Retour sur le nouvel iPad

Apple vient de donner la première grande conférence depuis la mort de Steve Jobs et comme prévu, nous avons droit à un nouvel iPad « résolutionnaire ». Ce terme marketing utilisé par la firme montre un désir de faire de l’écran haute résolution le principal atout de cette nouvelle tablette.

Un nouveau nom pour un retour aux sources

Dans un entretien avec le Wall Street Journal, Phil Schiller a expliqué qu’Apple avait abandonné le numéro devant la marque iPad « parce que nous [Apple, NDLR] ne voulons pas être prévisible ». La firme revient donc à ses traditions. En effet, elle ne donne pas la génération du modèle pour ses iPod, son Apple TV ou ses ordinateurs. Les caractéristiques changent, mais pas les noms.

L’iPhone était une exception et il est fort possible que le prochain téléphone, qui devrait arriver à la rentrée, suive la nouvelle nomenclature introduite avec l’iPad.

Des analystes se sont demandés si cela n’allait pas confondre le consommateur. On doute néanmoins que ce soit le cas. Apple a toujours procédé ainsi depuis des années et cela n’a jamais été un problème pour tous les autres produits de la firme. On se souvient aussi que les mêmes analystes étaient convaincus que les utilisateurs allaient confondre l’iPad et l’iPod, parce qu’une seule lettre sépare les deux marques. Cela ne s’est pas vérifié en pratique.

Un écran impressionnant qui a un impact sur le design de l’iPad

Comme prévu, Apple a montré une nouvelle dalle haute résolution « Retina » d’une définition de 2 048 x 1 536 (ce qui représente 3,1 millions de pixels) et il explique pourquoi elle fut si difficile à produire en masse (cf. « De la difficulté de produire des dalles haute résolution pour tablettes »). Avec la miniaturisation des pixels, les signaux envoyés aux sous-pixels de couleurs peuvent créer des interférences qui se traduisent par une dégradation de l’image. Pour pallier ce problème, les fabricants ont surélevé les pixels pour les distancer des connecteurs afin d’éviter que le bruit ne perturbe le fonctionnement de la dalle.

En pratique, cela se traduit par un écran plus épais, ce qui explique sans aucun doute la plus grande épaisseur du nouvel iPad (9,4 mm), par rapport à l’iPad 2 (8,6 mm). La nouvelle ardoise est aussi plus lourde. Elle pèse 652 grammes pour la version Wi-Fi et 662 grammes pour la version 4G. L’iPad 2 pèse 600 grammes et 610 grammes respectivement. Concrètement, l’épaisseur augmente de plus de 9 % et le poids prend environ 8,5 %. Pour un produit qui est censé être tenu à bout de bras, la différence va se sentir. Les premiers tests indiquent néanmoins que cela ne pose pas de problème. Le nouvel iPad reste plus fin et plus léger que le premier iPad.

Le surpoids et le gain d’épaisseur semblent être justifiés par la beauté de l’image. Les premiers testeurs sont unanimes : le nouvel écran apporte une réelle différence. L’image est plus nette et les couleurs sont plus éclatantes. Selon Ryan Block de gdgt.com, la différence est encore plus marquée que lors de la transition entre l’iPhone 3GS et l’iPhone 4.

La question est maintenant de savoir qui d’autre pourra utiliser un tel écran sur ses tablettes. Apple est connu pour monopoliser les chaînes de production en achetant en très grande quantité d’un seul coup. Les dalles hautes résolution étant difficiles à produire, il est possible que les fabricants n’en aient pas en quantités suffisantes pour les autres acteurs de ce marché. Les industriels restent muets sur ces questions, mais le nombre de tablettes vendues cette année avec un écran similaire à celui de l’iPad apportera la réponse à cette question.

Le reste est secondaire

L’iPad contient aussi d’autres nouveautés matérielles, mais elles restent au second plan, comme en témoigne la publicité d’Apple qui se concentre uniquement sur l’écran et qui est visible ci-dessous.

On trouve tout d’abord un nouveau processeur, l’A5X qui intègre deux cores Cortex A9 et un GPU quad core PowerVR (le SGX543MP4). Cette nouvelle nous fait penser que le SoC est toujours fabriqué par Samsung, car il reste proche des autres modèles coréens. La question est de savoir pourquoi la firme n’a pas voulu d’un quad core Cortex A9, à l’instar du Tegra 3. Il est possible que les rendements ne soient pas suffisants. Nous pensons surtout qu’Apple privilégie l’autonomie. L’ajout de deux cores en plus aurait eu un impact non négligeable sur la consommation de l’ensemble, surtout si le nouveau processeur n’utilise pas une plus grande finesse de gravure. Or, le 28 nm n’est pas encore prêt pour une production en masse et une demande de 15 millions d’unités par trimestre, comme le requiert l’iPad. Tout laisse penser que la puce utilise le 45 nm de l'A5.

L’écran semble aussi consommer bien plus que l’ancienne dalle de l’iPad 2, ce qui explique que malgré une batterie d’une capacité bien plus grande (42,5 Wh pour le nouvel iPad, contre 25 Wh pour l’iPad 2), l’autonomie ne bouge pas et reste à 10 heures. Nous nous souvenons des débats qui affirmaient qu’un écran d’une telle résolution demanderait deux systèmes de rétroéclairage, ce qui peut expliquer en partie le gain de consommation, de poids et d’épaisseurs (cf. « L’impact des dalles haute résolution pour tablette sur le rétroéclairage »).

La mémoire interne double pour atteindre 1 Go. L’appareil photo est maintenant de 5 Mpixel et utiliserait les mêmes technologies de rétroéclairage que l’iPhone 4S. Il est néanmoins dépourvu de flash. Enfin, le nouvel iPad dispose d’un module 4G. Les prix des forfaits data 4G pour iPad sont identiques à ceux en 3G aux États-Unis. Nous espérons que les opérateurs français suivront.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
24 commentaires
    Votre commentaire
  • jankeke
    C'est certes une grosse mise à jour de l'ipad mais de là à parler de révolution ... faut pas éxagérer.
    C'est comme si on nous sortait un yaourt avec 2 fois plus de fraises :
    "Révolutionnaire ! Quelle imagination débordante ! Les foules sont en émois !" :)
    2
  • deathangel67300
    et pendant ce temps là, les PC portables restent en 1366x768 :(
    -4
  • dthx
    deathangel67300et pendant ce temps là, les PC portables restent en 1366x768

    Franchement non, ca fait plusieurs années que Dell, Sony ou Fujitsu proposent des PC portables avec du 1920x1080 (ou d'autres résolutions un peu exotiques, plus faibles, mais sur des dalles assez petites). Ca ne monte effectivement pas aussi haut en dpi que l'iPad qui n'a plus de numéro dans son nom, mais c'était déjà très confortable. Evidement, c'est une chose qu'on trouve sur des modèles pro ou un peu haut de gamme...
    0