L’Europe a peur pour MySQL

La Commission européenne a freiné l’acquisition de Sun par Oracle en attendant d’avoir des précisions sur l’avenir de MySQL.

Le débat

L’Europe estime que la disparition de MySQL aurait des effets néfastes sur le jeu de la concurrence, en limitant de façon exorbitante le choix des entreprises. Voilà donc pourquoi la Commission a décidé de se pencher sur les conséquences du rachat de Sun par Oracle.

Les autorités américaines ont récemment donné leur feu vert (cf. « Le rachat de Sun approuvé par la justice ») et l’approbation européenne est une des dernières étapes de la procédure.

Des ramifications complexes

On peut néanmoins se demander si la Commission ne fait pas une tempête dans un verre d’eau. Après tout, MySQL ne représente que 2 % du marché des systèmes de gestion de bases de données, alors qu’Oracle, IBM et Microsoft possèdent 85 % des parts. Néanmoins, la solution de Sun est très populaire dans les petites structures et le monde du web. D’un autre côté, interdire ce rachat pourrait signifier la mort de Sun qui va très mal, ce qui n’aiderait pas MySQL non plus. On voit que la situation est donc complexe et on comprend pourquoi l’Europe a suggéré que Sun vende MySQL séparément à un autre acquéreur.

Il nous faut tout de même considérer le fait que si MySQL appartient bien à Sun, il est aussi plus grand que Sun et il existe de nombreuses firmes développant des alternatives à MySQL fondées sur son code source. Ces compagnies se sont d’ailleurs réunies pour former l’Open Database Alliance. Néanmoins, si ces entreprises peuvent assurer la relève, elles auront du mal à être compétitives si Oracle venait à changer la licence du service de Sun.

Une chose est sûre, le fait que l’acquisition soit une nouvelle fois retardée va coûter très cher à Oracle alors que les parts de Sun sur le marché des serveurs continuent d’être grignotées par IBM et plus les jours passent, moins cette transaction devient intéressante.

Sun et Oracle se sont refusés à tout commentaire.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
16 commentaires
    Votre commentaire
  • "MySQL ne représente que 2 % du marché"
    Euh, MySQL représente beaucoup plus si on compte les utilisateurs qui ne payent pas.
    6
  • Tempête dans un verre d'eau? Non mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire... Si MySQL n'a que 2% du "marché" des SGBD, c'est justement parce que c'est un produit Open Source et complètement gratuit. Les 2% en question sont juste un peu de conseil, qques formations et qques produits complémentaire vendus par Sun.

    Plutôt que de "parts de marché", on va parler de "taux d'utilisation", et là, MySQL obtient de 30 à 50% selon les études. Voir par exemple http://www.mysql.com/why-mysql/marketshare/ . Et de mon expérience, je peux vous dire que tous types de business utilisent MySQL. Beaucoup de PME, certes, mais aussi de plus en plus de grands comptes, ce qui n'a rien de surprenant quand on voit le prix des licenses Oracle... Justement donc, empêcher Oracle de mettre la main sur son concurrent le plus dangereux est une très bonne action de la part de l'Europe. Je ne comprend même pas comment les américains ont pu laisser passer cela...

    Tom's Hardware, un peu de sérieux dans vos news, SVP...
    2
  • solendil : rien de surprenant ???

    MySQL est un jouet fisher price à côté de Oracle.
    Qu'il fasse un peu d'ombre à MS Sql Server, passe encore.
    Mais Oracle ne joue absolument pas dans la même cour.
    0