Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Asus : un PC portable « green »

Par - Source: Asus | B 2 commentaires

Asus vient d'annoncer que le N51V est le premier portable à recevoir un certificat EPD (Environmental Product Declaration) et un certificat d'empreinte carbone (PAS 2050:2008). Le N51V est aussi à la norme EPEAT (Electronics Products Environmental Assessment Tool) Gold. Concrètement, les certificats indiquent que la machine est « écologique » et qu'Asus essaye, tout le long de la production de l'appareil, de limiter la consommation des éléments et surtout de diminuer l'usage de produits polluants. La machine est construite en grande partie avec des composants recyclables (tout comme l'emballage) et Asus a aussi intégré la puce EPU (déjà vue sur certaines cartes mères haut de gamme) ainsi que son programme S.H.E. (Super Hybrid Engine) pour essayer de diminuer la consommation. Rappelons que le programme en question permet de régler, de façon plus efficace que le système d'exploitation, les fréquences des différents composants et donc de réduire la consommation de l'ensemble (pas besoin de 2 GHz pour lire un fichier texte).

Le N51V est un PC portable assez classique, basé sur une architecture Core. Il utilise un chipset PM45 (avec de la DDR2) et offre un écran de 15,6 pouces (1 366 x 768) piloté par une carte graphique NVIDIA (GeForce G 105M avec 512 Mo de mémoire). Le reste est assez classique, avec le Bluetooth, le Wi-Fi, une webcam, etc.

Dans les faits, on a un PC portable grand public relativement équilibré et surtout, selon Asus (et selon les certificats reçus) très économe, ce qui est un point important pour certaines personnes.

Afficher 2 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • turlupin en ptard , 20 octobre 2009 00:50
    Si on veut (réellement) réduire l'empreinte écologique des ordinateurs, j'ai deux propositions :

    1/ ralentir la course au renouvellement des matériels

    2/ rendre obligatoire la récupération et le recyclage des vieilles machines par les fabricants eux-mêmes, sans passer par une solution bidon du genre éco-taxe ou société tierce soi-disant spécialisée qui se débarrassera des déchets dans une dictature du tiers-monde (Chine, Afrique, Inde, Amérique du Sud).
    De cette façon le coût du recyclage se retrouvera forcément reporté sur le prix des nouvelles machines et ainsi chacun paiera le vrai prix de ce qu'il achète.

    Tous ces sigles certificats et autres normes à la con qui donnent bonne conscience aux écolos du dimanche ne sont que de la poudre aux yeux marketing.
  • shooby , 23 octobre 2009 16:39
    Et pour se qui est de la HD ?