Se connecter / S'enregistrer

Microsoft teste des data center au fond des mers

Par - Source: Microsoft via NY Times | B 14 commentaires

L'équipe du projet Natick devant la capsule Leona Philpot (image : Microsoft)L'équipe du projet Natick devant la capsule Leona Philpot (image : Microsoft)

Les data center, ces fermes d'ordinateurs géantes qui font tourner la plupart des services que l'on utilise au quotidien, posent un gros problème  : leur refroidissement consomme souvent autant d'énergie que leurs processeurs. Alors de plus en plus souvent, les data centers sont installés dans des endroits froids. Orange par exemple a choisi la Normandie pour son dernier data center. Microsoft a décidé d'aller encore plus loin : au fond des océans.

Évidemment une telle idée peut paraître une idée contre nature, alors Microsoft a cherché à évaluer sa faisabilité via un projet pilote : Natick. Lancé à la mi 2014, il a abouti à la submersion d'un module de test, baptisé Leona Philpot à 10 m de profondeur à environ 1 km des côtes californiennes. Le Leona Philpot mesure 2,5 m de diamètre. À l'intérieur, un seul rack, mais une centaine de capteurs divers, le tout maintenu au sec dans une atmosphère d'azote. Il est resté en eau entre août et novembre 2015 et aucune panne majeure ne fut à déplorer.

Des data centers frais et écolos

Microsoft voit de nombreux avantages aux data centers immergés. Pour les clients, d'abord, ils pourraient contribuer à réduire la latence du réseau, en étant positionnés au plus près des grandes métropoles - dont un bon nombre sont justement situées en bord de mer. Pour Microsoft ou les exploitants de ces data center, les bénéfices seraient financiers puisque le refroidissement serait gratuit !

En contrepartie, il faut que le module soit conçu pour fonctionner sans panne pendant un temps suffisant : Microsoft table sur une durée de vie de 5 ans, voire 10 ans au vu de la faible progression des performances des processeurs.

Un second pilote devrait être lancé l'an prochain, avec un module trois plus grand, couplé avec un module qui produirait de l'électricité à partir du mouvement de l'eau environnante.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • DJ_Syrius , 1 février 2016 19:43
    Est-ce que ça ne risque pas de réchauffer les côtes ?
    Là avec un petit module ça n'a aucun impact mais si on immerge des infrastructures proportionnelles aux besoins d'une métropole ça sera pas la même j'imagine. Si l'eau refroidit les machines, la chaleur ne disparaît pas comme par magie, elle réchauffe l'eau en retour. Mais je sais pas dans quelle proportion.
  • darksystem , 2 février 2016 06:46
    Je me demandais exactement la même chose, Quid du réchauffement de l'eau si le datacenter est énorme?
    Sa va surement modifié l'ecosysteme...
  • rokkhan , 2 février 2016 09:30
    non content de polluer par metaux lourds et autres produits toxiques nos villes ils decident de s'attaquer aux oceans pas suffisament pollué à leur yeux.
    Que vont ils faire de leur modules quand ils seront périmés endommagés ou juste abandonnés et qu'il faudra debourser pour les recuperer. Que notre sacre saint capiltalisme ne peut rien imposer à nos bienfaitrices sociétes qui amenent paix et prosperités à tous...
  • Afficher les 14 commentaires.
  • eldoriel , 2 février 2016 11:59
    Non ça ne vas pas réchauffer les côtes. Il y a une telle quantité d'eau, je pense que vous ne vous rendez pas compte.

    Certes ça changera l'écosystème à proximité du datacenter. Mais ça c'est pareil qu'il soit en mer ou sur terre.

    J'ai rien de mieux à faire alors j'ai fait quelques calculs. :D 

    Si on prend, par exemple, une masse d'eau d'un carré de 1km et profond de 100m. Soit 100'000'000m3 d'eau, soit 100'000'000'000 litres.
    Il faudrait 418500 gigajoule pour chauffer cette masse de 1°C
    Ou encore l'équivalent de 13.27MW de chaleur constante durant une année.
    Les plus gros datacenter consomment jusqu'à 100MW donc si on part du principe qu'il y a 20% de perte en chaleur (ça me parait énorme) alors effectivement on arriverai à augmenter la température de 1°C
    Mais c'est sans compter que cette masse d'eau n'est qu'une infime partie de l'eau qu'il y a le long d'une côte. Et que l'eau ne stagne pas.

    Et je suis certains que des calculs et recherches bien plus complexes que ça on été effectués durant le projet. C'est fous comme bcp de gens croient toujours que c'est fait à la olé olé.

    PS : si vous voulez faire des calculs vous même
    http://edesignlab.fr/chauffage-dun-volume-deau/
    http://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/efficacite-energetique/data-centers-reduire-facture-energetique-rester-competitifs.php
  • -1 Masquer
    loicb24 , 2 février 2016 12:09
    Faut relativiser les gens.
    Au final, c'est deux fois moins d'énergie consommée donc deux fois moins de chaleur émise.
    Donc, c'est globalement écologiquement positif.

