Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Quelqu'un d'autre fabriquera les SoC d'Apple en 2014

Par - Source: DigiTimes Research | B 9 commentaires

Un SoC Apple A6Un SoC Apple A6Un rapport de DigiTimes Research affirme que Samsung ne fabriquera plus les processeurs d’Apple en 2014. Le rapport ne donne pas le nom du fondeur qui héritera des SoC, mais il affirme que Cupertino pourrait faire appel à plusieurs partenaires.

Une décision qui a pris des années à être exécutée

Depuis le début de l‘iPhone, Apple a fait appel à Samsung pour la conception et la fabrication de ses SoC (cf. « ARM - qui fait quoi : Apple (3) »). En 2010, le lancement de l’iPhone 4 inaugura l’Apple A4, le premier SoC affichant le logo de la société. Ce n’était qu’un Cortex A8 légèrement modifié. Toujours conçu en partenariat avec Samsung, il reflétait néanmoins certains des choix d’Apple afin d’optimiser son rendement.

Cette année, Apple a défrayé la chronique en sortant un SoC largement inspiré des Cortex A9, mais qu’il a optimisé lui-même et qui est le fruit des acquisitions qu’il a menées durant les cinq dernières années (cf. « Apple acquiert un designer de processeur »). Si Samsung n’a pas été inclus dans le design de la puce, il en reste son fabricant (cf. « Le processeur de l’iPhone 5 a coûté 500 millions de dollars à Apple »).

Bref, il est facile de voir qu’Apple essaye de se sevrer des services du Coréen. Ce n’est plus un secret pour personne (cf. « Un peu plus de mémoire Hynix dans l’iPhone »). Cupertino estime que Samsung profite de ses relations pour voler ses designs (cf. « Samsung coupable ! ») et les relations entre les deux sociétés sont très tendues. Les rumeurs portant sur un abandon des usines de Samsung pour la fabrication des SoC d’Apple ne sont pas nouvelles (cf. « Apple abandonnerait Samsung pour TSMC »), mais le rapport de DigiTimes est l’un des plus pertinents.

Ce ne sera pas la fin du monde pour Samsung, seulement la fin d’une époque

En effet, les rumeurs oubliaient que changer de fondeur est loin d’être évident. La fabrication d’une puce demande des années de développement, la création de masques conçus pour les machines qui seront utilisées et les processus de fabrications d’un fondeur précis. Un client ne peut pas simplement prendre ses designs et aller voir ailleurs. C’est encore moins évident lorsque l’on s’appelle Apple, que l’on vend des millions de terminaux iOS chaque trimestre et qu’un ralentissement ou un arrêt de la production aurait des conséquences catastrophiques.

Selon le rapport, Apple va commencer à graduellement voir ailleurs. L’arrivée de TSMC aux États-Unis pourrait être un signe avant-coureur. Apple va faire fabriquer certaines puces par d’autres fondeurs en 2013, pour se sevrer complètement en 2014, selon le rapport. L’usine américaine qui produit les puces serait donc sous-exploitée (cf. « Des Apple A5 aux Texas par Samsung »). Samsung pourra l’utiliser pour fabriquer les puces qui iront dans ses produits, mais DigiTimes estime que cela ne sera pas suffisant pour compenser le manque à gagner.

Les résultats financiers de Samsung dépendent majoritairement de la vente de terminaux mobiles. Le départ d’Apple n’aura donc pas un effet notoire. Par contre, la division semiconducteur du Coréen connaît une période difficile (cf. « Résultats en hausse pour Samsung ») et le départ des SoC Apple risque d’accentuer la baisse du chiffre d’affaires.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • turlupin en ptard , 2 janvier 2013 09:32
    Salut, David.
    Mon cadeau de Nouvel an, une ch'tite correction :
    Citation :
    Si Samsung n’a pas été inclus dans le design de la puce, il en reste son fabricant
    Il y a redondance, c'est soit :

    "Si Samsung n’a pas été inclus dans le design de la puce, il reste son fabricant"

    soit

    "Si Samsung n’a pas été inclus dans le design de la puce, il en reste le fabricant".

    Voilà, c'était ma petite contribution du jour à l'amélioration de tes connaissances des subtilités de notre beau langage. Les autres peuvent en profiter aussi.

