avoué qu’il travaillait sur une bêta optimisée pour l’ultraportable de la firme, ce qui nous laisse encore plus perplexes. Pourquoi une version MacBook Air quand la machine n’est pas fondamentalement différente des autres sur un plan purement matériel ? On retrouve la même architecture CPU (Penryn) et le même GPU (GeForce 320M) que sur le MacBook et un SSD comme sur les MacBook Pro et les derniers iMac. Serait-ce que le MacBook Air, qui est un ultraportable dont l’autonomie est un facteur important, exacerberait un problème commun à toutes les plateformes Mac OS X ? Si la réponse est positive, pourquoi se limiter à une version pour cet ordinateur ?

Il est clair que l’image du Flash sur Mac OS X est terne et les derniers évènements n’ont rien fait pour l’améliorer. Adobe le sait, mais cette tentative de réponse n’a pas présenté de solution qui soit pour l’instant satisfaisante. C’est en tous les cas un changement de discours par rapport aux anciennes déclarations qui niaient l’existence de tout problème.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • -1 Masquer
    Anonyme , 18 novembre 2010 04:34
    Même si Adobe n'est pas en cause, Flash est une technologie détestable.

    Ce n'est que mon point de vu.
  • mopoulpo , 18 novembre 2010 09:14
    détestable, ou pas, le format shockwave/flash permet d'avoir des animations vectorielles comme animator vs animation lisibles directement offline (mediaplayer homecinema par exemple) ou sur navigateur disposant du plugin flash.
    Je me demande ce qu'on pourrait mettre en face (mis à par silverlight) pour avoir la même chose...
  • pocchami , 18 novembre 2010 09:33
    Citation :
    Je me demande ce qu'on pourrait mettre en face (mis à par silverlight) pour avoir la même chose...


    Si tu enlève tout ce qui ressemble a Flash, rien ne ressemble à Flash :p 
  • Afficher les 15 commentaires.
  • magellan , 18 novembre 2010 09:47
    Citation :
    Même si Adobe n'est pas en cause, Flash est une technologie détestable.

    Ce n'est que mon point de vu.

    :non: 

    Ce n'est pas la technologie qui est détestable, car elle permet énormément de choses, que ce soit de l'animation vectorielle comme le dit mopoulpo, que d'enrichir le contenu des pages... à condition que ce soit fait intelligemment. En plus, c'est cross platform, c'est-à-dire qu'en dehors d'Apple, le flash est exécuté sur tous les navigateurs (ou presque) du marché. Dans ces conditions, quoi reprocher au flash? Il ne pourrit pas le code des pages, il ne vérole pas forcément les machines, mais ses problèmes sont:
    - La consommation mémoire qui peut devenir délirante
    - Le coût licence Adobe qui le rend souvent inaccessible à plein de PME
    - Les problèmes de robustesse
    - La pléthore de programmes pourris faits par des amateurs.

    Le flash, c'est comme tous les langages: cela peut être utilisé à tort et à travers, rendant le produit final minable, gourmand et pénible à mettre en oeuvre.

    Mais jusqu'à preuve du contraire, flash offre des services comme la vidéo, la lecture audio, et ceci de manière super intuitive pour le tout à chacun.
  • freeboxer , 18 novembre 2010 10:16
    Pendant ce temps, Steve Jobs continue à vendre des applications à la pelle sur son App Store sans être inquiété.....

    Donc en fait on a une couverture de monopole qui passe inaperçue sur débat de qualité d'un langage de programmation, qui comme TOUS les langages peut être utilisé avec excellence ou pas par CHAQUE programmeur. C'est donc un faux débat qui permet à tous les gens qui ont un I-qqchose de continuer à se faire enfler sur le App Store. Je vais prendre des -1 mais je les assume (Couvrez-moiiiiii)
    Cela dit il semble éprouvé que, dans certains cas donc, le FLASH entame l'autonomie de toutes les machines : pas que les MACS soyons réalistes. En ce cas, l'utilisateur ne peut il pas décider ou pas de l'utiliser au lieu de ne pouvoir utiliser une part non négligeable des sites internet mondiaux ?
  • magellan , 18 novembre 2010 13:38
    Citation :
    Pendant ce temps, Steve Jobs continue à vendre des applications à la pelle sur son App Store sans être inquiété...
    Donc en fait on a une couverture de monopole qui passe inaperçue

    Petite précision intéressante: concernant Apple, le contrat de licence intègre non seulement le hardware, mais aussi le software. c'est un cas spécifique qui n'est pas comparable à celui d'un Microsoft par exemple. Quand tu achètes un Mac, tu as un "tout-en-un", donc en gros tu achètes (si je schématise) une "console de jeu", où l'OS est totalement lié au matériel. D'ailleurs, c'est pour cela que tu ne peux officiellement pas installer un Mac OS sur autre chose qu'un Mac.

