Fujitsu : la configuration de son superordinateur

Le superordinateur que doit construire Fujitsu pour le RIKEN (le nom de l'institut japonais de recherche en chimie et en physique) est maintenant officiel, tout comme les composants qui seront utilisés. Prévue pour une mise en service en 2012, la machine sera basée sur le processeur maison de Fujitsu, le Sparc64 VIIIfx (alias Venus). 

10 petaflops

La machine devrait atteindre une puissance d'au moins 10 petaflops (soit 10 millions de milliards d'opérations par seconde) et il faudra donc au moins 80 000 CPU (soit plus de 640 000 cores). Rappelons qu'un VIIIfx offre une puissance annoncée de 128 gigaflops pour les huit cores présents dans un CPU (qui est gravé en 45 nm). La communication interne entre les machines du cluster (qui utiliseront Linux comme système d'exploitation) se ferra via un réseau point à point. Ce réseau (annoncé comme très rapide, sans plus de précisions) utilisera une structure en 3D : chaque noeud sera relié directement à six autres noeuds, pour former une sorte d'anneau permettant une connexion rapide entre les éléments adjacents du système, ce qui est très efficace dans les applications scientifiques.

Le superordinateur devrait commencer à être mis en place début 2010, avec les premiers tests possibles à la fin de l'année. Il sera normalement totalement terminé en 2012.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
19 commentaires
    Votre commentaire
  • 10 petaflop ca en fait le plus rapide du monde
    0
  • Oui, si je ne me trompe pas il sera environ 8 fois plus puissant que le meilleur actuellement (le Roadrunner).
    0
  • Impressionnant.
    0