Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

La dégradation de l'image

Les cartes graphiques USB 3.0 : multipliez les écrans
Par

Le point le plus important est la dégradation de l'image. C'est aussi le point le plus compliqué à tester : il est impossible de faire une simple capture d'écran. En effet, comme les captures sont effectuées avant le rendu final par le pilote DisplayLink, l'image est parfaitement normale sur ces dernières.

Une compression visible en USB 2.0

Pour mettre en évidence la dégradation, nous avons donc utilisé une carte d'acquisition HDMI, qui nous a permis d'effectuer quelques captures. Soyons clairs dès le départ : la compression est très visible en USB 2.0 et imperceptible en USB 3.0. Le fonctionnement même de la technologie implique que la dégradation augmente sur les images animées : le pilote ne transmet que les zones de l'écran qui ont été modifiées et la compression est donc très faible dans certains usages et très élevées dans d'autres.

Typiquement, la compression est imperceptible en usage bureautique, même avec une liaison USB 2.0. Comme il y a peu de mouvements à l'écran (le curseur, quelques éléments d'interface), la compression est faible. Dans une vidéo ou un jeu, où les images à l'écran sont toutes en mouvement, la compression est élevée et est particulièrement visible sur des éléments comme les sous-titres dans un film ou l'interface dans un jeu.

Il est malheureusement assez compliqué de montrer cette compression en image étant donné qu'elle n'est effectuée que quand il y a beaucoup de mouvements. Il est donc compliqué de figer une image exactement au même moment pour effectuer une capture. On remarque une petite dégradation sur les sous-titres, mais elle est parfois bien plus importante, en fonction de la charge.

En natifEn natifEn USB 2.0En USB 2.0

Il y a 0 commentaire.
Cette page n'accepte plus de commentaires