    Tu ne peux donc juridiquement pas parler de prison logicielle, puisqu'en achetant un Mac/Iphone/ipad, tu choisis de valider cette architecture. A contrario, Windows (pour ne citer que), a été vilipendé parce qu'il s'est révélé être vendu de manière totalement liée au matériel, chose qui, en principe, est illégale. Tu peux acheter séparément le matériel, vierge, et y installer ce qui te convient.

    NOTA: tu peux acheter un Mac sans OS... à condition de le demander.
    Citation :
    Sur débat de qualité d'un langage de programmation, qui comme TOUS les langages peut être utilisé avec excellence ou pas par CHAQUE programmeur. C'est donc un faux débat qui permet à tous les gens qui ont un I-qqchose de continuer à se faire enfler sur le App Store.

    Au bémol près que cela n'empêche pas non plus d'avoir des applications de qualité, bien réalisées, et profitant donc de l'environnement de développement de Apple. Dans ces conditions, qu'on m'explique pourquoi un client final qui se fout du langage caché derrière son produit s'inquiéterait de savoir si flash est, ou pas, pris en charge.
    Là où cela devient signifiant, c'est sur la navigation web: quand le flash n'est pas présent, cela ôte une quantité non négligeable de contenu, que ce soit de la présentation brute, que du jeu à la con qui est un clone de tetris.
    Donc le débat se déporte ailleurs: pas du côté applicatif, où je peux comprendre la légitimité de ne pas chercher à exécuter du flash en indépendant, mais côté navigateur où là, l'absence de flash peut réellement être handicapant.
    Petite précision amusante: as tu la moindre "application" en flash sur ton PC? Non: quand tu as du flash offline, c'est un exécutable (.exe) en standalone qui est disponible. Sinon, le .swf est hébergé sur le serveur, tu en télécharges le contenu et les éventuels composants additionnels, et tu l'exécutes à travers ton navigateur favori. Donc, parler d'application flash n'est pas "judicieux", du moins au sens où tu l'exprimes.

    Citation :
    Je vais prendre des -1 mais je les assume (Couvrez-moiiiiii)

    Je ne vois pas pourquoi :??: 
    Citation :
    Cela dit il semble éprouvé que, dans certains cas donc, le FLASH entame l'autonomie de toutes les machines : pas que les MACS soyons réalistes. En ce cas, l'utilisateur ne peut il pas décider ou pas de l'utiliser au lieu de ne pouvoir utiliser une part non négligeable des sites internet mondiaux ?

    L'autonomie est forcément impactée, puisque le concept est de faire fonctionner non pas un standalone, mais comme un composant exécuté dans une sorte de "machine virtuelle". De là, le problème est que la chose est plus gourmande en ressources qu'un exécutable indépendant. C'est le modèle un peu pénible du principe, mais cela permet, en contrepartie, d'avoir des composants fonctionnant sur un nombre non négligeable d'environnements.

    Pour ce qui est du choix, là c'est plus compliqué: comme Apple et Adobe se bouffent le nez pour savoir si, oui ou non, Flash est à supporter sur l'OS cible, tu arrives à une situation où l'utilisateur a difficilement le choix des armes. Par analogie, c'est comme si tu avais un équipementier qui refusait de bosser avec un fabricant de bagnoles (par exemple pour l'autoradio): tu ne peux pas l'équiper, les deux étant non compatibles, mais libre à toi de tenter une bidouille (si tu en es capable) pour parvenir à tes fins. Or, généralement, cela rend la manipulation quasi impossible. Tu as ce cas dans les automobiles modernes où la console centrale avec l'écran intégré qui contient le pilotage non seulement de la source audio, mais également la climatisation.... Difficile de s'en débarrasser pour un autoradio plus performant, ceci sans perdre la commande de clim'. Tu as donc le même souci (ou équivalent) avec le flash sur Iphone.
  • pluies , 18 novembre 2010 14:27
    freeboxer(...)Cela dit il semble éprouvé que, dans certains cas donc, le FLASH entame l'autonomie de toutes les machines : pas que les MACS soyons réalistes.

