Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Asus Eee : les limites du SSD

Par - Source: Asus | B 21 commentaires

La mémoire d'origine Une information intéressante est disponible sur le site d’Asus : le nombre d’écritures (et de lecture, mais c’est une erreur) du SSD de l’Eee est limité. La FAQ parle de 10 000 écritures, ce qui peut sembler faible. Analysons et expliquons.

La mémoire flash et l’usure

Pour faire simple (les puristes nous excuseront), la mémoire flash fonctionne en déplaçant des électrons entre deux grilles. Quand ils sont d’un côté, c’est un 1, quand ils sont de l’autre, c’est un 0. Quand on essaye de lire une donnée, aucun problème, ce sont les écritures qui sont problématiques : on déplace les électrons entre les deux grilles dans un oxyde, et cet oxyde piège toujours quelques électrons. Quand l’espace entre les deux grilles est trop saturé en électron, il devient conducteur et la cellule est considérée comme inutilisable. Les deux limites communément admises sont 100 000 écritures (pour les mémoires de type SLC) et 10 000 écritures (pour les mémoires de type MLC). La différence est simple : dans une puce de SLC (Single Layer Cell), l’espace est plus grand que dans une puce MLC (Multi Layer Cell) qui stocke plusieurs bits.

10 000 écritures pour le Eee PC ?

Selon Asus, les écritures sont limitées à 10 000 sur le SSD. Entendons-nous bien : il s’agit de 10 000 par cellule (bit). Étant donné la structure de la mémoire flash, une cellule défectueuse élimine un bloc (généralement 128 Ko). Mais ne soyons pas alarmistes : il y a des protections. La première, c’est que les SSD sont généralement équipés d’un Erase Pool : 2 à 3 % de la capacité totale sont disponibles en cas de problèmes (et invisibles par l’utilisateur). Sur le SSD de 4 Go de l’Eee PC, on dispose donc d’environ 1 000 blocs de "sauvegarde". Deuxièmement, des algorithmes de Wear Leveling permettent d’augmenter la durée de vie (dans une certaine mesure). Les explications sur ces techniques sont disponibles dans notre dossier sur les SSD. Notons tous de même que les puces utilisées dans le Eee PC (après démontage) sont données pour 100 000 écritures. Qui croire ? Le fabricant de la puce ou Asus ?

Une durée de vie faible

Pour faire simple, si vous vous amusez à écrire en permanence sur le SSD du Eee PC (à sa vitesse maximale de 25 Mo/s), la durée de vie est de... 19 jours. Asus explique d’ailleurs que le Linux du Eee PC désactive le fichier d’échange (la mémoire virtuelle) pour augmenter la durée de vie du SSD. En pratique, on écrit rarement à la vitesse maximale en permanence, mais le SSD reste malgré tout un peu limite au niveau de la durée de vie. Mais étant donné le prix de la machine, c’est assez logique.

Commentaires
Afficher les 21 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • Anonyme , 28 mars 2008 11:38
    Betises.

    pour tuer le disque faudrait l'utiliser env 3 ans 24/7 a fond en ecriture.
    vous l'utiliser cb de fois par jour/semaine a fond votre disque ?
  • nik166 , 28 mars 2008 11:48
    si on reinstalle le système 3 fois par jour eventuellement le SSD va mourrir d'ici quelques mois mais qui fait ça? :D 
  • Anonyme , 28 mars 2008 12:57
    Cet article laisse penser que le disque dur de l'eeePC est une arnaque, en faisant semblant de s'appuyer sur les déclarations d'Asus.

    Sauf qu'Asus ne donne aucune information nouvelle : une mémoire flash a toujours été limitée à quelques dizaines de milliers d'écritures. Cet article se base sur une info prétendue inédite et importante pour faire peur.

    Mais, en pratique, un disque SSD utilisée normalement dure plus longtemps qu'un disque dur classique. Et je serais prêt à parier qu'un disque dur claquerait en moins de 19 jours si on devait le faire tourner à plein régime non-stop (à cause de la chaleur notamment).
  • Kador , 28 mars 2008 13:36
    Citation :
    Et je serais prêt à parier qu'un disque dur claquerait en moins de 19 jours si on devait le faire tourner à plein régime non-stop (à cause de la chaleur notamment).


    Et comment tu cois qu'ils marchent, les serveurs de bases de données

    N'importe quoi
  • dandu , 28 mars 2008 14:06
    Citation :
    Betises.

    pour tuer le disque faudrait l'utiliser env 3 ans 24/7 a fond en ecriture.
    vous l'utiliser cb de fois par jour/semaine a fond votre disque ?


    T'as lu ? En calculant simplement (10 000 écritures, 4 Go, 25 Mo/s), on a une durée de 19 jours....

    Citation :
    Cet article laisse penser que le disque dur de l'eeePC est une arnaque, en faisant semblant de s'appuyer sur les déclarations d'Asus.

    Sauf qu'Asus ne donne aucune information nouvelle : une mémoire flash a toujours été limitée à quelques dizaines de milliers d'écritures. Cet article se base sur une info prétendue inédite et importante pour faire peur.

    Mais, en pratique, un disque SSD utilisée normalement dure plus longtemps qu'un disque dur classique. Et je serais prêt à parier qu'un disque dur claquerait en moins de 19 jours si on devait le faire tourner à plein régime non-stop (à cause de la chaleur notamment).


    Sauf que les SSD sont donnés à 100 000 écritures, en général, pas 10 000. 10 000, c'est la flash de merde des clés USB.
  • Anonyme , 28 mars 2008 14:50
    > Et comment tu cois qu'ils marchent, les serveurs de bases de données

    Il n'écrivent pas à un flux de 25 Mo/s sans la moindre pause.