    ;) 
  • shooby , 2 janvier 2013 11:56
    Donc, dans sa lubbie de vouloir faire la guerre à google samsung, Apple va se passer d'un seul prestataire pour en avoir plsuieurs, et ainsi multiplier les coûts de productions, qui seront pris en charge par ... le client ! Bravo
  • Papounet17000 , 2 janvier 2013 17:14
    shoobyDonc, dans sa lubbie de vouloir faire la guerre à google samsung, Apple va se passer d'un seul prestataire pour en avoir plsuieurs, et ainsi multiplier les coûts de productions, qui seront pris en charge par ... le client ! Bravo


    Ou bien il va nous sortir du bas de gamme avec les prix toujours aussi élevés.
  • Afficher les 9 commentaires.
  • shooby , 2 janvier 2013 17:27
    ça c'est déjà fait ;) 
  • turlupin en ptard , 2 janvier 2013 23:27
    Citation :
    et ainsi multiplier les coûts de productions, qui seront pris en charge par ... le client ! Bravo
    N'est-ce pas toujours le client qui paye, au bout du compte ?
    Aucune surprise. Et, au moins, la situation sera clarifiée.

    :D 

  • shooby , 8 février 2013 11:04
    situation clarifiée ! Et en quoi ? on va passer d'un seul fournisseur à plusieurs, en cas de problème, on saura pas qui est responsable !
  • turlupin en ptard , 8 février 2013 18:05
    Pour le consommateur, le responsable est toujours le fabricant du produit qu'il achète.
    Peu importe combien de fournisseurs approvisionnent le fabricant, celui qui achète un smartphone n'a qu'un seul interlocuteur : le fabricant du smartphone.
    Par ailleurs je ne vois pas en quoi ça augmenterait les coûts de production.
    Au contraire, Apple fera jouer la concurrence entre ses différents fournisseurs.
    Je ne vois vraiment pas où est le problème.
    À moins que ce soit juste pour le plaisir de ronchonner :D 
  • shooby , 8 février 2013 19:05
    en général, plus on a de stock, plus ça coûte. Et plus on a de référence, plus on a de stock. De même, il y a aussi le coût de la logistique. Quand tu n'a qu'un fournisseur, ce coût est moindre que quand tu en a plusieurs. Mais bon, il y a tellement de facteur qui jour sur les coûts, de même si Apple a choisit cette voie, c'est qu'il a du faire des calculs de rentabilité aussi. Il ne se lancerait pas si ça lui coûterait plus cher. Donc au final ...
  • turlupin en ptard , 9 février 2013 11:46
    Il y a longtemps que les entreprises comme Apple ne conservent plus de stock.
    Disons qu'il doit y avoir une réserve de composants correspondant à moins d'une semaine de production (notion de flux tendu) et c'est justement en jouant sur la concurrence entre plusieurs fournisseurs que ces entreprises peuvent "déporter" la charge des stocks vers leurs fournisseurs, justement parce que garder des stocks a un coût.
    De plus ça permet à Apple de profiter d'opportunité lors des baisses de prix.
    Quand un fournisseur a trop de stock (quand Apple diminue ses commandes pour coller au marché de ses produits) il doit souvent baisser ses prix pour les écouler, ça lui revient moins cher que de les stocker. Disons que la perte est plus faible :D 
    Dans ces circonstances, quand le donneur d'ordre est suffisamment important en termes de quantités commandées (c'est le cas d'Apple qui est un énorme client) il lui est possible de passer des commandes si importantes que la totalité de la capacité de production d'un fournisseur va être absorbée, que ce fournisseur va consentir des prix canon mais que les autres clients potentiels vont devoir tirer la langue, patienter parfois plusieurs mois et payer le prix fort pour obtenir les composants nécessaires à leur production (exemple : la mémoire flash pour les SSD, les smartphones et les lecteurs multimedia).
    Il arrive parfois qu'un fournisseur doive engager des investissements importants pour augmenter ses capacités de productions afin de répondre à une commande dans les délais (sinon pénalités de retard) et se retrouve ensuite en surproduction. Du coup le client va pouvoir ensuite abuser de cette fragilité qu'il a causé pour négocier à la baisse ses prochaines commandes.
    C'est beau, le capitalisme !
    C'est comme ça, plus ou moins, que Tapie a coulé et racheté, pour un franc symbolique, certains de ses fournisseurs à l'époque où le monsieur se posait en chevalier d'industrie... et créateurs de chômeurs en engrangeant des profits record pendant que la collectivité supportait le coût de son enrichissement par le biais des Assedic.

    M'enfin... :sarcastic: