Le FBI n'a plus besoin d'Apple pour hacker l'iPhone

Comme le suggérait, il y a quelques jours, l’ancien employé de la NSA Edward Snowden, le FBI pourrait ne pas avoir besoin de l’aide d’Apple pour récupérer les données tant convoitées. Une méthode de piratage du smartphone lui aurait été communiquée ce week-end par une personne non identifiée. La procédure en question doit encore être testée et validée – il ne s’agirait pas de faire une fausse manipulation et d’effacer par la même occasion définitivement ces données – mais le FBI semble particulièrement optimiste.

Un hacker inconnu offre son aide

S’il s’avère que la méthode pour accéder aux données fonctionne, cela pourrait mettre un terme au « léger différend » existant entre le FBI et Apple : le premier pourrait accéder aux données de l’iPhone, et le second n’aurait pas à être forcé – une option de toute façon clairement refusée – de mettre au point un logiciel permettant de contourner la protection qui efface automatiquement les données après plusieurs échecs d’authentification. Sauf que si cette méthode est efficace, cela serait également une mauvaise nouvelle pour le géant américain qui met en avant la sécurité de ces appareils...

À moins que tout ceci ne soit qu’apparences ?

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • A noter tout de même: Apple pourra de toute façon se réfugier derrière une annonce aussi vraie que crédible, à savoir
    "C'est un gouvernement, ils disposent d'une quantité astronomique d'équipements et d'experts, et passer outre une sécurité n'est qu'une question de temps et de moyens. Aucune sécurité peut revendiquer une assurance absolue..."
    2
  • Dès le premier papier j'avais qualifié l'affaire de "bal de faux culs", cette fois-ci Apple va être perdant car effectivement Cook a voulu médiatiser son refus pour se faire de la pub à pas cher maintenant il conserve sa caution morale mais il perd sur la sécurité de son matos.
    2
  • Cook n'y perdra rien de toute façon, et ce pour deux raisons fondamentales
    1° Si Apple avait accepté d'ouvrir la porte, la société aurait pâti d'une image de "collabo"
    2° En voyant le FBI y parvenir, il y aura tant la caution morale "on n'a pas collaboré" que technique du "De toute façon, on ne peut pas résister face à un appareil d'état".
    La morale est sauve pour Cook, les clients penseront majoritairement "c'est l'état, c'était inévitable", et les plus paranos (ou qui veulent cacher quelque-chose) tenteront de trouver d'autres produits/appareils susceptibles de leur offrir une sécurité un rien supérieure.
    0