Samsung abandonne le PMOLED

Il semblerait que Samsung abandonne la technologie PMOLED aux bénéfices de l’AMOLED.

Le PMOLED se meurt

Après LG qui a coupé court à ses ambitions PMOLED l’année dernière, c’est aujourd’hui au tour de Samsung d’annoncer qu’il arrête la production d’écran PMOLED. Le Corée n’abandonne pas totalement cette technologie pour le moment, mais ce n’est qu’une question de temps selon nous, alors qu’il a annoncé vouloir privilégier l’AMOLED qui devrait être la technologie utilisée dans les écrans de petite taille, mais aussi les moniteurs et les téléviseurs HD. Il faut dire qu’à part quelques produits obscurs comme un baladeur iRiver, le PMOLED est déjà largement dominé par l’AMOLED. Samsung devrait reconvertir son usine de Busan (celle en charge de la fabrication d’écrans PMOLED). Cette annonce signifie que seul NeoView KOLON fabrique maintenant des PMOLED.

PMOLED vs. AMOLED

Les écrans PMOLED (schéma du haut) ont le désavantage de demander un circuit électrique cher pour fonctionner. Il est vrai néanmoins que dans l’absolu, un écran AMOLED (schéma du bas) est en principe plus cher à fabriquer, même si cela est de moins en moins vrai. Si les PMOLED sont plus pratiques lorsqu’ils sont de petites tailles (2 pouces à 3 pouces), ils sont mal adaptés aux grands écrans. En effet, les PMOLED consomment plus et plus ils sont grands, moins ils sont brillants.

La différence entre les deux se situe au niveau de la matrice apportant l’électricité à la couche organique luminescente. Les écrans PMOLED ont des bandes perpendiculaires (l’anode et la cathode) prenant la couche organique en sandwich. La rencontre des deux bandes constitue un pixel. Pour illuminer le pixel, il suffit de choisir la colonne et la rangée qui vont être traversées par l’électricité. Les écrans PMOLED sont surtout utilisés pour afficher du texte ou des icônes.

Les écrans AMOLED font appel à un film qui constitue la cathode et qui est placée sur un film de transistor (TFT). La couche organique émettrice de lumière se situe entre les deux. Une matrice TFT demande moins d’énergie qu’un circuit électronique comme celui des PMOLED. En effet, alors que sur un écran PMOLED, le circuit doit distribuer l’électricité rangée par rangée, ligne par ligne, un TFT joue le rôle d’interrupteur et laisse passer l’électricité lorsque cela est nécessaire. Il n’est jamais éteint durant la durée de projection de l’image et ne demande pas les forts courants electriques du PMOLED.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • shooby
    Je connaissais même pas le PMOLED ! Les différences avec l'AMOLED se situent-elles seulement à se qui est dit ici ?
    0
  • Tremex
    Ben il serait temps, comme pour les écrans LCD (le bon vieux temps de mon Powerbook de 1993 à écran N & B et la traînée de la souris ...).
    Pas retrouvé la référence, mais je lisais déjà un article il y a presque dix ans parlant de ce problème. En plus de la rémanence qui "bave" sur les pixels voisins, l'obtention d'une bonne luminosité en passif risque de griller prématurément les pixels à cause des forts courants cités. Par contre moins cher, mais avec l'expérience du LCD justement les compétences et l'investissement sont déjà là.
    0
  • David Civera
    shooby

    Je me demande s'il n'y a pas aussi une différence entre les polymères utilisé, mais à ma connaissance, c'est LA grande différence oui
    0