Un smartbook par Lenovo et Qualcomm

Lenovo et Qualcomm viennent de présenter, aux investisseurs, un smartbook basé sur la plateforme Snapdragon. Smartbook ? Un néologisme pour cette nouvelle génération de PC portables à base de processeurs ARM (comme les smartphones) mais dans un format qui se rapproche de celui des netbooks. La machine utilise en fait un processeur Snapdragon de Qualcomm, une puce cadencée à 1 GHz destinée à l'origine aux smartphones, mais qui trouve parfaitement sa place dans un appareil doté d'un écran de 10 pouces et fonctionnant sous Linux. Et la prochaine génération de puce ARM de la société devrait être optimisée pour les smartbooks : deux cores, 1,5 GHz, gestion de la 3G en interne, accélération de la technologie Flash et prise en charge de la HD (en 1080p) seraient de la partie.

Les constructeurs de smartbooks ont une carte à jouer : les processeurs ARM permettent de proposer des machines très autonomes et silencieuses, bien adaptées à la vidéo (avec une prise en charge totalement matérielle) et assez puissantes pour concurrencer des appareils à base d'Atom Z. Reste à voir si le fait de remplacer Windows par Linux arrivera à convaincre les utilisateurs : les premiers constructeurs de netbooks ont essayé, ils se sont cassé les dents.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
14 commentaires
    Votre commentaire
  • asus a vendu des millions de ses netbooks sous linux
    pareil pour acer...
    5
  • "Reste à voir si le fait de remplacer Windows par Linux arrivera à convaincre les utilisateurs"
    Aucune raison que ça gène. Mais il faut faire un travaille pour simplifier le tout surtout niveau interface pour que l'utilisateur lambda n'est même pas a réfléchir....
    2
  • Le problème de Linux c'est que les gens ont probablement assimilé Linux aux expressions ou mots *pour les professionels* ou *compliqué*.

    Je reste persuadé, que si l'on vendait un ordinateur *sous Linux* en disant *ordinateur équipé d'une nouvelle interface plus conviviale* en omettant volontairement le nom du noyau, les gens auraient tendance à s'y intéréssé beaucoup plus. Les consomateurs ont actuellement des téléphones portables parfois bien plus complexe alors pourquoi pas..
    5