Android : papy Gingerbread fait de la résistance

Comme toutes les quinzaines, Google a mis à jour le tableau de bord Android, qui recense la pénétration du chaque version d'Android. Un outil très utile pour mesurer la fameuse fragmentation de cette plateforme. Et force est de reconnaître qu'elle n'est pas une légende : alors qu'il est apparu il y a maintenant deux ans, Android 2.3 Gingerbread anime encore la moitié (50,8 %) du parc Android.

Pire, les versions encore plus anciennes (Eclair, Froyo, etc.) représentent encore 13,4 % du parc. La situation évolue néanmoins plus positivement qu'au début de cette année, quand Android 4.0 peinait à décoller. Ice Cream Sandwich (ICS) a accéléré le rythme à partir du début de l'été et sera présent sur presque un tiers des terminaux d'ici à la fin de l'année (27,5 % aujourd'hui). Mieux, Android 4.1, alias Jelly Bean (JB) démarre beaucoup plus rapidement que son aîné. Quatre mois et demi après sa disponibilité, il pèse déjà 6,5 % du marché. Il avait fallu deux mois de plus à ICS pour atteindre le même niveau.

JB permettra-t-il enfin à Google de tourner la page Gingerbread ? Sans doute pas. La sortie d'Android 4.1 n'a pas accéléré la baisse d'Android 2.3. JB a plutôt ralenti la progression d'ICS. Jelly Bean profite en effet du travail effectué pour son prédécesseur : alors que très peu de téléphones sous Gingerbread ont été mis à jour en ICS, tous les modèles sous sortis sous ICS pourront a priori passer progressivement sous JB. Gingerbread a perdu 15 points de part de marché en 6 mois. À ce rythme, il ne disparaîtrait totalement que dans 20 mois.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
    Votre commentaire
  • chewbacka55
    en même temps croyez vous que l'on reste sur android 2.3 par choix? le développement d'une MAJ aux version 4 est à la charge des fabriquants...aussi bon nombre de marques refuse d'assurer un sav descend sur leur (vieux appareil...peut on réellement dire que 2 ans c'est vieux?)
    .Exemple de sony et de son Xperia play...largement assez puissant pour supporter une maj mais officiellement sony a affirmé que ça ralentissait les jeux alors que le portable est prévu à cet effet et ils ont donc tout simplement supprimé les maj...officieusement je les soupçonne de ne pas avoir envie de se prendre la tête a développer une maj coûteuse pour cet appareil alors que pourtant tout leurs smartphones anterieurs à 2010 on bénéficié de maj systeme.

    En ce qui me concerne si je suis toujours en 2.3 c'est que j'utilise encore un xperia play...vous l'aurez deviné ^^
    2
  • brunoToro
    Parfaitement d'accord avec vous.
    Si Samsung avait mis à jour son Galaxy S sur ICS, personne n'utiliserait plus Froyo sur ce mobile.
    J'ai fais une mise à jour 'pirate' vers la 4.1 et c'est beaucoup plus rapide qu'en version officielle 2.3.
    Alors dites plutôt que les fabricants préfèrent que l'on achète leur nouveaux modèles et font de la résistance pour ne pas faire évoluer les téléphones qui ne sont plus au catalogue.

    Merci à CyanogenMod pour leur excellent travail de portage des nouvelles versions d'android sur les 'vieux' smartphones.
    1
  • magellan
    Welcome dans le monde de la gestion de version... Android a pour handicap majeur d'être le pendant smartphone de linux, à savoir "on adapte l'OS comme on l'entend". De ce fait, contrairement à MS ou à Apple, les versions déployées (tant côté patchs que côté versions) ne sont pas maîtrisées du tout (ou si peu), ce qui ne rend finalement service à personne.

    Maintenant, est ce une bonne solution de contourner ce genre de frein via les versions comme cyano? Certains vont bien entendu dire oui (et moi parmi eux), mais je lève tout de même une interrogation: quid des softs propriétaires qui, souvent, sautent à la mise à jour de la Rom via une rom non officielle?
    0