Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Rififi pour Andromède, le Cloud Computing made in France

Par - Source: La Tribune | B 9 commentaires

Le projet de Cloud franco-français Andromède est dans la tourmente : Dassault Systèmes aurait à nouveau menacé de se retirer du projet. Le Premier Ministre doit prendre une décision cette semaine.

Pour construire Andromède, une grande infrastructure nationale de Cloud Computing hébergée en France par et pour des entreprises françaises, un consortium s'était formé. Il réunissait Orange, Dassault Systèmes et Thalès. Hélas, un désaccord sur le modèle économique du Cloud entre Orange et Dassault a poussé ce dernier à claquer la porte en décembre dernier, pour revenir ensuite avec un projet concurrent monté en partenariat avec SFR. Les deux projets Dassault Systèmes-SFR et Thalès-Orange pourraient finalement être sélectionnés ensemble par l'État, selon les informations de La Tribune. Un consensus qui ne serait pas du goût de Dassault Systèmes qui aurait menacé de se retirer à nouveau du projet le cas échéant, au grand dam de son partenaire SFR.

Selon nos confrères, le dénouement de ce psychodrame est proche : après examen du rapport du comité d'investissement du Fonds pour la société numérique, le commissaire général à l'investissement René Ricol doit faire une préconisation au Premier Ministre qui prendra une décision finale avant la fin de la semaine.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • moltes74 , 4 avril 2012 01:58
    Tant pis pour Dassault...
  • Titanics , 4 avril 2012 08:33
    2 dossiers visant la création d'une grande infrastructure nationale très sécurisée de Cloud Computing ont été accepté dans l'appel à projet. Si "Andromède est dans la tourmente", Nu@ge, lui, se porte plutôt bien.
    C'est dommage que l'on parle toujours du premier alors que ses mésaventures sont pourtant hélas bien prévisibles.
  • SuperDamz , 4 avril 2012 09:30
    Bah dans tous les cas Dassault sera de la partie puisque c'est le premier actionnaire privé de Thales (sans accent).
  • Afficher les 9 commentaires.
  • gedd , 4 avril 2012 12:13
    SuperDamzBah dans tous les cas Dassault sera de la partie puisque c'est le premier actionnaire privé de Thales (sans accent).

    Ben oui et non en fait, en tant qu'actionnaire de THALES il ne prend pas directement part aux décisions concernant Andromède (et les autres projet THALES) . Par contre en tant qu'acteur dans le projet Nu@age il peut intervenir directement. Et pour finir les retombées ne seront pas les mêmes.
  • Titanics , 4 avril 2012 19:53
    "Par contre en tant qu'acteur dans le projet Nu@age"
    Dassault ne fait pas partie du consortium Nu@ge. Le projet a été monté par 8 TPE.
  • turlupin en ptard , 5 avril 2012 05:06
    Encore une fois de grosses entreprises déjà largement engraissées par des commandes d'État payées trop cher, se bagarrent pour savoir qui aura la plus grosse part de la galette que va, encore, leur donner le contribuable pour leur permettre de financer des recherches ou des infrastructures qui ne rapporteront de dividendes qu'à ces entreprises et rien au contribuable.
    Toujours le même principe : l'État paye les infrastructures chères et les entreprises privées encaissent les profits.
    Rien de neuf sous le soleil. C'est beau le capitalisme sans entraves !
    Même si c'est le Grand Gentil Mou qui vient remplacer le nain hargneux, on parie que ça ne changera pas la donne ?

    :pfff: 
  • gedd , 5 avril 2012 09:59
    Titanics"Par contre en tant qu'acteur dans le projet Nu@age"Dassault ne fait pas partie du consortium Nu@ge. Le projet a été monté par 8 TPE.

    Oui effectivement Nu@ge n'est pas le nom du projet Dassault SFR, qui n'a, à priori, toujours pas de nom.
  • gedd , 5 avril 2012 10:11
    turlupin en ptardEncore une fois de grosses entreprises déjà largement engraissées par des commandes d'État payées trop cher, se bagarrent pour savoir qui aura la plus grosse part de la galette que va, encore, leur donner le contribuable pour leur permettre de financer des recherches ou des infrastructures qui ne rapporteront de dividendes qu'à ces entreprises et rien au contribuable

    Il me semble que c'est via le grand emprunt que va être financé en partie ce cloud, à vérifier.
  • shooby , 6 avril 2012 19:12
    J'ai l'impression qu'il n'y en n'a pas beaucoup pour croire au cloud, a fortiori gouvernemental