Test ATI Crossfire X850 XT

L’histoire d’ATI est marquée par une affection jamais démentie pour les solutions multi GPU. Ainsi en 1999 alors que nVidia introduit sa GeForce, ATI, qui n’a pas de nouveau GPU à mettre en face de la nouvelle puce de son concurrent Californien, choisit de rétorquer par l’intermédiaire de la Rage Fury MAXX, une carte équipée de deux Rage 128 Pro. Malheureusement pour ATI cette solution montrera vite ses limites, et le support fourni par le constructeur Canadien pour cette carte génèrera même une controverse qui nuira à son image.

Après de tels déboires on aurait pu penser qu’ATI aurait choisi de rester éloigné des solutions multi GPU mais ce n’est pas le cas : ils ont simplement décidé de dédier ce type de solutions au marché professionnel. Ainsi en 2002 Evans & Sutherland annonce sa collaboration avec ATI pour la création de sa carte simFUSION 6000 intégrant de deux à quatre Radeon 9700.

Et ce n’est pas la seule firme historique du monde de la 3D qui fera confiance à ATI pour ses solutions graphiques. Ainsi en 2003, coup de tonnerre : pour la première fois de son histoire SGI intègre une solution graphique conçue par un autre fabricant ! Pire encore SGI se tourne vers des GPU grands publics, en l’occurrence de simples R350 pour ses stations Onyx4.


Avec une telle expertise dans le domaine des solutions multi GPU on peut penser qu’ATI a du se sentir vexé de voir son concurrent de toujours lui damer le pion en présentant sa solution SLI. Il y a un peu moins d’un an en effet nVidia a remis au goût du jour le concept de solutions multicartes introduit par 3dfx et a d’ailleurs choisit au passage de capitaliser sur la marque de ce dernier en conservant le même nom bien que les deux technologies n’ait rien à voir dans leur principe de fonctionnement.

ATI bien décidé à ne laisser aucun segment du marché libre à son concurrent ne pouvait donc rester longtemps sans réagir. D’autant plus que ce segment là, le ultra haut de gamme, constitue pour les fabricants une véritable vitrine technologique. Ainsi en Mai dernier, le fabricant californien dévoile sa solution Crossfire sensée concurrencer le SLI de nVidia. Malheureusement à cette époque il ne s’agit que d’un paper launch, et ce n’est qu’aujourd’hui qu’ATI est finalement en mesure de proposer sa solution multi cartes, prés d’un an après le SLI et peu de temps avant l’introduction de son futur GPU. Mais que ce timing étrange de la part d’ATI ne nous empêche pas d’apprécier le Crossfire à sa juste valeur ; attardons nous tout d’abord sur son principe de fonctionnement.