Se connecter / S'enregistrer

Disques durs : 450/600 Go mieux que 300 Go ?

Disques durs : 450/600 Go mieux que 300 Go ?
Par

On a de plus en plus tendance à penser que les SSD, qui sont considérablement plus rapides et plus résistants que les disques durs, ont commencé à prendre le pas sur ces derniers dans le domaine du stockage. Ce serait logique sur papier, mais en réalité, les entreprises ayant des besoins poussés en termes de fiabilité ne sont pas encore en mesure de passer avec aisance du stockage sur bandes à la mémoire flash : le secteur manque encore d’études de fiabilité à long terme, de performances totalement prévisibles et de composants certifiés pour certaines applications bien spécifiques. Pour un environnement existant, il est bien plus simple de valider un disque dur qu’une nouvelle technologie, raison pour laquelle les SSD ont encore du mal à trouver leur place sur les serveurs stratégiques ; dans ce domaine, le bon vieux disque dur a encore plusieurs années à vivre.

Les disques durs sont basés sur des plateaux magnétiques rotatifs ; ce sont ces composants qui ont la plus grande influence sur la capacité et les performances. Si vous ne voyez pas à quoi ressemble un disque dur, imaginez un tourne-disque avec plusieurs platines ; la lecture et l’écriture s’effectuent à l’aide de bras et de têtes. Il y en a deux par plateau : une sur chaque face afin de bénéficier d’un maximum de surface de stockage. La vitesse de rotation des plateaux influe sur le temps d’accès via la latence de rotation, c’est-à-dire le temps d’attente avant que la tête de lecture/écriture ne passe devant les données désirées. Le débit, quant à lui, dépend de la capacité du disque dur à lire ou écrire un plus grand nombre de bits à telle ou telle vitesse de rotation. Enfin, le nombre de plateaux détermine la capacité totale.

Les disques durs modernes sont généralement composés d’au moins deux plateaux, mais il arrive qu’il faille n’utiliser qu’une partie des plateaux pour atteindre une capacité donnée. Les disques durs SAS 2,5" de 600 Go, par exemple, sont fabriqués à l’aide de trois plateaux de 200 Go. Pour créer un disque dur similaire, mais d’une capacité de 300 Go seulement, il faut deux plateaux utilisés partiellement et pour un modèle 450 Go, il faut trois plateaux, comme pour le modèle 600 Go. Il devient alors intéressant d’examiner les performances : le temps d’accès diminue-t-il sur un tel disque dur 450 Go ? Au final, la distance que les têtes de lecture/écriture doivent parcourir est en effet plus courte. Quid du débit ? En théorie, il est préférable d’utiliser principalement les secteurs situés à l’extérieur du disque, étant donné que ce sont eux qui avancent le plus vite.

Les acheteurs se demandent sans doute en quoi diffère chaque modèle ; réponse dans les pages suivantes, où nous comparons les performances et le rendement énergétique des derniers modèles de disques durs professionnel 2,5" 10 000 tr/min de chez Toshiba, aux capacités de 300, 450 et 600 Go.