Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Completel : fibre et cloud sont complémentaires

Par - Source: Tom's Hardware FR | B 1 commentaire

Ce matin, Completel affichait son bilan de l'année 2011. Un bilan intérêt pour la société : la croissance est de 20 % et la société a dépassé les 500 millions de chiffre d'affaires sur l'année 2011. Elle vise d'ailleurs le milliard d'euros en 2016.

Completel est un opérateur télécom qui travaille dans le monde professionnel. Sur le marché B2B, la société est bien positionnée : selon l'ARCEP, elle est sur le podium. OBS (Oange Business Service) reste le leader, avec 77 % de part de marché, mais avec 8 % de pdm, Completel s'approche de SFR (12 %) et est loin devant Bouygues Telecom (1 %).

Pour Completel, le levier de croissance le plus important reste le cloud computing. La société dispose de trois datacenter en France (un a Lyon, un en région parisienne et un dans l'ouest) reliés via des liens à 100 gigabits/s et propose des offres de serveurs « virtuels » à ses clients. Completel a un avantage sur ses concurrents sur ce marché, comme OVH ou Amazon : son réseau de fibre optique. En effet, Completel dispose de ses propres infrastructures dans environ 70 agglomérations et sa nouvelle « devise » est « la fibre optique, maillon indispensable pour accéder au cloud », ce qui a un sens quand on regarde les débits moyens en émission des lignes xDSL.

Point intéressant, le directeur de Completel nous a expliqué que si les clients étaient intéressés par le cloud computing en général, ils le sont beaucoup moins par le rassemblement des serveurs dans quelques datacenters de grande taille. Visiblement, les responsables informatiques aiment savoir où sont physiquement les serveurs et veulent pouvoir intervenir dessus, même dans le cas des serveurs virtualisés. C'est un problème sur un point : la virtualisation des serveurs permet de faire des économies d'échelles sur les coûts et sur la consommation globale, mais uniquement si beaucoup de serveurs physiques sont rassemblés au même endroit. Déployer plusieurs datacenters de petite taille est moins intéressant pour du cloud computing. Autre remarque, Completel met en avant le fait que les serveurs virtualisés sont installés en France, ce qui est une obligation légale dans certains domaines.

Terminons par un point : la société compte augmenter son chiffre d'affaire grâce à une croissance organique, de façon classique, mais aussi via une croissance externe, avec des rachats. Les détails ne nous ont évidemment pas été dévoilés, mais Completel devrait donc annoncer des acquisitions dans le futur. Rappelons que la compagnie a notamment racheté Altitude Telecom en 2010.

Au final, Completel espère grandir et surtout arriver à déloger OBS de son piédestal : contrairement aux marchés grand public, l'opérateur historique reste très présent dans le monde professionnel avec ses 77 % de parts de marché.

Commentaires
Afficher 1 commentaire.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • NicolBolas , 16 mars 2012 12:04
    Citation :
    Déployer plusieurs datacenters de petite taille est moins intéressant pour du cloud computing


    Ca c'est totalement faux, c'est même tout l'inverse. Multiplier les pops bien interconnectés en fibre permet de mieux répartir les charges (énergie, climatique) et les risques (incident sur un gros pop plus impactant que sur un petit). L'effet d'échelle est le même puisque toutes les infrastructures sont reliées par du n*10G donc virtuellement un seul système cohérent. C'est l'essence même du cloud, et ce qui fait que ce qu'on essaye de nous fourguer comme "cloud" n'est qu'une fumisterie et un abus de langage.

    Par contre ça implique d'avoir des équipes humaines réparties sur le territoire et des architectures système et réseau un peu plus subtiles pour bien exploiter l'intérêt de la diversité géographique des services. Et là Completel est très mauvais puisqu'ils ont tout concentré en IdF, perdant au passage toutes leurs équipes techniques locales qui refusaient de bouger.

    Tous les gros vendeurs de Cloud en France font cette erreur, et pourtant on aurait pu espérer d'Orange et Completel qu'ils n'oublient pas la richesse de leurs infras et de leur métier de base.