Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Durée de vie des SSD : en 34 nm, il serait mort (5)

Par - Source: Tom's Hardware FR | B 31 commentaires

Notre SSD est toujours en vie. Il y a bientôt 2 mois que nous écrivons en permanence sur un SSD basé sur un contrôleur Indilinx et il vient de dépasser une usure moyenne de 5 000 cycles (5 150 cycles ce matin), ce qui veut dire que s'il utilisait de la mémoire en 34 nm, il serait donc (très) mal en point. Mais notre modèle utilise de la mémoire MLC Samsung donnée à ~10 000 écritures (K9HCG08UIM) et devra donc encore attendre encore un peu...

Pour information, le nombre de cycles moyens était de 1 761 au début de nos tests, et nous avons écrit depuis environ 300 To (297 180 Go exactement) depuis un Velociraptor. Pour répondre à une question souvent posée, le SSD de 128 Go est rempli et c'est un fichier de 1 Go qui est copié et supprimé en boucle. La machine de test fonctionne sous Windows 7, avec le TRIM activé, et le contrôleur SATA est un Intel ICH9.

Nous le répétons, la durée de vie est pour nous un faux problème, dans le sens où même avec de la mémoire en 25 nm, la durée de vie pratique dans un usage considéré comme normal est très élevée. Les constructeurs considèrent qu'un utilisateur classique n'écrit pas plus de 2 à 3 Go par jour et que les utilisateurs « avancés » atteignent un peu moins de 10 Go. Même avec un SSD de 32 Go en 25 nm (un des pires cas au niveau de l'usure), on peut considérer qu'il résistera près de 25 ans. Dans les faits, nous n'avons pas encore vu de SSD en panne à cause de la mémoire elle-même et dans la pratique, le SAV le prendrait en charge. Et il faut aussi prendre en compte un point : l'évolution rapide des SSD. Le jour où un SSD sera trop usé, il suffira de le remplacer par un modèle « moderne » qui offrira bien plus de capacités et de performances pour un prix inférieur.

Terminons par un point, la fiabilité. Si la durée de vie « programmée » pose un problème, il faut bien se rendre compte que les disques durs ne sont pas réellement plus fiables. Même si un disque dur peut fonctionner des dizaines d'années sans aucun problème, ce n'est pas la norme. Les chiffres de nos confrères de Hardware.fr, même s'ils sont biaisés sur certains points — ils ne proviennent que des retours d'un magasin — montrent bien que les problèmes ne sont pas plus nombreux que sur les disques durs.

Commentaires
Afficher les 31 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • -3 Masquer
    Hornpipe , 18 février 2011 14:56
    "Et il faut aussi prendre en compte un point : l'évolution rapide des SSD. Le jour où un SSD sera trop usé, il suffira de le remplacer par un modèle « moderne » qui offrira bien plus de capacités et de performances pour un prix inférieur."

    Bel argument. En quelque sorte : on sait que ce qu'on vous vend finira par mourir, donc préparez vos porte-monnaies, qu'on puisse vous vendre d'autres produits en voie de pourrissement, le tout avec vos données système/perso dessus.

    De plus un SSD en utilisation normale ne dure pas 25 ans. Vous l'avez dit vous même : en un an d'utilisation normale, vous étiez proches de 1700 écritures en moyenne par cellule, ce qui donne une durée de vie de 3 ans environ pour du 34 nm.... et seulement de 1 an et demi pour du 25 nm.

    "Terminons par un point, la fiabilité. Si la durée de vie « programmée » pose un problème, il faut bien se rendre compte que les disques durs ne sont pas réellement plus fiables. Même si un disque dur peut fonctionner des dizaines d'années sans aucun problème, ce n'est pas la norme. Les chiffres de nos confrères de Hardware.fr, même s'ils sont biaisés sur certains points — ils ne proviennent que des retours d'un magasin — montrent bien que les problèmes ne sont pas plus nombreux que sur les disques durs."

    Raisonnement avec oeillères. Un HDD et un SSD ont certes un taux de retour comparable. Mais le HDD inutilisé ne perd pas des données. Le SSD si. Le HDD utilisé intensivement a une chance de survie. Le SSD non. Certes, le SSD est plus performant que le HDD, mais j'aimerai voir la tête des industriels si un jour ils étaient forcés de rembourser les dégâts écologiques causés par leurs produits censés innover dans le domaine du stockage.

    Non mais je rêve... Vous touchez combien pour écrire des trucs pareil ?
  • Hornpipe , 18 février 2011 15:03
    Petite rectification puisque votre SSD était ancien de 18 mois et non d'un an.
    34 nm : durée de vie 4,5 ans
    25 nm : durée de vie 2 ans
    Ca reste très en deçà de n'importelequel des disques que j'ai pu posséder, pannes incluses (puisque je n'ai jamais connu de panne sur mes disques).
  • dandu , 18 février 2011 15:11
    Citation :
    "Et il faut aussi prendre en compte un point : l'évolution rapide des SSD. Le jour où un SSD sera trop usé, il suffira de le remplacer par un modèle « moderne » qui offrira bien plus de capacités et de performances pour un prix inférieur."

    Bel argument. En quelque sorte : on sait que ce qu'on vous vend finira par mourir, donc préparez vos porte-monnaies, qu'on puisse vous vendre d'autres produits en voie de pourrissement, le tout avec vos données système/perso dessus.

    L'argument est exactement le même avec un disque dur, ça meurt aussi. Faut faire des sauvegardes.

    De plus un SSD en utilisation normale ne dure pas 25 ans. Vous l'avez dit vous même : en un an d'utilisation normale, vous étiez proches de 1700 écritures en moyenne par cellule, ce qui donne une durée de vie de 3 ans environ pour du 34 nm.... et seulement de 1 an et demi pour du 25 nm.

    Environ 100 cycles par mois sur un Indilinx, sachant que la machine était pas utilisé de façon classique (plutot poweruser, sur le coup) et et que le Barefoot est pas vraiment optimisé pour user peu, qu'il y avait pas le TRIM, etc. En gros, sur un système moderne, faut facile multiplier par deux la durée de vie

    "Terminons par un point, la fiabilité. Si la durée de vie « programmée » pose un problème, il faut bien se rendre compte que les disques durs ne sont pas réellement plus fiables. Même si un disque dur peut fonctionner des dizaines d'années sans aucun problème, ce n'est pas la norme. Les chiffres de nos confrères de Hardware.fr, même s'ils sont biaisés sur certains points — ils ne proviennent que des retours d'un magasin — montrent bien que les problèmes ne sont pas plus nombreux que sur les disques durs."

    Raisonnement avec oeillères. Un HDD et un SSD ont certes un taux de retour comparable. Mais le HDD inutilisé ne perd pas des données. Le SSD si. Le HDD utilisé intensivement a une chance de survie. Le SSD non. Certes, le SSD est plus performant que le HDD, mais j'aimerai voir la tête des industriels si un jour ils étaient forcés de rembourser les dégâts écologiques causés par leurs produits censés innover dans le domaine du stockage.

    Les disques durs inutilisés perdent des données par simple démagnétisation, particulièrement les vieux disque durs. Un SSD, la rétention est de 10 ans sur un truc neuf, entre 1 et deux ans sur un truc usé (proche de la mort) mais il suffit de réécrire les données pour repartir à zéro. Mais ni les SSD ni les disques durs ne sont adaptés à du stockage à long terme. Et un industriel, il va pas mettre un SSD en MLC ou un disque dur grand public.

    Non mais je rêve... Vous touchez combien pour écrire des trucs pareil ?


    C'est une constatation : le problème est très exagéré. Trouve moi une personne qui a un SSD mort à cause de l'usure des cellules, ce sera déjà bien.
  • dandu , 18 février 2011 15:13
    Citation :
    Petite rectification puisque votre SSD était ancien de 18 mois et non d'un an.
    34 nm : durée de vie 4,5 ans
    25 nm : durée de vie 2 ans
    Ca reste très en deçà de n'importelequel des disques que j'ai pu posséder, pannes incluses (puisque je n'ai jamais connu de panne sur mes disques).


    Les taux de retours et de panne sur les disques durs sont énormes, particulièrement dans les PC portables, mais on a pas de stats officielles parce que ça passe pas par les magasins.

    Et vu les améliorations en gestion de l'usure, tu sous-évalue nettement la durée de vie. Le simple fait que la garantie soit de 3 ans indiquent bien que les constructeurs pensent qu'ils tiendront dans leur grande majorité au moins cette durée.