    Le plugin Flash pour Mac est merdique comparé à sa version Windows. La perte d'autonomie et la surchauffe sont des problèmes bien plus importants sous OS X que sous Windows (particulièrement frappant si on compare Flash sous OS X et sous Windows via BootCamp sur un même Mac... Bonjour l'ironie :/  ).
    A qui la faute ? Apple dit que c'est la faute d'Adobe si ils optimisent pas leur plugin, Adobe rejette la faute sur Apple. Vu que Flash sous Linux est tout aussi pourri, pour le coup j'aurais tendance à croire Apple.

    ActionScript en tant que langage est peut-être très bien hein, et le concept d'animation vectorielle est bon, mais Flash sous Mac c'est nul.

    freeboxerEn ce cas, l'utilisateur ne peut il pas décider ou pas de l'utiliser au lieu de ne pouvoir utiliser une part non négligeable des sites internet mondiaux ?

    Flash n'est pas installé par défaut sous Windows hein... Ensuite c'est à l'utilisateur de décider si il veut l'installer ou pas. Exactement comme pour le MacBook Air du coup.


    mopoulpodétestable, ou pas, le format shockwave/flash permet d'avoir des animations vectorielles comme animator vs animation lisibles directement offline (mediaplayer homecinema par exemple) ou sur navigateur disposant du plugin flash.Je me demande ce qu'on pourrait mettre en face (mis à par silverlight) pour avoir la même chose...

    SVG + l'élément canvas du HTML5 ?

    Pour l'instant c'est pas possible vu que IE supporte rien de standard, mais c'est une possibilité. Et puis c'est des vrais standards ouverts, pour changer. :) 
  • -1 Masquer
    freeboxer , 18 novembre 2010 15:03
    Je ne sais pas même pas si ça vaut la peine de reprendre le débat....

    magellan tu rentres complètement dans le technique avec les histoires de licence etc...alors que justement l'utilisateur s'en fout et n'a AUCUNEMENT conscience de signer je ne sais quel produit : il a l'impression d'acheter le TOP. A l'heure où tout le monde parle d'ouverture, OUI je parle de système prison. Par les applications, par l'USB, par la synchro. Et ça y a pas besoin de rentrer dans le juridique pour s'en apercevoir.

    Ensuite évidement que je parle des applications Flash au sens figuré, au sens utilisateur. La question n'est pas de permettre aux utilisateurs de choisir le langage de développement des applis, mais aux éditeurs de pas se farcir de nouveaux langages pour chaque nouvelle plateforme.

    Les -1 j'en ai pris plein, comme d'hab, mais d'autres m'ont couvert. Beaucoup de lecteurs s'en amusent, n'ont pas le sens du débat et de l'humour et je le déplore.

    Mon dernier paragraphe "s'adressait" bien sur à APPLE et non aux utilisateurs.

    Enfin de ce que je vois autour de moi, beaucoup de possesseurs d'Iphone vont se tourner ailleurs à cause de ces multiples problèmes. On ne peut retirer à APPLE d'avoir magnifiquement invité l'interface au doigt sur un téléphone à grande échelle. Mais les verrouillages vont les couler (c'est relatif bien sur avec 50M de $ dans les caisses).
  • -1 Masquer
    magellan , 18 novembre 2010 16:12
    Citation :
    magellan tu rentres complètement dans le technique avec les histoires de licence etc...alors que justement l'utilisateur s'en fout et n'a AUCUNEMENT conscience de signer je ne sais quel produit : il a l'impression d'acheter le TOP. A l'heure où tout le monde parle d'ouverture, OUI je parle de système prison. Par les applications, par l'USB, par la synchro. Et ça y a pas besoin de rentrer dans le juridique pour s'en apercevoir.

    Hélas si: le principe technique et le "top" moumoute sont deux choses différentes. Charge à l'utilisateur de savoir ce qu'il veut en faire... et là, le coup du plug in flash, n'étant pas propriété d'Apple, l'utilisateur n'aura pour seul recours potentiel que d'engueuler Adobe... or c'est s'attaquer à un géant qui, lui, a des impératifs politiques et économiques, donc nécessairement juridiques. Il se fera un malin plaisir de t'expliquer que Jobs est un filou, qu'il t'a enfumé... etc etc. Donc oui: la technique devient alors un support pour de la politique et du juridique.

