Pirater un Galaxy S6 avec une imprimante

Les matériaux nécessaires et le résultat de l'impressionLes matériaux nécessaires et le résultat de l'impression

L’argent offre la meilleure impression possible

Leur méthode serait nettement plus simple que celle développée par des chercheurs allemands et présentée en 2014 (cf. « Une photo suffit à pirater une empreinte digitale »). Pour arriver à leurs fins, ils ont utilisé une cartouche intégrant de l’argent et destinée à imprimer des circuits intégrés, une cartouche noire classique et un papier en provenance de la firme AgIC. Ils n’ont pas testé ce processus sur d’autres smartphones.

Un concept plus qu’une menace

Selon le papier publié, une fois que l’on a le téléphone en sa possession, il est relativement facile de relever une empreinte digitale présente sur le châssis, de la numériser à 300 dpi et l’imprimer. Les matériaux nécessaires sont bon marché. L’ensemble ne coûte pas plus de 500 $ (454,21 €). Ils ne sont pas néanmoins à la portée de tout le monde et la présence d’une empreinte viable sur le smartphone n’est jamais garantie. Le lecteur d’empreinte digitale reste donc la meilleure protection pour le consommateur moyen.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Bon apprès, rien n'est infaillible. j'avais lu que le schema android était le plus sûr...Et j'ai remarqué que le "gras" de mes doigt le laissait parfaitement visible sur l'écran...en deux /trois essais n'importe qui le déverrouille....
    0