Fallout 4 : quelles performances ?

Très bien accueilli par la critique à sa sortie, Fallout 4 fait nettement moins l’unanimité parmi nous. Le titre de Bethesda propose une atmosphère post-apocalyptique réussie, sans pour autant se classer parmi les plus beaux jeux à échelle comparable (difficile de passer après The Witcher 3). Avant d’aborder les performances de Fallout 4, il nous a semblé important d’évoquer quelques points.

En premier lieu, nous nous sommes pris la tête à deux mains en voyant le lanceur du jeu. Les réglages graphiques de Fallout 4 sont uniquement modifiables via un panneau de configuration style Windows 98, impossible d’y toucher en cours de partie.

Deuxièmement, Fallout 4 se limite à deux ratios pour l’affichage en plein écran : 16:9 et 16:10. Ce choix pour le moins daté nous a poussés à modifier le fichier INI (Fallout4Prefs.ini, lequel se trouve dans le dossier de jeux Steam [.../steamapps/common/Fallout 4/Fallout4] ainsi que dans les documents locaux [.../Mes jeux/Fallout4]. Précisons qu’il faut modifier les deux fichiers INI avant de lancer le jeu.

On peut également contourner le problème avec un mode fenêtre qui reste au premier plan sachant que n’importe quel ratio peut alors être défini manuellement. Les effets GameWorks et autres réglages peuvent également être modifiés/désactivés de cette manière.

Fallout 4 s’appuie sur une évolution du moteur propriétaire Creation Engine, d’où le fait qu’il ne semble pas franchement différent des derniers Fallout ainsi que des jeux de la saga The Elder Scrolls. Vestige d’une époque révolue pour les moteurs de jeux, la vitesse du jeu est liée à son débit d’images. En conséquence, le débit d’image est fixe, ce qui veut dire que la synchronisation verticale est activée par défaut. Les plus anciens parmi nous savent que l’on peut contourner cette limitation en effectuant la modification suivante au sein du fichier INI : iPresentInterval=0. Afin de ne pas prendre de risque, mieux vaut paramétrer le ficher en lecture seule après avoir effectué cette manipulation.

Cette modification a des conséquences évidentes sur le gameplay, a fortiori lorsque l’on utilise une carte graphique performante. A la lumière des tests de performance qui suivent, si l’on possède une carte graphique classée en milieu de peloton débitant moins de 60 ips, la manipulation mérite d’être essayée. Précisons cependant que Fallout 4 parait mou à 30 ips, ce qui nuit à l’expérience de jeu.

Choix des séquences de benchmark

Nous avons utilisé deux points de sauvegarde pour les tests. Le premier nous sert à exécuter un 360° via une macro dans une zone offrant une vue panoramique dégagée (cf. ci-dessous). Le second nous permet de nous déplacer en ligne droite dans une rue. Là encore, une macro a été utilisée pour réaliser le déplacement.

Comme d’habitude, il est essentiel d’arriver à des résultats reproductibles pour garantir la fiabilité des benchmarks. Dans le cas de Fallout 4, l’astuce consiste à activer le god mode et l’invisibilité via la console du jeu de manière à pouvoir bouger sans aucune interaction avec l’IA.

Dans les deux cas, les résultats sont assez fiables. Notons que c’est généralement en ville que les performances baissent le plus, mais il nous a semblé essentiel de faire la moyenne entre les deux environnements sachant que l’on passe un temps considérable à explorer la carte. Par ailleurs, les comparaisons entre différentes configurations permettent de constater que Fallout 4 propose un bon échelonnement de performances en fonction du processeur utilisé (aussi bien pour le nombre de threads que la fréquence). Le jeu de Bethesda nécessite au moins quatre threads pour éviter les saccades : un dual core sans hyper-threading ne tiendra pas la route.

