Vos données Dropbox ne sont plus hébergées chez Amazon

Ce projet portait le nom de code Magic Pocket en interne. Il a débuté à l'été 2013 et un an plus tard, en août 2014, Dropbox a commencé à recopier les données de clients entre Amazon et ses serveurs. Puis en février 2015, pour la première fois, certains clients n'étaient plus servis que par l'infrastructure de Dropbox.  En octobre 2015, 90 % des données stockées par Dropbox l'étaient sur ses propres machines. En 6 mois, 500 pétaoctets ont été transférés du cloud d'Amazon vers celui de Dropbox.

Un cloud sur mesure pour plus de performance

Mais pourquoi s'être embarquée dans une telle aventure ? Pour assurer la meilleure performance. Dropbox estime qu'en maîtrisant la chaîne du stockage de bout en bout, elle pourra offrir de meilleurs résultats. En devenant un client aussi important des constructeurs de serveurs, elle bénéficiera aussi de plus de possibilités pour personnaliser ses machines. Dropbox a conçu son cloud de sorte à assurer une disponibilité de 99,99 %, une préservation des données de 99,9999999999 %. En outre, les données stockées sont chiffrées.

Dropbox n'abandonnera cependant pas totalement Amazon. Elle continuera notamment de l'utiliser pour les entreprises européennes qui exigent que leurs données soient localisées sur le territoire de l'Union.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • C'est globalement une "bonne nouvelle" sur le papier, au titre que la société ne sera potentiellement plus tributaire des humeurs d'Amazon concernant la facturation de l'hébergement, de la maintenance et de l'augmentation de volumétrie à venir.
    De là, reste à voir si Dropbox parviendra à maîtriser ce modèle technique, au titre qu'il va représenter, à terme, un investissement lourd en terme de ressources matérielles et humaines.
    1
  • Une tres mauvaise nouvelle
    n'etant plus stockees dans l'UE, les donnees des clients ne sont plus protegees par les lois de l'UE
    certains pays autorisent / tolerent meme aux hebergeurs l'utilisation a des fins commerciales (comme les infos medicales)
    les photos et videos "privees" ? devinez...
    0
  • 1632673 said:
    Une tres mauvaise nouvelle n'etant plus stockees dans l'UE, les donnees des clients ne sont plus protegees par les lois de l'UE certains pays autorisent / tolerent meme aux hebergeurs l'utilisation a des fins commerciales (comme les infos medicales) les photos et videos "privees" ? devinez...

    Attention: cette assertion n'est pas totalement exacte, car il y a des lois très précises dans le domaine. L'exigence de maintien des données dans la CEE est d'ailleurs mentionnée dans le post initial, au titre que les entreprises verront leurs données maintenues chez Amazon pour cette raison justement.

    Il est aussi à noter que dropbox n'est qu'un problème qui met en exergue quelque-chose de tout sauf nouveau, à savoir la véritable localisation des données personnelles. Quid du stockage des mails? Quid des profils utilisateurs dans les jeux par exemple? Qu'on ne se leurre pas non plus, le fait que le net soit mondial fait qu'il y a TOUJOURS eu cette problématique, mais que là, en confiant à un tiers privé des données sensibles, on commence enfin à se demander où se trouvent nos fichiers... et ça, visiblement, ça fait frémir.
    Personnellement, je n'ai pas plus confiance en dropbox qu'en Amazon ou quiconque d'ailleurs, au titre que ce sont des sociétés. Je reprends systématiquement deux situations qui sont tout sauf absurdes, car elles se sont déjà produites.
    - Le prestataire "meurt" ou bien est racheté. Quid de la politique de sécurité et de localisation des données? Que fait-on si le prestataire meurt purement et simplement comme megaupload par exemple? On pleure ses données? on se paie une prestation délirante de migration dont le coût sera directement lié au volume à transférer?
    - Le prestataire change de politique économique en révisant ses tarifs. On fait quoi? On paye le surcoût pour ne rien changer, ou bien encore une fois on migre... et on paye encore plus cher les techniciens chargés de l'opération, la bande passante mise en place, sans compter le temps technique de procéder au transfert?

    Tout ceci crée une dépendance trop forte, notamment quand la prestation est assurée hors des frontières légales d'un état, ou bien d'une communauté comme l'UE. Qui dit données à l'étranger dit lois différentes...
    0