Intel Z68 : 3 cartes mères comparées

Conclusion

Voici ce que donnent les performances moyennes en prenant la P8P67 Deluxe comme base 100. Celles-ci ont été obtenues à partir de chaque graphique (et non chaque logiciel) de manière à ce que les deux tests en transcodage bénéficiant de l’accélération matérielle par l’IGP ne comptent que pour ¼ des performances en encodage audio/vidéo.

L’Intel HD graphics a beau n’influencer qu’un quart des programmes d’encodage au sein de notre suite de tests, l’impact est tel que les cartes mères en Z68 affichent une avance moyenne de 23,5% par rapport à la P8P67 Deluxe dans ce domaine. C’est un réel avantage en faveur du nouveau chipset d’Intel compte tenu du nombre croissant d’appareils mobiles capables de lire des vidéos.

En revanche, ce n’est pas sur ces critères que l’on peut départager les trois cartes mères Z68 : la P8Z68-V Pro affiche certes les meilleures performances moyennes, mais l’écart par rapport à la Z68 Extreme4 est inférieur à 1 % sachant que cette dernière affiche un meilleur rendement.

Le modèle d’Asus affiche également le meilleur potentiel d’overclocking CPU, mais également le pire en matière de DRAM (avec quatre barrettes). Bien entendu il s’agit d’un cas extrême et nous sommes très peu à posséder des kits de quatre barrettes capables d’aller au-delà de 2000 MHz, mais on peut aussi considérer que le fait d’être limité à une fréquence CPU de 4564 MHz au lieu de 4701 MHz n’a rien de dramatique non plus.

C’est surtout les limitations du côté de la connectique qui nous déplaisent sur la carte d’Asus : le port PCIe 4x tient plus du gadget qu’autre chose vu que son utilisation condamne les deux slots PCIe 1x ainsi que le contrôleur eSATA et le connecteur USB 3.0 frontal. Ce défaut ne serait pas vraiment choquant sur une carte mère entrée de gamme, mais on parle ici d’un modèle à 175 euros tout de même.

En comparaison, la Z68 Extreme4 qui s’affiche à 165 euros est équipée d’un pont PLX PEX8608 qui permet d’éviter ce problème. De plus, ASRock fournit une baie frontale USB 3.0 modulable en équerre PCI qu’on ne trouve pas chez la concurrence, ce qui achève d’en faire le meilleur rapport performances/fonctionnalités/prix à nos yeux.

Signalons enfin que la présence non systématique des sorties vidéo sur les cartes mères Z68 rend les comparaisons difficiles. Les trois modèles du comparatif en sont équipés, mais il faut aussi souligner deux positionnement tarifaires différents : les cartes d’Asus et ASRock sont à un niveau comparable, alors que la Gigabyte Z68X-UD3H-B3 s’annonce aux alentours de 150 euros. D’un point de vue strictement tarifaire, il aurait donc été plus logique d’inclure la Gigabyte Z68X-UD3P-B3 sauf que celle-ci n’a pas de sorties vidéo.

Notre préférence va donc à ASRock au final, mais la Z68X-UD3H-B3 sera un excellent choix pourvu que l’on n’ait pas besoin d’un troisième port PCI Express et qu’on ne cherche pas repousser les limites de son processeur en overclocking.