Google vendrait Boston Dynamics : Fear the Walking Droids !

Les dernières vidéo dévoilant de quoi était capable son robot humanoïde Atlas ont déclenché une vague d’inquiétude : beaucoup craignent que de tels robots remplacent, à terme, les humains pour certaines tâches. Le message négatif véhiculé par ces vidéos dépasse l’excitation visible dans la presse spécialisée. Cette peur, que l’on peut (un peu caricaturalement) comparer à celle de la révolution industrielle du début du XIXe siècle, n’est toutefois pas la seule raison de cette décision.

Tensions internes et rentabilité

Si Alphabet a acquis Boston Dynamics en 2013, c’était dans l’idée de commercialiser dans des délais « raisonnables » des produits. Cet objectif ne semble à priori pas réalisable à court terme, ce qui pose de fait un problème de rentabilité. De plus, les tensions internes entre les ingénieurs de  Boston Dynamics et les équipes de Google se sont accrues depuis le départ d’Andy Rubin, le responsable des projets robotiques de Google.

 Aucun acheteur ne s’est pour le moment officiellement positionné, mais certaines rumeurs indiquent que Toyota et Amazon seraient intéressés.

Le robot Atlas de Boston Dynamics

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Deux pistes:
    1° C'était du vaporware de luxe
    2° C'est un marché si sensible que les financiers de Google ont eu marre d'attendre un retour sur investissement.

    Selon moi, Google a fait des erreurs fondamentales en achetant une telle société:
    - C'est du prototype, donc forcément soumis aux aléas des ventes potentielles, voire même à l'impossibilité d'aboutir à un produit viable et donc vendable
    - C'est estampillé "militaires". Le marché des armes est très difficile à pénétrer, car il est tenu par des gens qui ont des marchés gigantesques (G.E par exemple avec ses avions, les sous-marins...), et qui plus est sont là non par pour rêver, mais pour voir du fonctionnel et du concret.

    Dans ces conditions, Google a fait une erreur marketing (une boîte qui se revendique "peace and love" qui fricotte avec l'armée... quel contresens!), une erreur économique (espérer faire de l'argent sur des prototypes) et finalement politique (qui que ce soit qui va racheter, Google y laissera des plumes).
    1