    > N'importe quoi.

    Thibaut.
  • drouvre , 28 mars 2008 14:59
    FUD :o 
  • bustvhk , 28 mars 2008 16:45
    Déjà les serveurs de bases de donnees sont en SCSI et qui plus est, en RAID (justement pour palier à la mort d'un disque).
  • bowyerte , 28 mars 2008 21:16
    Bah à moins que le ATA (parallèle ou série) ne soit un protocole vraiment inéfficace je vois pas en quoi être en SCSI améliorerait la durée de vie du disque.

    Ensuite le RAID c'est pour pallier à une perte de donnée, mais ca n'améliore rien non plus.

    Sinon pour le petit calcul je reste dubitatif, à supposer l'algorithme de répartition des cellules parfait et le MTBF bien estimé, il faudrait donc remplacer 10000fois chaque cellule, soit écrire pas moins de 40 To (oui oui TéraOctet) sur un disque de 4 Go.

    Sans fichier d'échange, avec une ram adaptée à son OS (Linux + 512Mo) et sans applis gourmandes (jeux, montage vidéo) y'a pratiquement pas d'écriture sur le disque à faire donc on est bon pour pas mal de temps...
  • batchy , 28 mars 2008 21:49
    moi j'imagine déjà les idiots qui ont installé un windows en ntfs avec swap dessus ...
  • luxy68 , 29 mars 2008 00:17
    et les SSD qui vont un jour remplacer les disque dur ont aussi ce problème ?
    si oui, ça craint
  • shooby , 29 mars 2008 09:42
    Dandu
    Sauf que les SSD sont donnés à 100 000 écritures, en général, pas 10 000. 10 000, c'est la flash de merde des clés USB.


    Oui et bien en attendant ça rend bien des servcies, et aucune de mes clefs USB n'a claquée malgré le fait que je l'utilise pas mal
  • dandu , 29 mars 2008 15:21
    t'as de la chance

    perso, j'ai vu des cartes mémoire ne plus fonctionner à cause du problème.
  • Anonyme , 29 mars 2008 16:10
    Deux ou trois remarques:
    1) les SSD de serveurs sont des RAMs secourue par batterie avec éventuellement une copie de secour sur disque.
    2) Ce qui tue les SSD FlashRAM (ainsi que les cartes mémoires et les clés USB) c'est bien la limitation à 10.000 ou 100.000 écritures par cellule associé au système de fichier (en général FAT16 ou FAT32). Ses 2 format d'écrire dans la FAT (table d'allocation de fichier) à chaque création, suppression et extension de fichier ! Cette FAT étant une zone rlativement petite situé au début du disque devient particulièrement vulnérable d'autant plus qu'elle n'est pas déplaçable.
    3) Je conseille donc de formatter les cartes Flash plutôt que d'effacer les fichiers.
    4) Le format NTFS est peut-être plus compatible avec les Flash mais je n'en sais rien.

    5) Appel à la communauté du libre: Qui peut créer un nouveau système de fichier évitant les réécritures excessives de zones critiques du disque.
    Ce format pourrait alors être adopter par tous les systèmes utilisant de la flash.
  • batchy , 29 mars 2008 17:42
    Citation :
    4) Le format NTFS est peut-être plus compatible avec les Flash mais je n'en sais rien.
    Ça va pas la tête !
    Mettre du NTFS, comme mettre du ext3 ou tout autre système de fichier journalisé, c'est déjà griller ta flash. Le journal est écrit pour CHAQUE opération sur le disque, donc ça fait une écriture en plus. Si le EEE est formaté en ext2, y a une bonne raison.
    Citation :
    5) Appel à la communauté du libre: Qui peut créer un nouveau système de fichier évitant les réécritures excessives de zones critiques du disque.
    Ce format pourrait alors être adopter par tous les systèmes utilisant de la flash.
    Appel à la raison : il existe déjà 5 systèmes de fichiers libres adapté au flash...
  • wince , 30 mars 2008 00:07
    il existe déjà 5 systèmes de fichiers libres adapté au flash...
    ------------------------------------------------------------------

    lesquels svp ;) 
  • batchy , 30 mars 2008 10:14
    JFFS/JFFS2 (Journaled Flash File System), YAFFS (Yet Another Flash File System) et LogFS ...

    Bon d'accord, j'en ai trouvé que 4. c'est pas loin de 5 quand même ;) 
  • shooby , 30 mars 2008 11:04
    Oui mais c'est pas 5 !
  • Sn4kY , 30 mars 2008 12:30
    bowyerte > le SCSI ou le SAS n'augmente pas la durée de vie des disques, mais vu que ces formats sont pour les pro, les constructeurs mettent des disques qui ont un MTBF plus élevé que les disques pour grand public... mais rien à voir avec le sujet de base
  • bustvhk , 30 mars 2008 17:12
    Je n'ai jamais dit que le SCSI augmentait le durée de vie mais est plutôt utilisé dans le monde professionnel (je parle en connaissance de cause). Je répondai à Kador.
    Pour info le scsi est utilisé surtout dans le monde pro pour les disques durs car ceux-ci sont extrêmement sollicités et par des tâches complexes. Le SCSI sert à décharger le processeur et déporte l'intelligence du bus vers le périphérique lui même. De plus le RAID sert surtout en cas de crash de disque. Tout bon service informatique utilise un robot de sauvegarde pour s'en servir en cas de perte de données ou pour retrouver d'anciennes données. Rien à voir avec le sujet de base mais je voulais apporté qq explications (ça ne fait jamais de mal).
Afficher plus de commentaires