    Et perso, en une quinzaine d'années, je dois avoir eu au moins 4 ou 5 disques durs morts, dont 3 de portables (plus fragiles et plus exposés).
  • CameleonBOND , 18 février 2011 15:15
    salut

    n'empêche sont calcul des 2ans pour du 25nm est correcte, non ?

    perso je trouve que 83% de "sante" en 18mois c'est beaucoup :) 
    ou alors vous DL des films bizarre sur votre portable :D 
  • -2 Masquer
    Hornpipe , 18 février 2011 15:33
    "C'est une constatation : le problème est très exagéré. Trouve moi une personne qui a un SSD mort à cause de l'usure des cellules, ce sera déjà bien. "

    Vous savez très bien que les SSD ne sont commercialisés au grand public que depuis quelques années (2006, et encore, pour être gentil). Et ils ne sont économiquement accessibles que depuis 2008/2009, à mon sens. Donc, pour éprouver une durée de vie de 4,5 années en moins de 3 ans, vous seriez bien aimables de me dire comment je fais ?

    Pour le moment, je ne fais que des constats arithmétiques à partir des données chiffrées que les constructeurs et les sites d'info veulent bien nous donner. Et ces constats sont totalement en contradiction avec l'optimisme dont vous faites preuve, ce qui me fait dire que vous n'êtes pas du tout objectifs.

    Tu peux dire que je sous-estime. Le fait est que j'extrapole vos chiffres.

    "Les disques durs inutilisés perdent des données par simple démagnétisation, particulièrement les vieux disque durs. Un SSD, la rétention est de 10 ans sur un truc neuf, entre 1 et deux ans sur un truc usé (proche de la mort) mais il suffit de réécrire les données pour repartir à zéro. Mais ni les SSD ni les disques durs ne sont adaptés à du stockage à long terme. Et un industriel, il va pas mettre un SSD en MLC ou un disque dur grand public."

    Je n'ai jamais eu affaire à un disque dur qui se démagnétise naturellement, sans influence extérieure.
    Pour rappel, vous expliquiez vous même qu'on peut compter jusqu’à 30 à 40 couches différentes sur un même wafer : les couches actives magnétiquement, puis toutes celles nécessaires à la protection chimique et mécanique. Or, pour qu'un disque se démagnétise de lui-même, il faudrait que le vieillissement induise la perte d'une couche active, ce qui me semble mécaniquement impossible... Mais bon, je ne suis pas physicien, mais toi, tu as l'air d'avoir la formation d'ingénieur qui va bien ?! Explique-moi, que je comprenne...
  • dandu , 18 février 2011 15:51
    CameleonBONDsalutn'empêche sont calcul des 2ans pour du 25nm est correcte, non ?perso je trouve que 83% de "sante" en 18mois c'est beaucoup ou alors vous DL des films bizarre sur votre portable


    C'est une machine qui servait pas mal pour des tests d'OS, sans TRIM, et perdre 100 cycles par mois, c'est 100 mois de durée de vie en intensif, soit plus de 8 ans. Sachant qu'il servit déjà beaucoup moins au moment du début du test, remplacé par un 256 Go.
  • Anonyme , 18 février 2011 15:55
    Hornpipe Or, pour qu'un disque se démagnétise de lui-même, il faudrait que le vieillissement induise la perte d'une couche active, ce qui me semble mécaniquement impossible... Mais bon, je ne suis pas physicien, mais toi, tu as l'air d'avoir la formation d'ingénieur qui va bien ?! Explique-moi, que je comprenne...

    Cherche sur le net. Mais je me rappelle encore bien d'un article que j'ai d'un ingénieur de chez IBM je crois qui disait bien que les bit devait être réécrire tous les x années (j'ai le chiffre 5 en tête mais j'ai comme un doute) sous peine de courir le risque que l'info se perde.
    Les différents bit voisins se neutralisant entre-eux.
  • Blastm , 18 février 2011 16:04
    Citation :
    Bel argument. En quelque sorte : on sait que ce qu'on vous vend finira par mourir, donc préparez vos porte-monnaies, qu'on puisse vous vendre d'autres produits en voie de pourrissement, le tout avec vos données système/perso dessus.