    Citation :
    Ensuite évidement que je parle des applications Flash au sens figuré, au sens utilisateur. La question n'est pas de permettre aux utilisateurs de choisir le langage de développement des applis, mais aux éditeurs de pas se farcir de nouveaux langages pour chaque nouvelle plateforme.

    C'est pourtant un peu le cas selon les périodes: d'une année sur l'autre, le langage à la mode est x, puis y, puis x augmenté, puis y revu et corrigé, puis z... cela devient vraiment un problème pour les éditeurs.
    La preuve? nombre d'éditeurs se sont mis à pondre des apps pour l'iphone/ipad, à mettre en ligne des sites dédiés à ces appareils, alors que ce n'est, à mon sens, pas un choix standard. On adapte donc de l'environnement technique au commerce, et non l'inverse.
    Et les devs doivent donc se plier à ce bazar.

    Citation :
    Enfin de ce que je vois autour de moi, beaucoup de possesseurs d'Iphone vont se tourner ailleurs à cause de ces multiples problèmes. On ne peut retirer à APPLE d'avoir magnifiquement invité l'interface au doigt sur un téléphone à grande échelle. Mais les verrouillages vont les couler (c'est relatif bien sur avec 50M de $ dans les caisses).

    Je suis pleinement et définitivement d'accord sur l'aspect prison des utilisateurs... mais par le système du store d'Apple, et spécifiquement sur sa politique de censure des apps disponibles. Ensuite, le flash, c'est un problème totalement différent: il n'est pas conçu par Apple, ni même distribué par lui. C'est à Adobe de se démerder pour mettre en ligne un plug in fonctionnel (pour notre cas, c'est à dire sur du macbook). D'ailleurs, Apple s'est "ouvert" (par obligation, et puis par crainte de prendre un procès d'abus de position dominante) à la possibilité d'intégrer des players flash à l'iphone et l'ipad, preuve que le marché est là, et que la crainte d'être boudé pour ce manque apparaît comme possible. Reste à voir jusqu'où vont aller les deux géants.
  • 1815 , 18 novembre 2010 16:57
    Citation :
    En ce cas, l'utilisateur ne peut il pas décider ou pas de l'utiliser au lieu de ne pouvoir utiliser une part non négligeable des sites internet mondiaux ?



    mais t'es pas un peu fou, toi?
    laisser le user decider? et puis quoi encore?

    non non non. jobs c'est son boulot de decider ce qui est bon pour toi.
  • shooby , 18 novembre 2010 18:42
    dqzdzdqzdzqqMême si Adobe n'est pas en cause, Flash est une technologie détestable.Ce n'est que mon point de vu.

    on dis la même chose du MP3 vis à vis d'autres formats dis bien meilleurs ... pourtant le MP3 est toujours loin devant !
  • -1 Masquer
    magellan , 19 novembre 2010 10:37
    Là par contre shooby, ce n'est pas tout à fait la même chose: le mp3 est le premier fichier historique, celui qui s'est déployé sur tous les appareils/logiciels susceptibles de supporter de l'audio compressé. C'est lui qui a permis que nous ayons des baladeurs numériques, des autoradios pouvant lire un CD pour des dizaines de morceaux, de nous échanger des morceaux rapidement... De là, les autres formats "loseless" sont efficaces, mais hélas peu déployés, rarement supportés dans les baladeurs, et qui plus est, rarement optimisés en terme de performance. La plupart des équipements lisant du mp3 profitent aussi d'une décompression hardware, ce qui joue en la faveur de ce format. Ca n'en fait pas du tout la panacée (compression destructive) mais un "standard" de fait :/ 
  • shooby , 19 novembre 2010 18:09
    Un peu comme le flash donc
  • -1 Masquer
    freeboxer , 19 novembre 2010 18:13
    Héhé complètement d'accord !
  • magellan , 22 novembre 2010 10:30
    Pas tout à fait encore une fois...

    Le flash: il n'existe, pour l'heure, que peu d'alternatives (silverlight qui n'est pas si vieux, et HTML5 qui est loin d'être déployé)
    Le mp3: énormément de solutions meilleures, gratuites, open sources, mais pour le moment rarement implémentées du fait de la domination du format historique.