    Après, je pense effectivement qu'il y aurait intérêt à multiplier les petites unité dont les émission thermiques seraient "diluées" assez vite ne modifiant pas l'eco système, plutôt que de créer d'immense ferme..

    Je pense qu'ils ont intérêt à mettre assez de HDD en spare s'il ne veulent pas manipuler leur module tous les 4 matins
  • Johann May , 2 février 2016 12:13
    Merci Eldoriel, j'avais la flemme. :D 
  • pch57000 , 2 février 2016 12:25
    et si ca chauffe assez, le poisson ne sera plus non seulement carre et pane, comme a la cantine, mais en plus, cuit !!!
    Et hop, encore une economie d'energie...
  • norva , 2 février 2016 13:24
    Energie dissipée par un datacenter dans l'eau = dégagement thermique du data center < Energie dissipée par un data center classique = dégagement thermique du data center + dégagement thermique lié au RENDEMENT DE LA CLIMATISATION.

    En bref, un data center immergé réchauffe moins l’atmosphère qu'un data center classique car il n'a pas besoin de système de refroidissement actif qui chauffe aussi..
  • nanabozorf , 2 février 2016 13:54
    Tant qu'ils ne placent par leurs fermes au-dessus de plaques de méthanes gelées, puis si les restes peuvent servir de récifs pour la faune sous-marine allons-y !
  • Un4GivN_X , 2 février 2016 17:04
    Très bonne idée car le réchauffement global sera moindre que celui d'un data center terrestre. Le seul soucis est qu'ils n'hésiteront plus à utiliser des composants qui chauffent davantage car ce ne sera plus un problème. J'ai peur pour le réchauffement des océans. La température très basse du fond aide à créer un mouvement qui climatise la planète..
  • Papounet17000 , 2 février 2016 21:42
    Ils devraient mettre leurs datas center dans des grand bac comme ça l'eau chaude obtenue servirait de chauffage pour habitants des villes
  • turlupin en ptard , 3 février 2016 18:38
    :heink:  :heink:  :heink: 

    C'est fou le nombre de gens qui sont assez stupides pour croire que la technologie pourra toujours apporter des remèdes aux problèmes qu'elle crée !
    Surtout quand nous avons chaque jour la preuve du contraire.
    M'en fous ! Je ne serai plus là quand les conneries de Microsoft et d'autres auront, au hasard, provoqué une perturbation du Gulf Stream telle qu'on verra la banquise descendre jusqu'en Bretagne ou, au contraire, la Beauce devenir un désert de sable.
    Mais j'espère que vos petits enfants en profiteront pour faire du ski en région bordelaise ou feront mumuse avec des 4x4 sur l'ancien grenier à blé de notre pays.
    Si vos hypothèses débiles avaient un semblant de vraisemblance, la pollution ne serait pas, aujourd'hui, le problème majeur de l'humanité.
    M'enfin... comme je l'ai déjà dit : M'en fous, je ne serai plus là et c'est vous qui devrez supporter les conséquence de vos âneries.

    :sarcastic: 
  • norva , 4 février 2016 11:39
    Citation :
    :heink:  :heink:  :heink: 

    C'est fou le nombre de gens qui sont assez stupides pour croire que la technologie pourra toujours apporter des remèdes aux problèmes qu'elle crée !
    Surtout quand nous avons chaque jour la preuve du contraire.
    M'en fous ! Je ne serai plus là quand les conneries de Microsoft et d'autres auront, au hasard, provoqué une perturbation du Gulf Stream telle qu'on verra la banquise descendre jusqu'en Bretagne ou, au contraire, la Beauce devenir un désert de sable.
    Mais j'espère que vos petits enfants en profiteront pour faire du ski en région bordelaise ou feront mumuse avec des 4x4 sur l'ancien grenier à blé de notre pays.
    Si vos hypothèses débiles avaient un semblant de vraisemblance, la pollution ne serait pas, aujourd'hui, le problème majeur de l'humanité.
    M'enfin... comme je l'ai déjà dit : M'en fous, je ne serai plus là et c'est vous qui devrez supporter les conséquence de vos âneries.

    :sarcastic: 


    Ton raisonnement conduit donc à ne rien faire puisque de toute façon ça se sert à rien, si ça c'est pas stupide.. Comme tout le monde n'est pas prêt à revenir au moyen-âge, on peu déjà tenter de réduire/retarder l’inéducable non? Mais tu es sans doute trop malin et trop vieux pour pour être constructif alors on va te laisser continuer à ronchonner de manière hautaine dans ton coin en prenant les autres pour des co* :D 
  • turlupin en ptard , 4 février 2016 12:19
    Citation :
    en prenant les autres pour des co* :D 

    Je ne les prends pas : Je les laisse !