Steve Jobs démissionne

Steve Jobs vient d’annoncer, dans une lettre publiée sur le site d’Apple, qu’il démissionnait de son poste de président directeur général. Conformément à sa demande, il restera tout de même à la tête du Conseil d’administration et « employé d’Apple ». Il ne donne aucune raison précise, mais laisse entendre qu’il ne « peut plus assurer ses fonctions ». Il est fort possible que ses problèmes de santé soient à l’origine de cette décision.

Steve Jobs malade

Pendant un court instant, le poste de P.D.G était vacant à Cupertino. Steve Jobs a « recommandé » que le Conseil d’administration nomme Tim Cook, comme cela été prévu dans le « plan de succession » qui semble avoir été défini dans le cas d’un départ soudain du cofondateur de la société. La procédure fut enclenchée quasi immédiatement et Apple a pu annoncer la promotion de M. Cook au poste de P.D.G quelques heures après la publication de la lettre de M. Jobs.

Tim Cook est le remplaçant logique de Steve Jobs. Il a déjà passé 13 ans aux services de la société et c’est lui qui assura les responsabilités de P.D.G lorsqu’en 2009 le cofondateur d’Apple avait pris un congé maladie de six mois (cf. « Steve Jobs malade quitte Apple pour un temps »). M. Jobs avait plus tard expliqué qu’il avait subi une greffe du foie après avoir vaincu un cancer du pancréas. Il avait repris un congé maladie cette année et il n’était officiellement revenu sur le devant de la scène que pour la présentation de l’iPad 2 et la conférence de presse de la WWDC où il avait annoncé iCloud, le reste de la conférence ayant été mené par ses collègues.

Une situation qui n’est pas nouvelle chez Apple

Le poste de président du Conseil d’administration permettra à Steve Jobs de garder un pied dans les affaires de la firme, mais sa décision de quitter son poste de P.D.G ne fait que refléter une réalité qui existe depuis longtemps chez Apple. Tim Cook joue le rôle de P.D.G depuis le mois de janvier de cette année et il n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2009, l'action de la société avait gagné 67 % sous sa direction et au début du mois d'août 2011, la capitalisation boursière de la firme a dépassé celle d'Exxon, malgré l’absence du leader charismatique aux commandes.

Cela n’a pas néanmoins rassuré les marchés, puisque l’action d’Apple a déjà perdu plus de 5 %. C'est pour l'instant moins que la baisse de 10 % qui suivit la nouvelle du congé maladie de Steve Jobs en 2009. L'annonce d'aujourd'hui intervient quelques semaines seulement avant la conférence de presse de septembre qui devrait officialiser l’iPhone 5. Apple sait que la démission de Steve Jobs va tirer l’action vers le bas et il espère que son nouveau smartphone renverse rapidement la tendance et rassure les marchés.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
114 commentaires
    Votre commentaire
    Meilleurs commentaires
  • David Civera
    C'est une actualité sur Steve Jobs en première partie et Apple en deuxième partie. Mon travail est de rapporter tous les aspects de cette affaire. C'est parfois un peu froid, et mes meilleurs voeux vont à sa famille et à lui, mais ce sont des considérations personnelles que je garde donc pour moi
    11
  • Tous les commentaires
  • cavewoman
    C'est tout de même malheureux de terminer l'article en parlant de la santé de l'action AAPL, alors que c'est celle de Steve Jobs qui est en question.
    -10
  • David Civera
    C'est une actualité sur Steve Jobs en première partie et Apple en deuxième partie. Mon travail est de rapporter tous les aspects de cette affaire. C'est parfois un peu froid, et mes meilleurs voeux vont à sa famille et à lui, mais ce sont des considérations personnelles que je garde donc pour moi
    11