    écoute, j'ai encore un HDD de 6go que j'ai acheté il y a 14ans, toujours fonctionnel. On m'as pas volé le jour ou je l'ai acheté, ca c'est sûr... Maintenant, tu le veux dans ta machine pour qu'il puisse terminer sa carrière?
    non?
    c'est bien ce que je pensais.
  • dandu , 18 février 2011 16:17
    Citation :
    "C'est une constatation : le problème est très exagéré. Trouve moi une personne qui a un SSD mort à cause de l'usure des cellules, ce sera déjà bien. "

    Vous savez très bien que les SSD ne sont commercialisés au grand public que depuis quelques années (2006, et encore, pour être gentil). Et ils ne sont économiquement accessibles que depuis 2008/2009, à mon sens. Donc, pour éprouver une durée de vie de 4,5 années en moins de 3 ans, vous seriez bien aimables de me dire comment je fais ?

    Pour le moment, je ne fais que des constats arithmétiques à partir des données chiffrées que les constructeurs et les sites d'info veulent bien nous donner. Et ces constats sont totalement en contradiction avec l'optimisme dont vous faites preuve, ce qui me fait dire que vous n'êtes pas du tout objectifs.

    Oui, enfin l'objectivité, c'est j'écris 300 To sur un SSD, soit bien plus que ce que n'importe qui puisse faire, et il fonctionne toujours.
    Je sais pas mais 3 000 cycles sur un SSD en 25 nm de 128 Go — la norme — et même avec une amplification en écriture de deux fois (ce qui est beaucoup) ca fait six ans de durée de vie, dans un usage pas réaliste.


    Tu peux dire que je sous-estime. Le fait est que j'extrapole vos chiffres.

    "Les disques durs inutilisés perdent des données par simple démagnétisation, particulièrement les vieux disque durs. Un SSD, la rétention est de 10 ans sur un truc neuf, entre 1 et deux ans sur un truc usé (proche de la mort) mais il suffit de réécrire les données pour repartir à zéro. Mais ni les SSD ni les disques durs ne sont adaptés à du stockage à long terme. Et un industriel, il va pas mettre un SSD en MLC ou un disque dur grand public."

    Je n'ai jamais eu affaire à un disque dur qui se démagnétise naturellement, sans influence extérieure.
    Pour rappel, vous expliquiez vous même qu'on peut compter jusqu’à 30 à 40 couches différentes sur un même wafer : les couches actives magnétiquement, puis toutes celles nécessaires à la protection chimique et mécanique. Or, pour qu'un disque se démagnétise de lui-même, il faudrait que le vieillissement induise la perte d'une couche active, ce qui me semble mécaniquement impossible... Mais bon, je ne suis pas physicien, mais toi, tu as l'air d'avoir la formation d'ingénieur qui va bien ?! Explique-moi, que je comprenne...


    Je suis pas ingénieur, mais dixit les constructeurs de disques durs, la rétention est pas énorme sur les disques durs et des pertes "naturelles" sont possibles, parce que les bits se "parasitent" entre eux et que des influences extérieures existent, genre — et c'est très con – les particules cosmiques qui transforment de temps en temps des bits. Et un disque dur, c'est un plateau de verre, hein...
  • -1 Masquer
    Hornpipe , 18 février 2011 16:20
    @ soa : j'ai cherché, mais je n'ai rien trouvé.

    @ Blastm : je tiens à te faire remarquer qu'il y a dix ans, les HDD faisaient la taille de nos SSD actuels. Donc si on peut se contenter d'un SSD, on peut sûrement se contenter d'un HDD. De plus, ton disque de 6 Go aura certainement encore une utilité dans une machine de sa génération, là où un SSD, dans 14 ans, n'en aura plus. Ca peut te paraître stupide, sauf que ce simple fait permet à des pays pauvres et à des personnes démunies de profiter gratuitement d'un ordinateur fonctionnel ; s'il n'y avait pas çà, ces groupes là n'auraient rien, et les déchetteries seraient encore plus remplies de déchets électroniques.
  • Dawnrouille , 18 février 2011 16:32
    Hahaa exact, le HDD va cramer avant le SSD avec vos test XD

    Concernant les retour magasin, il est vrai que je ne m'embête pas à le signaler quand j'ai un crash. Je remplace et tant pis. Entre les coûts d'envoi et le prix du HDD... sans compter le temps et les emmerdes que ça fait.

