Des piles à combustible au graphène

Des chercheurs du laboratoire du département américain de l’énergie et des universitaires de Princeton ont trouvé un moyen de combiner du graphène avec de l’oxyde d’indium-étain.

Concrètement, cela abaisse les coûts de fabrication de la pile et accroît sa longévité. Le principe est connu. Une cellule à combustible utilise une réaction chimique combinant l’oxygène et l’hydrogène afin de créer un courant électrique qui au passage produit de l’eau et de la chaleur. C’est le phénomène inverse de l’électrolyse que l’on enseigne au collège.

Un bon combustible est composé d’un catalyseur chimique, généralement un métal tel que le platine et un support sur lequel repose le métal afin d'optimiser la réaction. En utilisant du graphène, une feuille de carbone d’un atome d’épaisseur disposant d’une structure en nid d’abeille, il est possible d’offrir un meilleur support au platine, améliorant les performances.

Les scientifiques envisagent maintenant de tester leur concept en dehors de leurs laboratoires.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
14 commentaires
    Votre commentaire
  • le platine c’est mieux que la platine cesse de te prendre pour un DJ
    0
  • "Une cellule à combustible utilise une réaction chimique séparant l’oxygène et l’hydrogène" => c'est l'inverse, une pile à combustible combine de l'oxygène et de l'hydrogène ce qui produit de l'électricité et de l'eau.
    0
  • Le platine étant rare et cher, cela ne peut pas être l'avenir. Dommage...
    -1