Preview VIA K8T900

La situation actuelle sur le marché des chipsets pour plateforme AMD ressemble à s’y méprendre à ce qu’elle était en 2003. Déjà, NVIDIA dominait le segment haut de gamme avec son nForce 2, lancé presque un an auparavant. VIA, en retard, fit alors diverses tentatives afin de retrouver son leadership ancestral sur la plateforme alternative à Intel. On se souvient notamment du KT600 qui amena enfin la gestion du FSB 400 de certains Athlon XP Barton (absente des KT400 et KT400A), mais qui ne parviendra jamais à supplanter le nForce 2 en termes de performances ou de fonctionnalités. Pas plus que le KT880.


Aujourd’hui, VIA lance son nouveau chipset pour socket 939, le K8T900. Une alternative viable au nForce 4 ?

Rappel : les chipsets pour AMD K8

Comme la plupart d’entre vous le savent, VIA n’en est pas à son coup d’essai sur la plateforme K8. Le constructeur a en effet lancé son premier chipset en septembre 2003, le K8T800, afin de coïncider avec la sortie de l’Athlon 64 sur socket 754. Et il faut d’ailleurs se rappeler que ce chipset était alors plus intéressant que la solution NVIDIA de l’époque, le nForce 3 150, lancé un peu plus tôt afin de supporter les Opteron. Par rapport au K8T800, il lui manquait la gestion du S-ATA et, plus important, la prise en charge de la bande passante total du lien Hypertransport entre le chipset et le processeur.

L’arrivée tardive du nForce 3 250, début 2004, remit cependant les pendules à l’heure côté performances, en ajoutant par ailleurs le support d’un firewall et de l’Ethernet Gigabit. Contrairement à ce que son nom laisse penser, le nForce 4 s’inscrit d’ailleurs comme une évolution de ce nForce 3 250, ajoutant la prise en charge matérielle du firewall, du PCI Express et du S-ATA II pour socket 939. Face à ce dernier, le K8T890 a manqué de nous convaincre, ne se distinguant réellement par aucun point. Il faut dire également que son utilisation par les constructeurs de cartes mères reste assez rare, même si elle reste meilleure que pour le Xpress 200 !


Actuellement, la supériorité technique du nForce 4 n’est pas aussi marquée que celle du nForce 2 en son temps, pour la simple raison que l’intégration du contrôleur mémoire dans les Athlon 64 retire une partie importante du rôle du northbridge, celle qui génère les plus grosses différences de performances. Côté fonctionnalités en revanche, le nForce 4 reste sans concurrence, et la récente annonce du nForce 4 SLI 16X (2 x 16 liens PCI Express en SLI au lieu de 2 x 8) a eut l’avantage de baisser légèrement le prix des cartes mères nForce 4 Ultra/SLI traditionnelles, à défaut de leur avoir donné un quelconque coup de vieux niveau performances.