    Actuellement je considère volontiers qu'il faut généraliser le doublement des données (RAID, logiciel, ou cloud). Trop de chances de perdre un disque.
  • dandu , 18 février 2011 16:32
    Non, mais il y a 10 ans, les disques durs faisaient 20 Go et avaient une fiabilité désastreuse (IBM 75GXP). Et dans les machines pour les pays en voie de développement, on met des SSD bas de gamme, sans mécanisme de gestion de l'usure et avec des capacités faibles, comme le premier EeePC, les OLPC, etc...
  • Anonyme , 18 février 2011 18:07
    DawnrouilleHahaa exact, le HDD va cramer avant le SSD avec vos test XDConcernant les retour magasin, il est vrai que je ne m'embête pas à le signaler quand j'ai un crash. Je remplace et tant pis. Entre les coûts d'envoi et le prix du HDD... sans compter le temps et les emmerdes que ça fait.Actuellement je considère volontiers qu'il faut généraliser le doublement des données (RAID, logiciel, ou cloud). Trop de chances de perdre un disque.

    J'ai plusieurs SSD depuis 1 an et 4 mois, sur des PC que j'utilise tous les jours. Et d'après les utilitaires des SSD je n'ai écrit que 2.7To pour l'un et 2.06To pour l'autre dessus en tout.
    (En encore, je me rends compte que depuis que j'ai désactivé le prefetch de Windows, ce nombre grimpe nettement moins vite)
    Quand je vois que Dandu a écrit 300To sur son SSD de test et qu'il fonctionne encore ben ca me rassure totalement sur la durée de vie de mes SSD :D .
  • sebbk , 18 février 2011 18:42
    De toutes façons que les disques durs soient fiable ou pas, là n'est pas le problème.
    On retrouve le meme probleme sur toutes les techno : quand c'est nouveau et bien cher c le produit ultime. Dès qu'il y a un remplaçant, le modèle qui était au top devient moins fiable. C'est étrange quand même. que les nouveautés soient plus performantes, certe, mais que les anciens modèles devienne d'un coup moins fiable, ça pue le marketing
  • mum1989 , 18 février 2011 20:37
    @sebbk obsolescence programmée peut être sebkk ? :D 
    Faire des produits de moins en moins fiables ^^
  • bebealex , 18 février 2011 23:33
    par contre, les utiliser en raid permet de distribuer les écritures.

    J'utilise 3 ssd de 128 Gig en raid 0
  • -1 Masquer
    krells , 19 février 2011 01:32
    vous parlez du nombre de To écrits, du nombre de cycles d'écriture moyen des cellules de flash mais qu'en est-il du nombre de cellules qui ont été supprimées de la mémoire de réserve ? Parce que si la mémoire meurt en moyenne autour des 10000 cycles d'écriture, je suppose qu'il y en a qui sont foutues bien avant ça et que la mémoire de réserve a déjà commencé à s'amoindrir.
  • Anonyme , 19 février 2011 10:49
    krellsvous parlez du nombre de To écrits, du nombre de cycles d'écriture moyen des cellules de flash mais qu'en est-il du nombre de cellules qui ont été supprimées de la mémoire de réserve ? Parce que si la mémoire meurt en moyenne autour des 10000 cycles d'écriture, je suppose qu'il y en a qui sont foutues bien avant ça et que la mémoire de réserve a déjà commencé à s'amoindrir.

    Dans mon cas l'utilitaire SSD m'indique 18 "Re-allocated sector count", j'imagine que ca doit être ca.
    Donc aucun problème, 18 c'est peanuts.
  • TheStarvingStudent , 19 février 2011 18:19
    Je trouve que la durée de vie en 25nm , c'est pas top niveau tranquillité/pérennité, mais bon la plupart du temps l'usager l'aura remplacé avant d'avoir des problèmes, c'est un fait. On aurait déjà beaucoup moins à se plaindre si, vu l'impact de la finesse de gravure des cellules sur l'espérance de vie des ssds, elle soit mentionnée clairement au même titre que les autres caractéristiques.
Afficher plus de commentaires