Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Une batterie embarquée dans un circuit intégré

Par - Source: Green Optimistic | B 6 commentaires

Oki Printed Circuits vient de présenter un circuit intégré d’une épaisseur de 0,8 mm intégrant une batterie Li-on de 170 µm d’épaisseur.

Les circuits intégrés utilisent généralement des condensateurs pour stocker de l’énergie, mais les problèmes de fuites de courants liés à l'utilisation de ces composants, augmente la consommation du système. Une batterie intégrée viendrait résoudre ce problème. Celle du prototype en démonstration offre une tension de 4,2 V et une intensité de 0,7 mAh, ce qui serait suffisant pour allumer ou éteindre une lampe LED.

Afficher 6 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • draxssab , 7 juin 2010 05:32
    Intéressant, par contre la durée de vie d'une batterie comparée à celle d'un condensateur est beaucoup moindre. Reste à voir l'évolution à faire de ce côté là.

    Par contre, fabriquer une batterie aussi mince, chapeau!
  • Anonyme , 7 juin 2010 06:21
    Celle du prototype en démonstration dispose offre une tension de 4,2 V et une intensité de 0,7 mAh

    dispose offre... comment vous lisez cette phrase vous?
  • sonney , 7 juin 2010 08:23
    errata : une capacité de 0.7 mAh, pas une intensité.
    Une batterie de 3mWh, c'est assez petit (une batterie de taille AA peut stocker 3Wh, soit 1000x plus), mais ça reste un beau geste.
  • Anonyme , 7 juin 2010 12:05
    d'où les µbatteries 3D qui arrivent...cela va augmenter drastiquement la capacité des batteries, à surface constante
  • magellan , 7 juin 2010 14:36
    Sauf erreur de ma part, mais les batteries posent des problèmes de durée de vie, surtout en regard de la durée de vie des condensateurs, non? :??:  Cela impliquerait alors que les puces intégrant ce procédé n'auraient plus la durée de vie de leur équivalent sans batterie intégrée? :??: 
  • Tremex , 7 juin 2010 15:05
    Ces 0,7 mAh ne sont pas forcément insuffisants. On ne parle probablement pas d'alimenter un téléphone portable ultra-plat ou une tablette avec microprocesseur gourmand, mais peut-être plutôt de systèmes capables de tenir dans le format d'une carte bancaire par ex. Avec circuits µ- ou nW, et utilisations plus ou moins intermittentes. Dans un tel cas de figure, un condensateur se décharge entre deux utilisations, pas un accu, qui en devient donc indispensable (on peut même envisager, pour des applications de sécurité, une horloge interne auto-alimentée).
    Autre éventualité, utilisation pour gadgets plats (publicité animée en couverture de magazine, carte de voeux, ...). La durée de vie importe alors peu.
    Il faudrait aussi voir la chimie de l'accu. Il se dit souvent que le Li-ion dure trois ans environ, mais il existe aussi des systèmes au lithium plus durables que cela (c'est même l'un des atouts du lithium).
    Bien que je n'ai pas de références en tête sur le moment, ça fait longtemps qu'on parle de circuits ultra-plats avec alimentation incluse. La démocratisation arriverait-elle ?