Microsoft présente son centre de données sous-marin

La capsule Leona Philipot de MicrosoftLa capsule Leona Philipot de MicrosoftMicrosoft est en train de tester une capsule contenant un centre de données . Elle a la particularité d'être installée sous la surface de l’océan Pacifique juste à côté des côtes californiennes. Le but de la manoeuvre est de profiter des basses températures à une trentaine de mètres de profondeur afin de refroidir le système à moindre coût. Le projet, qui répond au nom de code Project Natick, pourrait aussi ajouter une turbine à Leona Philpot, le nom de la capsule, pour produire de l’électricité. La capsule est reliée au réseau de Microsoft par fibre optique. Google avait présenté une idée similaire en 2008 (cf. « Google : des serveurs en pleine mer ? »), mais le projet de Redmond semble aujourd’hui bien plus abouti.

La fabrication de Leona Philpot a demandé deux ans, mais les chercheurs de Microsoft affirment que les délais pourraient être réduits à 90 jours si la solution devient populaire. Ce n’est pas la première fois que la firme tente ce genre d’expérience puisqu’elle a déjà plongé une capsule contenant un centre de données à environ 10 mètres de profondeur pendant 105 jours, mesurant constamment l’humidité, les fuites et la pression. Les résultats furent apparemment très encourageants, selon les propos rapportés par le New York Times. Microsoft affirme aussi avoir mesuré l’impact écologique de sa capsule sur l’environnement marin et les premiers résultats montrent que le centre de données ne crée pas de pollution sonore ou thermique. Le bruit des bancs de crevettes environnants camoufle le bruit des disques durs et la température de l’eau augmente très peu et seulement à quelques centimètres de la capsule, ce qui n’aurait aucun impact sur la faune et la flore.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • 418919 said:
    Microsoft affirme aussi avoir mesuré l’impact écologique de sa capsule sur l’environnement marin et les premiers résultats montrent que le centre de données ne crée pas de pollution sonore ou thermique. Le bruit des bancs de crevettes environnants camoufle le bruit des disques durs et la température de l’eau augmente très peu et seulement à quelques centimètres de la capsule, ce qui n’aurait aucun impact sur la faune et la flore.

    Mais bien sûr !

    De même que, à en croire les autorités étasuniennes, soviétiques, françaises et japonaises, les accidents de Three Miles Island, Tchernobyl, Saint Laurent des eaux et Fukushima ont démontré la parfaite innocuité des centrales nucléaires.

    Se reposer sur les déclarations d'un criminel pour apprécier la dangerosité de son activité est parfaitement rationnel, comme le démontre le New York Times qui, une fois de plus, révèle son allégeance aux grandes entreprises.

    Et il y aura forcément des cons pour avaler l'appât, l'hameçon, la ligne et la canne avec.

    Quand on parie sur la connerie, on gagne à tous les coups.

    :sarcastic:
    -1
  • Tu crois pas que tu y vas un peu fort quand même
    0