Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Performances applicatives

Les antivirus ralentissent-ils nos systèmes ?
Par

L’évaluation de la réactivité générale d’une configuration constitue un exercice délicat, mais les tests de productivité et communication de PCMark Vantage semblent suffisamment bien conçus pour être révélateurs de ce point de vue.

Le benchmark « communications » regroupe plusieurs sous-tests représentatifs des tâches courantes comme le cryptage de données, la compression de fichiers, le rendu de pages web ou encore des recherches dans Windows Mail. L’expérience prouve toutefois que la marge d’erreur sous PCMark peut être plus importante que ce que l’on souhaiterait, ce qui s’illustre ici par le fait que la même machine de test peut être plus lente sans antivirus qu’avec certains de ces logiciels. Là non plus, mieux vaut ne pas tirer de conclusion à ce stade si ce n’est qu’en tenant compte de la marge d’erreur relativement importante, les écarts ne sont pas conséquents.

Le benchmark « productivity » fait quant à lui la part belle au lancement de programmes, à l’édition de documents sous WordPad ainsi qu’à la recherche de contacts avec Windows Search. En outre, une portion de ce benchmark est multitâche : le rendu de multiples pages sous IE est lancé parallèlement à une recherche de contacts ainsi qu’à la définition de règles de messages dans Windows Mail. Enfin, les performances disque dur sont mises en évidence grâce à une analyse de Windows Defender et un test de démarrage.

Cette fois on peut constater des tendances bien plus nettes, suggérant que les logiciels de sécurité ont une certaine influence : les solutions de Kaspersky et Trend Micro semblent être bien plus pénalisantes niveau performances.

Rentrons maintenant dans les détails de ce test de productivité pour voir où est-ce que les écarts se creusent :

Ce graphique est particulièrement intéressant. On voit notamment que tous les tests qui sollicitent le disque dur de façon intensive comme le démarrage de Vista, Windows Defender et le chargement de programmes ne sont pas affectés par la présence ou l’absence de suite logicielle dédiée à la sécurité. Ces résultats confirment donc ceux obtenus avec les précédents benchmarks orientés disque dur, et montrent également que le fait d’avoir un antivirus résident n’a qu’une influence minime voir nulle sur les performances. En parallèle, on ne constate pas non plus de différences en éditant un document Word.

D’un autre côté, on voit clairement que les logiciels de sécurité de Kaspersky et Trend Micro plombent les performances lorsqu’on lance une recherche de contacts Windows (notons que cet exercice est effectué seul (Productivity 2) puis dans un contexte multitâche (Productivity 4) sachant que les résultats sont similaires). Le rendu de pages Web, lui aussi évalué en mode multitâche, souffre également de la présence des logiciels de sécurité.

Enfin, précisons que nous avons écarté un des tests de productivité de ce graphique pour cause d’inconstance : PCMark évalue également les opérations de copie sous Windows Mail, mais les écarts semblent presque aléatoires entre une et six opérations par seconde.