Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Android utilise-t-il du code Java illégalement ?

Par - Source: Foss Patent | B 8 commentaires

Android est un système open source, sous licence Apache, et il semble qu'il y ait quelques petits problèmes dans le code source du système de Google. En effet, selon Florian Mueller — expert dans le monde du libre —, le code source d'Android contiendrait des fichiers qui ne sont pas sous licence open source et qui ont été redistribués alors que la licence ne le permet pas.

Il y a deux types de fichiers : certains (six) sont des fichiers de « test » qui ne sont plus distribués et qui n'ont jamais (selon Google) été distribués dans les versions finales d'Android. Reste que la distribution, même dans les sources, n'est pas permise par la licence. Les autres (au nombre de trente-sept) seraient liés à une API audio qui ne serait pas utilisée dans les versions distribuées, selon Google. Ces fichiers contiennent des indications claires : « ROPRIETARY/CONFIDENTIAL» (ils appartiennent à Sun) et  « DO NOT DISTRIBUTE! ». Le fait que Google n'utilise a priori pas les fichiers ne permet pas à la société de les redistribuer.

Pour le moment, le fond de l'affaire est assez flou : certains indiquent que Google a redistribué du code sans les droits, d'autres indiquent que c'est sans importance et certains pensent que toute cette affaire est une goutte d'eau dans la mare. En pratique, il va falloir attendre un peu pour avoir des clarifications sur cette histoire, mais il semble bien que Google va devoir nettoyer un peu son code, ce qui a d'ailleurs déjà été fait sur certains points.

Au final, ce « petit » problème ne va pas améliorer les rapports entre Google et Oracle (qui a récupéré les droits de Java en achetant Sun), en procès actuellement.

Commentaires
Afficher les 8 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • _octobre , 24 janvier 2011 18:02
    Comment chercher la m....
  • mitch074 , 24 janvier 2011 18:09
    'faudrait voir à pas traduire bêtement les articles de THG, il a déjà été démontré que les fichiers concernés étaient:
    - pour partie, du code de test anti régression: celui-ci n'est PAS redistribué avec Android sous forme compilé
    - pour le reste, une archive compressée contenant un pilote audio natif pour un chipset, lequel comprend une interface pour Java.

    En ce qui concerne les licences réécrites, les fichiers concernés ont été supprimés car considérés inutiles.

    Pour les détails, http://www.zdnet.com/blog/burnette/oops-no-copied-java-code-or-weapons-of-mass-destruction-found-in-android/2162
  • _octobre , 24 janvier 2011 18:44
    Mouais.

    C'est ce que je dis, ca rend sourd....
  • Bruce , 24 janvier 2011 21:19
    Article sur le sujet : http://www.bheller.com/2011/01/23/le-grand-mechant-oracle-android-est-il-en-danger/
  • mitch074 , 24 janvier 2011 21:57
    @Bruce: l'article est pas mal, mais pas non plus exactement précis: Oracle ne reproche pas à Google d'utiliser des bouts de Java, car Dalvik n'est PAS une machine Java: c'est une machine COMPATIBLE Java.

    Et c'est là que le bât blesse.

    En effet, si Java est sous licence libre (Sun a libéré l'intégralité de Java sous licence GPL pour la version 1.6), elle est couverte par un paquet de brevets - ce qui ne gêne pas pour Java, puisque les brevets en question permettent (et même, la GPLv3 force cette interprétation) l'utilisation du code source de Java pour créer des applications Java.

    Oui mais voilà: Sun/Oracle a conservé le contrôle de l'appellation Java; pour qu'une machine virtuelle puisse porter le nom de 'java', et bénéficier de la protection des brevets associés, elle doit passer une suite de tests de compatibilité; or, Sun et Oracle encore plus, sont avares du nombre de validations accordées...

    Ce qui fait qu'il est parfaitement possible de distribuer Java (en se conformant à la GPL: code source fourni, tous les logiciels distribués avec sous GPL aussi), de le modifier (à condition de passer la suite de validation pour conserver le nom Java) et de le vendre...

    Mais en l'état, Google aurait eu à distribuer du code non contrôlé: Java. Donc, ils ont créé Dalvik, qui n'est PAS une machine Java, mais une autre machine, équipée d'un traducteur/recompilateur qui peut prendre du bytecode Java et le transformer en bytecode Dalvik. Seulement, Oracle dit "Dalvik c'est pas Java; donc c'est pas couvert par notre licence sur des brevets couvrant Java, et comme Dalvik fonctionne comme Java y'a des brevets qui s'appliquent; donc Google nous a volé notre IP".

    Vous êtes libre de modifier et redistribuer Oracle Java, à condition que vos modifications soient celles de Oracle et que votre redistribution appartienne à Oracle.
  • CaptainDangeax , 25 janvier 2011 11:15
    Il semblerait que tout ceci soit un gros FUD initié par un troll du nom de Florian Mueller. Plus d'informations sur GROKLAW à ce propos.
  • Sh4d3rZ_86 , 26 janvier 2011 22:12
    Allons bon encore un procès
  • shooby , 27 janvier 2011 13:17
    Sh4d3rZ_86Allons bon encore un procès

    faut dire que ces derniers temps il n'y en avait pas beaucoup aussi ;)