HP publie des résultats décevants

HP vient de publier ses résultats financiers pour son premier trimestre budgétaire 2012 qui s’est terminé le 31 janvier 2012 et les résultats sont loin d’être encourageants. Son chiffre d’affaires a baissé de 7 % par rapport à la même période l’année dernière pour atteindre 30 milliards de dollars (22,6 millions d’euros) et ses bénéfices ont chuté de 44 % et tournent à 1,5 milliard de dollars (1,13 milliard d’euros). Les marchés ont sanctionné HP en faisant chuter le cours de son action de 2,1 %.

La vente d’ordinateur en perte de vitesse

L’un des départements les plus sévèrement touchés fut le Personal Systems Group (PSG) qui s’occupe de vendre des machines grand public et professionnelles. Le nombre d’ordinateurs de bureau livré est descendu de 19 %, contre 18 % pour les portables. Cela s’est traduit par une baisse de 25 % du chiffre d’affaires généré par les machines grand public. Peut-être plus graves encore, les revenus en provenance des ventes en entreprises ont stagné, ce qui est néfaste pour les marges de la société.

Ces chiffres sont d’autant plus forts qu’ils contrastent avec le succès de la division logiciel de HP qui a accru son chiffre d’affaires de 30 % grâce à l’acquisition d’Autonomy qui a donné un coup de fouet aux revenus générés par les logiciels de services qui ont grimpé de 108 %.

Meg Whitman se veut rassurante, mais Léo Apothéker avait peut-être raison

Meg Whitman, à la tête de la société, a expliqué que le déclin de sa division PSG vient en partie du fait que HP « n’avait pas fait les investissements qu’il fallait ces dernières années », et que les résultats étaient tirés vers le bas par une baisse de la demande. Elle reste néanmoins confiante dans l’avenir et dans la capacité de la société à renverser la tendance. Elle a néanmoins fait savoir que ses résultats du prochain trimestre reflèteraient la pénurie de disques durs causée par les inondations thaïlandaises.

La dirigeante n’a pas hérité d’une situation facile et les marchés devront attendre encore un peu avant de juger de sa capacité à sortir la compagnie de son enlisement. On ne peut néanmoins s’empêcher de penser que ces chiffres soutiennent avant tout la vision qu’avait Léo Apotheker avant qu’il soit chassé de Palo Alto. En effet, c’est lui qui voulait vendre le département PSG et qui a initié le rachat d'Autonomy pour se concentrer sur les logiciels et les services en entreprises, à l’instar du grand mouvement de restructuration d’IBMa u début des années 2000 (cf. « HP met fin au TouchPad et veut vendre sa division PC »). Il estimait que le marché des PC était dans une pente glissante et il voulait vendre avant que la situation ne se dégrade trop.

Les actionnaires n’ont pas vu les choses de la même façon et on fait pression pour qu’il parte. Il fut remplacé par Mme Whitman qui a une vision bien moins radicale. Elle parle de donner une nouvelle vie au TouchPad et elle est derrière l’idée d’ouvrir WebOS (cf. « WebOS devient open source et le TouchPad est ressuscité »). Elle veut aussi investir dans sa division PC et continuer à dépendre des activités historiques de la société. Les chiffres d’aujourd’hui montrent tout de même que c’est mal parti.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • thanks12@guest
    il y a une faute dans votre article, ce n'est pas Anonymous que HP a racheté mais bien Autonomy
    1
  • LVM
    Je l'avais dit ici-même que Apotheker avait pris des décisions courageuses. Son constat que le marché PC n'était plus vraiment rentable était le bon. Pareil pour WebOS arrivé trop tard face à Apple/Android.

    Virer un type compétent parce qu'il disait quelque chose qui n'était pas agréable à entendre, pour mettre une pauvre fille qui n'a strictement rien fait depuis son arrivée si ce n'est casser les mesures qui auraient pu sauver HP, c'est vraiment du grand n'importe quoi.

    David ton article est juste excellent. :)
    -3
  • phppaz@guest
    Je ne partage pas cette analyse: je pense plutot que cela vient de l'énorme d'erreur d'abandonner webOS juste après le lancement, ce qui ne peut que faire fuir les consommateurs: comment avoir confiance dans une compagnie qui n'assure pas un suivi des produits ? Cela vient aussi de l'énorme erreur de l'annonce de la vente de la branche PC: des acheteurs ont perdu confiance dans l'avenir et sont allés voir ailleurs...
    1