MIPS veut concurrencer ARM

Dans le monde des puces mobiles, si le leader est très clairement ARM actuellement, le challenger le plus couramment mis en avant est Intel. Mais une société propose pourtant des puces capables de concurrencer les Cortex A d'ARM : MIPS. Les SoC en architecture MIPS sont nombreux, même s'ils sont utilisés dans des domaines moins visibles que les smartphones et les tablettes : on trouve souvent du MIPS dans les téléviseurs et dans certains Media Center.

Pourtant, MIPS positionne son dernier CPU, le proActiv, en face du Cortex A15 d'ARM, un CPU que l'on devrait retrouver dans les SoC en fin d'année. La puce est rapide — 3,5 DMIPS par MHz, comme le Cortex A15 — et peut atteindre des fréquences correctes, de l'ordre de 1,5 GHz. MIPS indique que la taille de la puce est un avantage : un core proActiv est environ deux fois plus petit qu'un Cortex A15. Dans la pratique, MIPS a annoncé des Soc dotés de quatre cores en 28 nm et des versions dotées de six cores sont prévues.

MIPS est donc bien une alternative viable dans le monde mobile, et Android fonctionne parfaitement sur ce type de processeurs. La compatibilité n'est pas parfaite au niveau des applications — Intel a le même problème — mais les performances sont correctes. Si ARM a le (gros) avantage d'avoir été choisi par Microsoft pour Windows RT, ce n'est pas une fatalité : Microsoft a déjà proposé des versions de Windows adaptées aux puces MIPS dans les années '90. 

Au final, la concurrence ne vient pas nécessairement de l'adversaire le plus visible — Intel — et MIPS pourrait tirer son épingle du jeu dans les prochaines années.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires