Révélations de Microsoft sur l'affaire Novell : Google voulait faire bande à part

MAJ : Nous avons corrigé l'amalgame qui a été fait entre les affaires Nortel et Novell

Brad Smith, directeur juridique pour Microsoft, a répondu aux accusions de Google portant sur l’affaire des brevets Novell en affirmant sur Twitter que Redmond a invité la firme de Mountain View à se joindre à lui, mais qu’elle a refusé. Frank Shaw, en charge de la communication interne de Microsoft, a même publié l’email prouvant que Google était le bienvenu. C’est un retournement de situation qui semble clairement montrer que le groupe d’entreprises n’en est pas après Android.

David Drummond, vice-président et directeur juridique du moteur de recherche a publié un billet sur le Google Blog affirmant qu’il y a une « campagne organisée contre Android par Microsoft, Oracle, Apple et d’autres compagnies qui se livre par le biais de pseudo brevets ». Il cite aussi directement l’acquisition des technologies de de Novell et de Nortel pour 4,5 milliards de dollars par Rockstar Bidco qui regroupe Microsoft, Apple, RIM, Sony, Ericsson et EMC.

C’est un faux pas qui, selon nous, va coûter cher à la firme. La raison principale est que Google a réussi jusqu’à maintenant à convaincre le département américain de la justice de se pencher de plus près sur les raisons qui ont poussé les membres de Rockstar Bidco à racheter ces brevets. Il est vrai qu’il y a certaines incohérences, comme le fait que Microsoft ait participé à cette acquisition alors qu’il dispose déjà d’une licence lui permettant d’utiliser ces brevets. Il n’avait donc pas besoin, en principe, de les acquérir.

Néanmoins, le courriel révélé par Redmond aujourd’hui place Google dans une situation difficile. En effet dans l’email, Kent Walter un des grands avocats représentant le père de GMail, répond à Brad Smith pour lui dire qu’« après avoir parlé avec les personnes ici (Google, NDLR), il semble que pour des raisons diverses, une enchère conjointe ne soit pas avantageuse pour nous ». Le ton de l’email est très cordial et M. Walter demande à Microsoft de le tenir au courant de ce genre d’opportunités. Le courrier date du 28 octobre 2010, soit un peu avant l'acquisition des brevets de Novell par le groupe CPTN qui regroupe Microsoft, Apple et Oracle. 

Ce rebondissement penche en faveur des membres de CPTN qui ne semblent pas avoir voulu se liguer contre Android, mais simplement se protéger des Patent Troll, un terme qui désigne les entreprises qui lancent des procédures judiciaires incongrues pour violation de brevets. Ces nouvelles révélations ternissent par contre l’image de Google. En effet, il aurait tenu à faire bande à part pour des raisons qui semblent douteuses qu'il n'explique pas.

En ce qui concerne l'enchère des brevets de Nortell, il dénonce le prix de l'acquisition comme une preuve des mauvaises intentions de Rockstar Bidco qui réuni Apple, Microsoft, RIM, Sony, Ericsson et EMC. Néanmoins, c’est lui qui fut principalement responsable du prix de vente de l’enchère. Officiellement, Google fut le premier à dépasser la barre des 3 milliards avec son offre Pi (3,14159 milliards de dollars, soit environ 2,2 milliards d’euros). Néanmoins, les bruits de couloirs affirment qu’officieusement, Google a mis plus de 4 milliards de dollars sur la table, ce qui est un montant très impressionnant pour une compagnie comme Google. Son offre poussa Rockstar Bidco à proposer un prix de 4,5 milliards de dollars. Il est d’autant plus troublant qu’aujourd’hui, Google tente de faire oublier qu’il a parié quatre fois plus que son offre originelle de 900 millions de dollars (env. 630 millions d’euros) et qu’il fut principalement responsable de l’envolée des enchères, selon la description des évènements par Reuters.

Pire encore, David Dummond dénonce aujourd’hui le prix de 4,5 milliards de dollars dans le billet comme preuve d'une conspiration et affirme que c’est « cinq fois plus que les estimations d’avant l’enchère », ce qui est tout simplement faux. Seul Google estimait les brevets de Nortel à un milliard de dollars et c’est lui qui a demandé à pouvoir offrir plus de 3 milliards de dollars, alors qu’il semblait clair qu’il ne pourrait pas gagner. Le prix final était initialement estimé entre deux et trois milliards de dollars environ.

Pourquoi cette campagne de désinformation et cet acharnement à ternir l’image des membres de CPTN et Rockstar Bidco ? Parce qu’un poisson encore plus gros que Novell et Nortel est en vue. Si les 883 brevets de Novell et les 6 000 brevets du Canadien étaient impressionnants, ce n’est rien à côté des 8 800 brevets d’InterDigital qui portent aussi sur des technologies mobiles. Ils valent près de 5 milliards de dollars, selon les premières estimations et vont être bientôt mis aux enchères. Apple a déjà annoncé qu’il était intéressé, tout comme Samsung, mais Google fut le premier à se manifester. En convaincant le département américain de la justice que Rockstar Bidco était potentiellement après Android, Google a réussi à mettre des bâtons dans les roues d’Apple, Microsoft et RIM qui seront plus sévèrement surveillés par les autorités de régulations et pourraient même être interdit de participer à l’enchère d’InterDigital. Nous n’en sommes pas là, mais c’est une possibilité. Google sait pertinemment qu’il ne peut pas rivaliser contre le portefeuille de Microsoft et Apple qui a lui seul possède deux fois plus de liquidité que le moteur de recherche. Il semble que Mountain View tente donc d’utiliser d’autres moyens pour passer devant.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    "mettre des bâtons dans les roux d’Apple"

    Merci j'ai bien rigolé!!!!
    1
  • egaille
    > massprotect +1 :p

    Tout ça n'est qu'un résultat honteux des dérives capitalistes, où l'on se bat à coups de milliards pour obtenir le droit de réinventer la roue.
    3
  • phm123
    Google me dégoute!

    Compte Gmail fermé.
    -8