Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Test du Shuttle X27 : l’Atom sous Vista ?

Test du Shuttle X27 : l’Atom sous Vista ?
Par

Les temps sont durs. Bien que les processeurs et les cartes graphiques les plus puissants soient aujourd’hui meilleur marché que jamais, un CrossFireX à quatre cartes ou un triple SLI, c’est tout de suite moins attrayant quand votre banquier n’est plus votre meilleur ami. D’un coup, on se dit que débourser 1 000 € pour un processeur Extreme Edition, c’est un rien extravagant quand un Q9550 cadencé à 2.83 GHz offre des performances proche pour le quart du prix.

Petit, élégant et silencieuxSi vous voulez faire des économies, pourquoi ne pas oublier les architectures habituelles ? Les Phenom X4 et les Core 2 Quad consomment jusqu’à 65, voire 95 watts. L’Intel Atom, par contre, conçu pour préserver les batteries des netbooks et des appareils plus « grand public » axés sur Internet, est extrêmement peu gourmand, surtout par rapport aux processeurs de bureau.

L’Atom est également une aubaine pour Shuttle, une entreprise qui fabrique essentiellement des ordinateurs petit format. Elle propose des modèles assez variés sur le plan des dimensions, mais le plus compact de sa gamme actuelle est le X27, dont le volume rappelle le Mac Mini d’Apple, certains vieux ordinateurs AOpen que tout le monde a oubliés, les Eee Box d’Asus ou les Studio Hybrid de Dell.

Les entrailles du X27Dans le principe, un ordinateur Shuttle basé sur l’Atom est une excellente idée pour les professionnels et les particuliers qui préfèrent que la technologie qu’ils emploient reste discrète. Au niveau des entrées/sorties, il ne manque pas grand-chose : le chipset comprend une puce graphique intégrée, des ports SATA et USB 2.0 ainsi qu’un port Ethernet. Qui plus est, la faible consommation du X27 en fait également un appareil très silencieux.

Il y a toutefois un hic : nous avons déjà testé l’Atom (« Atom contre Athlon : duel à basse consommation » et « Nano vs Atom vs Athlon : la guerre des Watts ») et, bien que le processeur en lui-même soit conforme aux dires d’Intel en termes de consommation, le chipset qui l’accompagne est un dérivé de celui employé pour les processeurs de bureau traditionnels et, à ce titre, consomme beaucoup trop. C’est un peu comme si Toyota décidait d’équiper sa Prius d’un châssis en plomb : un choix peu judicieux qui annule intégralement l’efficacité du moteur hybride.

Néanmoins, à l’heure où la crise financière bat son plein, nous sommes curieux de voir si Shuttle parvient à faire de l’Atom une plateforme qui serait à la fois économe et efficace au quotidien pour une utilisation bureautique.