Réglages graphiques et GameWorks

Rien dans Fallout 4 n’est modélisé avec suffisamment de détails au point d’engendrer des considérations sur les performances. Aucun réel progrès n’a été accompli par rapport à Fallout 3 et New Vegas : même les objets à longue distance persistent à apparaitre/disparaitre comme ils l’on toujours fait depuis que la série est passée en 3D.

De même, bon nombre d’objets donnent encore l’impression d’être en plastique. A défaut d’être réaliste, ce choix semble délibéré. Notons que l’utilisation du TAA (Temporal Anti-Aliasing) rend non seulement le jeu plus lisse mais aussi mieux équilibré sur le plan visuel. Il s’agit donc d’un effet bienvenu en complément de l’éclairage, lequel est responsable de l’atmosphère.

Particulièrement gourmands en termes de ressources, les god rays ou rayons de soleil sont quant à eux gérés par NVIDIA GameWorks. Même les programmeurs semblent en avoir eu des sueurs froides vu que les god rays sont seulement au niveau élevé lorsqu’on les paramètre au niveau Ultra. C’est en forçant manuellement le réglage Ultra que l’on comprend ce conservatisme : le pourcentage de performances qui s’envolent est à deux chiffres.

Les fonctionnalités GameWorks ne peuvent pas être complètement désactivées via les options du menu, bien que ce dernier laisse penser le contraire. Dans le cas d’une configuration entrée de gamme, il convient donc d’ouvrir Fallout4_Default.ini (.../steamapps/common/Fallout 4) et de paramétrer bNvGodraysEnable=0. Trois autres entrées nécessitent une modification, étant donné que l’éclairage volumétrique doit être complètement désactivé afin de vraiment neutraliser les god rays :

  • bVolumetricLightingEnable=0
  • iVolumetricLightingQuality=0
  • bVolumetricLightingForceCasters=0

Précisons que nous désactivons toutes les fonctionnalités GameWorks pour la configuration de test la plus modeste, tout en la paramétrant sur High pour toutes les définitions supérieures au 1080p. Sans cela, Fallout 4 devient injouable.

Les différences visuelles entre les différents paramètres graphiques sont souvent plus faibles que l’on ne pourrait l’imaginer. Nous avons donc choisi des scènes spécifiques pour montrer l’influence des réglages graphiques, scènes qui ne sont pas nécessairement adaptées pour un benchmark.

Soleil bas, végétation, surfaces et ombres

Midi, éclairage complet, ombres

Configurations de test et réglages
Composants
Intel Core i7-5930K @ 4,2 GHz + watercooling Alphacool
Crucial Ballistix Sport, 4 x 4 Go DDR4-2400
MSI X99S XPower AC
SSD Crucial MX200 500 Go (OS) & Corsair LS 960 960 Go (programmes, données, stockage)
be quiet! Dark Power Pro 850 Watts

AMD FX-8350, dissipateur be quiet! Dark Rock Pro 3
8 Go Kingston HyperX DDR3-1600
SSD Crucial MX200 500 Go (OS) & Corsair LS 960 960 Go
be quiet! Dark Power Pro 550 Watts

Windows 10 Pro (toutes mises à jour installées)
Pilotes
AMD: Catalyst 15.11 Beta
Nvidia: ForceWare 358.91 (Game Ready)
Intel: 20.19.15.4300 (15.40.10)
Benchmarks
3840x2160, profil Ultra, God rays élevés
2560x1440, profil Ultrat, God rays élevés
1920x1080, profil Ultra, God rays Ultra
1920x1080, profil Ultra, God rays élevés
1920x1080, profil Medium
1920x1080, profil Bas (God rays complètement désactivés via les fichiers INI)

Insistons sur le fait que nous réutilisons la même sauvegarde pour chaque boucle de test, le monde de Fallout 4 étant dynamique et dans un état de changement permanent. Nous rapportons également des moyennes arrondies, les dixièmes n’étant pas reproductibles de manière fiable d’une boucle de test à l’autre. Ces moyennes sont calculées à partir de trois boucles de test.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire