Les développeurs aussi doivent se mettre au vert

Selon une récente étude, l'industrie informatique représente à elle seule 2% de la consommation énergétique mondiale. Autant que l'industrie aéronautique. À l’heure des data-center gigantesques et des gadgets portables en tout genre, les fabricants de processeurs et de composants ont depuis quelques années multiplié les efforts pour réduire la consommation électrique des équipements informatiques.

Mais ses efforts (notamment en matière de processeurs) sont souvent réduits à néants par le comportement des logiciels qui tournent par-dessus. Les programmeurs sont donc désormais  directement pointés du doigt. Ce que l'on met principalement en cause? L’absence d’optimisation des applications ! Un fait notamment soulevé dans le rapport "TIC et Développement Durable" remis au gouvernement Fillon en Mars 2009. Ses auteurs écrivent : "De 1970 à 2000, l’informatique est passée d’un extrême à l’autre. En 1970, le programmeur comptait soigneusement toutes les ressources qu’il utilisait : mémoire, nombre de cycles processeur, nombre d’accès disque etc. ... En 2000, les méthodes de développement logicielles visent avant tout la rapidité de développement, et la facilité de maintenance. Les outils utilisés ne permettent aucune optimisation de la consommation de l’application. Bien souvent, les maîtres d’ouvrages sont les premières victimes de ces méthodes : on arrive en fin de développement à une application lourde, incapable de respecter les performances requises."

La vision est un peu simpliste bien sûr. Performances et consommation énergétique ont une relation de cause à effet plus complexe. Mais elle a le mérite de replacer les développeurs et leur pratique au cœur des problématiques "Green IT", autrement dit au cœur des économies d'énergie désormais imposées à l'univers informatique.

Comme le résumait Arjan  Van De Ven, patron de la branche Linux d’Intel, lors d’une récente conférence, "le matériel est aujourd'hui capable de réduire automatiquement sa consommation, encore faut il que le logiciel le lui permette!". Il est temps pour les développeurs de se mettre au "vert". Techniques, bonnes pratiques, outils et opportunités… Voici un tour d'horizon de l'univers du "Green Developer".