Les CPU Cannonlake accélèreront les calculs cryptographiques, jusqu'à 3,6 fois plus rapides

Les futurs processeurs Cannonlake d’Intel devraient normalement voir le jour au cours du second semestre 2017. En plus d’une gravure en 10 nm, ils devraient supporter de nouveaux jeux d’instructions, en particulier les extensions SHA (Secure Hash Algorithm).

C’est un patch récemment apporté au compilateur Clang du projet LLVM qui a dévoilé les nouveaux jeux d’instructions qui seront supportés par l’architecture Cannonlake. On découvre ainsi que ces CPU prendront en charge les jeux d’instructions AVX512IFMA et AVX512VBMI (en plus des extensions AVX-512 déjà intégrées aux processeurs Skylake), ainsi que sept nouvelles instructions SHA-1 et SHA-256.

3,6 fois plus rapide qu'en SSSE3

Comme l’indique leur nom, ces instructions SHA sont tout particulièrement dédiées au monde de la cryptographie. Les sept instructions en question (SHA1RNDS4, SHA1NEXTE, SHA1MSG1, SHA1MSG2, SHA256RNDS2, SHA256MSG1 et SHA256MSG2) utilisent les registres XMM (128-bit) du processeur, avec deux ou trois opérandes selon le cas, mais ne sont pas pour autant des instructions de type SIMD.

Reste donc à savoir dans quelle mesure ces nouvelles instructions accélèreront le traitement des algorithmes SHA-1 et SHA-256, deux des algorithmes les plus utilisés en cryptographie. D'après nos informations, selon les premiers tests, l'implémentation de l'algorithme SHA-256 avec ces nouvelles instructions serait jusqu'à 3,6 fois plus rapide que celle, classique, en SSSE3...

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • Iksarfighter
    Pour sécuriser davantage ou pour cracker davantage ?
    0
  • magellan
    C'était prévisible que tôt ou tard les processeurs se mettent à supporter en hard les méthodes de crytpo, et ce pour de nombreuses raisons.
    1° La situation actuelle
    La crypto s'installe peu à peu dans notre monde, et de plus en plus de gens sont avertis de la nécessité de préserver l'information. Cela mène donc à de plus en plus de logiciels, protocoles et autres systèmes intégrant une protection de la donnée. Vu qu'on dédiait ces calculs au processeur, cela implique nécessairement un accroissement de la consommation cpu... donc du temps de traitement.
    2° Déport du calcul
    A chaque nouveau besoin massif, on a ajouté des jeux d'instructions aux CPU CISC... et la crypto ne déroge pas à la règle. En exemple concret, on a eu le MMX, le 3D now, et cette intégration du SHA ne déroge pas aux mêmes causes, donc aux mêmes conséquences.
    3° Vers une intégration plus poussée?
    A ce jour, sauf à vouloir sciemment crypter ses volumes de données, on ne protège pas son HDD "naturellement. Va-t-on aller vers de l'encryption hardware préintégrée, donc transparente pour l'utilisateur, afin de s'assurer une vraie politique de sécurité personnelle?
    0
  • magellan
    Citation:
    Pour sécuriser davantage ou pour cracker davantage ?

    Plutôt pour protéger plus il me semble, car le SHA n'est pas supposé être réversible (du moins ce n'est pas son but).

    A partir de là, comme les instructions de crypto sont fixées directement dans le processeur, je vois mal de quelle manière on pourrait en faire usage "à l'envers".
    En revanche, les CG fournissant toujours plus de puissance de calcul, là oui l'ajout d'unités de calcul peut aider à casser du code crypté.
    0