HTML 5, le renouveau du Web standard

Le 22 janvier 2008, le W3C, l'organisme qui développe et décide des standards du Web, publie un premier brouillon des spécifications de HTML 5. Un grand pas en avant dans l'évolution du langage qui structure depuis son origine les traditionnelles pages Web, et qui prend sa source dans le génial cerveau de Tim Berners-Lee au début des années 90. Alors qu'Internet – comprendre le réseau qui véhicule les données via le protocole TCP/IP –, n'est qu'un gigantesque réseau de serveurs interconnectés, dépourvu de cette notion de page web chère à Tim Berners-Lee.

Descendant direct du SGML (Standard Generalized Markup Language), HTML (Hyper Text Markup language) se définit comme un langage de balisage. Il vient ainsi structurer une page Web par le biais de balises qui, non seulement définissent l'endroit où s'affiche le contenu, mais également lui donne une valeur et une richesse sémantique. HTML permet par exemple de hiérarchiser la titraille d'un texte, en instaurant des niveaux d'importance. Selon la grammaire HTML, on parle de <h1>, <h2>, <h3>... HTML reste donc un langage purement statique, ultra-descriptif.

Près de vingt ans après, et quatre générations de langages, HTML évolue dans sa version 5. Une version qui reprend les longs et lourds travaux réalisés sur le standard – via un chemin semé d'embuches certes. Mais surtout elle relance le langage qui s'était trouvé figé dans sa version 4.01... publié en 1999 par le W3C. HTML était alors placé en mode errata par l'organisme de standardisation (seules les corrections de bogues étaient apportées).

Pour autant, HTML 5 ne vient pas poursuivre, en droite ligne, les travaux de HTML 4.01. La nouvelle mouture pousse l'idée du balisage beaucoup plus loin pour lui donner une orientation très Web 2.0. Le mot est lâché : HTML 5 constitue l'adaptation du langage HTML formaté aux évolutions des usages du Web d'aujourd'hui. On parle de blog, de réseaux sociaux, de contenus multimédias... Il s'agit de quitter la logique de document pour faire entrer HTML dans l'ère de l'application Web. Comme le propose le Web 2.0. Et le W3C l'affiche clairement dans l'introduction des spécifications : « La principale caractéristique qui n'a pas été correctement adressée par HTML couvre une large problématique : celle des applications Web. Cette spécification [HTML 5, NDLR] doit corriger cela tout en mettant à jour les spécifications HTML de façon à prendre en compte les problèmes des dernières années ».

C'est ainsi qu'est relancée la machine HTML – toutefois un peu grippée –, pour la (re)placer au cœur des développements Web. Dans cet article, nous allons chercher à décrypter en quoi HTML 5 tranche avec ces versions précédentes en analysant d'abord la nature du langage par le prisme de son histoire, lister quelques nouvelles balises, en connaître l'état des implémentations, pour enfin aborder le débat qui court sur la toile. HTML 5 peut-il oui ou non remplacer les plug-in, comme Flash ou Silverlight ?