Test rapide : Free Mobile et les débits

Nous avons pu tester (rapidement) Free Mobile. Pour vérifier la qualité du réseau du nouvel opérateur, nous avons effectué quelques tests avec différents périphériques.

Pour les appareils, nous avons utilisé un iPhone 4S, le partage de connexion sur un iPhone 4S, un iPad 3G et un modem 3G en ExpressCard (Novatel XU870). L'iPhone 4S a été choisi parce qu'il a une puce récente permettant de tirer parti du réseau, l'iPad 3G pour tester une tablette, le modem 3G en ExpressCard pour une installation fixe, même si les CGV de Free indiquent explicitement que l'usage « clé 3G » est interdit. Pour le partage de connexion, nous avons utilisé un câble USB, cette méthode étant généralement plus rapide que le partage de connexion en Wi-Fi.

Les tests ont été effectués dans nos locaux, à Suresnes, sur une terrasse. Les appareils étaient (malheureusement) connectés au réseau d'Orange. Avec une atténuation de -76 dBm, la qualité de réception était bonne.

Les résultats :

Avec le modem 3G : 3,83 Mb/s en réception et 0,36 Mb/s en émission. Ping de 143 ms.
SFR au même endroit : 1,98 Mb/s en réception et 0,36 Mb/s en émission. Ping de 91 ms.

En réception, Free est donc efficace. En émission, les valeurs sont faibles, mais liées au modem qui est un ancien modèle qui se limite à 384 kilobits/s en émission.

Avec un iPhone 4S en partage de connexion (via le câble USB) : 3,99 Mb/s en réception et 2,41 Mb/s en émission. Ping de 74 ms.

La puce Qualcomm de l'iPhone 4S fait des merveilles, surtout en émission. Attention, le partage en Wi-Fi et en Bluetooth sont moins rapides.

Depuis l'iPad 3G : 3,09 Mb/s en réception, 0,23 Mb/s en émission. 

La puce de l'iPad 3G — ancienne — limite un peu les débits.

Avec l'iPhone 4S : 6,3 Mb/s en réception.

Avec l'iPhone 4S, nous avons eu un problème : l'appareil refuse de se localiser une fois sur le réseau de Free si le Wi-Fi n'est pas activé, ce qui bloque le logiciel de mesure. Visiblement, la base de données Apple recensant les antennes n'est pas à jour, ce qui bloque le positionnement rapide. Et le temps très couvert n'a pas permis de se positionner efficacement avec le récepteur GPS intégré.

Au niveau du choix des appareils, nous avons choisi le smartphone avec la puce la plus performante. Nous n'avions pas de Galaxy S 2 (qui dispose d'une puce capable d'atteindre 21 mégabits/s en théorie) et notre Galaxy Nexus de test est bloqué sur le réseau SFR.

Comme prévu, le réseau ne semble pas bloquer l'accès aux ports de communication : VoIP, P2P, tout semble fonctionner, ce qui n'est pas le cas de SFR par exemple. Attention à un point : les sites qui utilisent l'adresse IP pour déterminer la localisation de l'utilisateur ne prennent pas encore tous en compte Free Mobile. Il peut donc arriver que des vidéos en ligne ne soient pas accessibles.

Enfin, petit point amusant, le reverse DNS des IP Free Mobile est sous la forme xxx-xxx-xxx-xxx.romanichel.net. Un joli pied de nez à Martin Bouygues.

Dès que nous pourrons tester les appareils sur le réseau de Free directement, vous serez bien évidemment au courant.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
    Votre commentaire
  • yom69@guest
    Est-ce que certaines mesures ne dépendent pas du nombre d'utilisateur utilisant le réseau ? Dans ce cas, il faudrait attendre que Free ait fait le plein pour effectuer des mesures correctes.
    0
  • dark-jedi
    Dommage que vous n'ayez pas testé avec un abonnement orange pour voir s'il y a des différences comme un bridage volontaire. Ca ne semble pas le cas en passant par free.
    0
  • oward@guest
    testé avec un Samsung Galaxy Note (HSPA+ idem S2) en roaming Orange sur La Défense = 5.5Mbps down et 1.6Mbps up
    0