Nintendo Switch : le firmware buggé plombe les performances en 1080p

Touchez du bois avant de jouer à votre Switch...Touchez du bois avant de jouer à votre Switch...

Un bug dans le firmware de la Switch limiterait la puissance du circuit graphique et empêcherait la console de correctement rendre un titre en 1080p, selon une analyse d’Eurogamer. Une fois le problème corrigé, un jeu de course tel que Shin’en Multimedia’s Fast RMX pourrait tourner en Full HD de façon fluide. Si le site ne donne pas plus d’information, des commentaires sur le forum de NeoGAF affirment que ce problème aurait aussi un impact sur d’autres jeux, comme Zelda: Breath of the Wild, qui souffre d’un taux d’images par seconde parfois trop bas, malgré le fait que Nintendo ait déjà abaissé la définition à 900p pour alléger le SoC.

Game Over ?

Nintendo n’a pour l’instant donné aucune date de publication du correctif et le lancement de la Switch se fait dans la douleur. Entre un nombre extrêmement bas de consoles disponibles, de nombreux magasins en Amérique du Nord n’ayant pas été réapprovisionnés depuis le lancement le 3 mars dernier, ainsi que de sérieux problèmes matériels liés à des défauts et un mauvais design, on a le sentiment que la console a été bâclée pour sortir plus rapidement.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • xenesys
    Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas assez d'exemples ces dernières années qu'il fallait mieux attendre et finaliser son produit plutôt que de le sortir trop vite. Votre image de marque morfle bien plus dans ce dernier cas.
    0
  • archmaster
    À ce stade, il semble de plus en plus net que la Switch est un essai sur le terrain d'un concept matériel pour établir quelques statistiques préliminaires que *the* dernière console de Nintendo, mais ce genre d'opération à une échelle internationale, ça coûte cher et dans le cas présent, ça ravage l'image de la firme qui était assez connue pour la qualité de fabrication de ses produits à une période donnée du marché.

    Je reviens tout juste du salon Big Data Paris 2017 et j'ai bien remarqué l'emphase de malade des cabinets de conseil et autres firmes de traitement et d'enrichissement des données sur les méthodes agiles, car elles permettent à des PME de vite changer de créneau suivant les marchés porteurs et aux grands comptes de traiter à la volée des masses de données pratiquement inconcevables pour un esprit humain.

    Nintendo a une approche très spéciale de l'externalisation car l'entreprise n'externalise que vers les entreprises avec lesquelles elle a déjà travaillé auparavant. Inutile donc de dire que jusqu'à récemment, bosser avec Nintendo, ça impliquait d'être engagé chez l'un de ses partenaires, de travailler sur un des projets de la firme et alors, seulement, on pouvait envisager d'avoir d'autres projets signés Nintendo. Du côté des développeurs, c'est bien simple, les consoles Nintendo étaient la dernière étape en cas de portage potentiel. Et généralement, les ventes (toujours, *toujours* jugées trop faibles par les Data Analysts) ne justifiaient pas un tel portage.

    De nos jours, l'entreprise a adopté une démarche plus ouverte d'esprit, elle expérimente avec des nouveaux prestataires et ça a gouverné la création de la Switch sur le papier. Le résultat est comme on le voit assez discutable d'un point de vue matériel, le gros budget pour la fabrication a dû être entamé par toutes les négociations sur les technologies supportées (ou non-supportées pour des raisons de lutte contre le piratage), et j'ai un peu peur que les pontes de Nintendo ne se soient faits [censored] par des commerciaux B2B un peu trop zélés sur la maximisation des profits et pas du tout en phase avec l'esprit de la firme. En gros, Nintendo essaie d'adopter des méthodes agiles, mais la firme historique (dans tous les sens du terme) rame pour intégrer son idéologie dans des process et des métiers depuis longtemps normalisés par le capitalisme.

    La « bonne nouvelle » dans cette histoire est que l'évolution de l'entreprise est déjà assurée grâce à Kimishima, le remplaçant du mythique Satoru Iwata. Ce Mister Tristesse est un économiste pur jus, du coup c'est pas vraiment de bol pour les fans de Nintendo mais il va probablement tenter une transition entre les valeurs traditionnelles de l'entreprise (où le marchand vend sa marchandise et évolue assez lentement en fonction de ses moyens) et les valeurs actuelles de l'industrie vidéoludique (où le marchand spécule sur la valeur potentielle de son bien et altère ce dernier suivant des retours statistiques pertinents). Si vous n'aimez pas les DLC et préférez quand le développeur vous offre un jeu fini, déboggué par des testeurs professionnels et qui vous occupera plaisamment pendant des heures sans connexion internet obligatoire, mettez-vous au rétro. La Switch v1 est un petit pas pour essayer une conciliation des deux mondes, apparemment critiquée par la presse comme par les fans ; pas besoin d'être un génie pour savoir que les Switch v2 ou v3, si Nintendo réussit à remonter son fonds d'investissement grâce aux *early adopters, corrigera les problèmes matériels mais sera un gros coup dans les [censored] des fans originaux de Nintendo.
    0
  • vodnok_75
    Elle fonctionne très bien chez moi... Elle est en rupture dans les magasins car elle fait un meilleur démarrage que la wii. Haaa ces journalistes... #factsChecking
    1